Bilan 2023 – jonben

Pas de commentaires      307
Annee de sortie: 2024

C’est l’heure du bilan annuel; et oui ici on attend d’avoir passé l’année, je ne comprend pas bien le concept de faire des bilans début décembre. Cette année encore l’occasion pour moi de revenir sur mes écoutes de l’année et de me rattraper du peu de chroniques publiées. Pourtant il y avait matière!

En 2023, mes genres de prédilection, le rock/metal progressif et le metal extrême ont continué à se développer et à s’étendre, memes si peu de groupes ont repoussé les limites de leurs genres respectifs et on n’est donc pas sur une année exceptionnelle. Énormément de musique sort de nos jours et c’est compliqué de tout écouter, mais j’ai encore passé beaucoup de temps à tacher de m’informer des dernière sorties de groupes qui pourraient me plaire et découvrir de nouveaux groupes. 2023 a je trouve été une année particulièrement riche en premiers albums de qualité.

Dans le metal progressif, Haken et Tesseract ont continué à combiner la complexité du prog et la puissance du métal avec des mélodies accessibles. Haken, en particulier, a affirmé sa domination dans le genre avec un album qui marquera leur discographie. Pas mal de jeunes talents sont apparus cette année, comme The Anchoret, Nospun et Akvrvst. D’autres ont apporté un mélange audacieux de genres, Dispirited Spirits combinant rock art, emo et jazz dans une tapisserie psychédélique, Ok Goodnight et son panel du folk au metalcore, ou les plus barrés et extremes The World Is Quiet Here. L’album de Lattermath, un groupe américain méconnu, plus dans une veine rock/metal alternatif, m’aura également longuement accompagné.

Baroness et Mutoid Man représentent le stoner  avec chacun des albums consistants et variés. You Win Again Gravity est le seul groupe avec une approche emo/post-hardcore à m’avoir vraiment impressionné, avec un bel album aux connotations positives.

Le death metal technique a également vu des développements passionnants, avec des groupes comme The Zenith Passage et Gorod qui ont montré la profondeur et la polyvalence du genre, son mélange d’éléments jazzy et de riffs brutaux. Alkaloid a aussi sorti un bel album expérimental dans le genre. Horrendous est le seul groupe de death plus classique m’ayant vraiment impressionné, certes avec un album très prog, mais j’ai également bien aimé ceux de Nightmarer, Tomb Mold, Anachronism pour le coté dissonant, Xoth et Carnosus pour des riffs plus thrash/death.

Le post-metal a également vu des développements intrigants, l’album de The Ocean a apporté de nouvelles perspectives à leur genre, synthèse de post-metal et de textures électroniques, East of the Wall ont sorti un album travaillé, tandis que 2 nouveaux groupes, The Gorge et Grant the Sun m’auront bien scotché avec une approche plus brute.

Pour un bilan annuel « metal progressif », il manque évidemment des pointures qui méritent tout de meme d’être mentionnées. 2 groupes m’auront particulièrement hypé avec leurs singles, à savoir Periphery et Sleep Token, pour ensuite me décevoir sur l’album complet (voir mes chroniques ici meme). D’autres groupes ne me touchent pas plus que ça, meme si ça se joue à peu: Steven Wilson, dont le nouvel album est bien trop pop/électro pour moi (pourtant je suis fan du gars et j’avais beaucoup aimé le dernier Porcupine Tree); Riverside que j’apprécie globalement mais sans plus; Voyager, pour moi trop d’électronique et un chanteur horripilant; Temic, nouveau projet de l’ancien claviériste de Haken, aux compos un peu plates à mon gout, Hypno5e, le groupe de post-metal/djent français, toujours marquant au niveau ambiance mais je n’accroche pas sur un album entier; Ne Obliviscaris, metal prog extreme qui devrait me plaire sur le papier mais le violon me gonfle; Soen, que je trouve est encore et toujours un sous-Katatonia/Tool; Katatonia justement don’t l’album est correct mais pas assez convainquant.

En conclusion, 2023 a été une bonne année dans le rock progressif et le metal extrême, sans toutefois en faire une année sortant du lot pour moi.

Voici ci-dessous mon top 25 de 2023, dans une playlist Spotify, et sous forme de mini-chronique, les chroniques complètes sur Eklektik sont accessibles en cliquant sur les pochettes.

1. Haken – Fauna: Haken atteint les sommets du metal prog à la fois classique et très actuel, un cocktail explosif de maîtrise technique, de grooves originaux et de paysages sonores variés. Chaque morceau est remarquable avec ses riffs complexes et ses refrains qui collent à la peau. Un point culminant de leur discographie.

2. LattermathWinter’s Painting: Un album metal alternatif riche et poignant, qui mêle compositions complexes et mélancolie. La technique impeccable et le chant plein d’âme m’ont profondément touché. Une pépite injustement sous-estimée.

3. The Zenith Passage – Datalysium: Après une longue attente, le groupe frappe fort avec un death metal technique aux riffs chirurgicaux mais c’est un album somme toute varié, où la précision mécanique, froide, côtoie des touches jazzy, et meme des chants clairs bienvenus, aux effets futuristes, c’est pas de la guimauve. Leur son est science-fictionesque, d’un type unique et cohérent qui plaira aux amateurs de brutalité sophistiquée.

4. East of the Wall – A Neutral Second: Un album prog/post-metal gratifiant qui oscille entre influences passées et exploration technique de la guitare et du rythme, avec des harmonies vocales moins rudes que par le passé, maturité mais toujours recherche. Une écoute cérébrale mais que je .

5. Tesseract – War of Being: Le son djent/prog metal mature et diversifié de TesseracT explose ici, bien sur au niveau de rythmes complexes, mais aussi sur des morceaux dynamiques, un  chant qui n’a jamais été aussi bon, puissant et voltigeant d’émotions d’un extreme à l’autre. Cet album n’apporte certes rien de nouveau mais est très maîtrisé.

6. The Ocean – Holocene: The Ocean revient en terrain familier tout en le rafraîchissant, mélangeant éléments électroniques et riffs post-metal. L’équilibre entre ambiance et ruguesse, mélodie et technique est toujours là, sur un album cohérent et varié qui plaira aux fans de longue date.

7. The World Is Quiet Here – Zon: Une expérience prog intense pour ce premier album avec des riffs tech-death et un chant polyvalent très barré. « Zon » transcende le prog metal typique en y injectant des éléments deathcore pour un son unique et extrême, parfois loufoque.

8. Alkaloid – Numen: Ce side projet connu comme permettant à ses membres de se lacher fusionne death metal technique et prog metal, et alterne entre les extremes, offrant des morceaux et des chants variés. Cet album est un voyage émotionnel unique, qui sera apprécié des fans des deux genres pour sa brillance technique, sa profondeur et ses touches d’expérimentation.

9. Sermon – Of Golden Verse: Une vision innovante du prog metal, mêlant rythmes tribaux chargés en toms et chants clairs mélancoliques rappelant parfois Katatonia. L’album propose un paysage sonore épique, nourri d’influences diverses, pour une expérience auditive unique et sophistiquée.

10. Grant the Sun – Voyage: « Voyage » de Grant the Sun est un album captivant de post-metal norvégien, mélangeant des éléments de sludge et de rock progressif/psychédélique. Le travail de guitare complexe et les rythmes tourbillonnants sont complétés par des harmonies éthérées, créant une expérience riche et atmosphérique. Les influences de groupes comme Intronaut et Cloudkicker ajoutent à sa nature intense mais introspective, en faisant un voyage musical immersif.

11. Gorod – The Orb: Un album de death metal technique qui combine chaos contrôlé et riffs thrash/death rapides, ils incluent dans leur metal extreme des détours plus mélodiques, presque jazzy. Ce groupe français qui commence à devenir un classique du genre avec ce 7ème album.

12. Ok Goodnight – The Fox and the Bird: Un album de prog rock/metal époustouflant de musiciens formés à Berklee. Il propose un jeu de guitare complexe, des arrangements dynamiques et un mélange unique de lourdeur et de beauté mélodique.

13. The Gorge – Mechanical Fiction: Un album qui mélange post-metal et hardcore, offrant des rythmes intenses et des mélodies atmosphériques. Parfait pour les amateurs de genres qui repoussent les limites.

14. The Anchoret – It All Began With Loneliness: Un album de prog metal qui plonge dans l’introspection existentielle, mêlant gros riffs, progressions et fusion jazz. Une odyssée prog, à la fois familière et originale. Encore un très bon premier album, ici par des Canadiens.

15. You Win Again Gravity – Into the Dancing Blue: Un album de metal alternatif/emo/post-hardcore qui s’éloigne des thèmes angoissés typiques du genre pour aborder des thèmes plus positifs et vibrants. Un son aérien et puissant avec des paroles introspectives, souvent des mélodie anthémiques.

16. Dispirited Spirits – The Redshift Blues: Un album de prog rock/metal d’un jeune prodige portugais, qui mêle influences art rock, emo et progressives. Un voyage éthéré et atmosphérique aux éléments jazz et à une ambiance pleine d’espoir.

17. Klone – Meanwhile: Une continuation du prog rock atmosphérique de Klone, offrant des chants sincères – toujours ce timbre exceptionnellement touchant –  et des paysages sonores expansifs. Un album qui montre un groupe qui évolue gracieusement tout en conservant son son unique, meme si je préfèrerais qu’ils instillent un peu plus de riffs puissants dans leur musique qui s’assagit au fil du temps.

18. Horrendous – Ontological Mysterium: Un album de death metal entre classisisme et nouveauté, exceptionnel dans des structures prog, souvent seulement contrebalancées par un chant criard. « Ontological Mysterium » combine brutalité et heavy metal épique, offrant une gamme dynamique et un toucher magistral.

19. Baroness – STONE: De nouveau un bon album de Baroness, sur lequel on retrouve leur touche particulière aux influences stoner, heavy, rock progressif et psychédélique. Un voyage passionnant et surtout diversifié d’un titre à l’autre.

20. Mutoid Man – Mutants: Un album de stoner metal avec des influences punk et psychédéliques qui défie les genres et met en valeur le génie créatif de Stephen Brodsky (Cave In, maintenant Converge). Un album exaltant et énergique.

21. Nospūn – Opus: Un premier album de prog rock/metal qui impressionne par la maturité de son mélange d’influences, comme Devin Townsend et Dream Theater. Un tourbillon de riffs complexes, de mélodies accrocheuses et de paroles introspectives.

22. AVKRVST – The Approbation: Un premier album de prog metal qui explore des sentiers familiers, avec des échos d’Opeth et de Porcupine Tree. Un album prometteur, qui montre du potentiel, mais qui peine à trouver sa propre voix. Un bon début, mais il faudra creuser un peu plus pour se démarquer.

23. Seven Impale – Summit: Un album de metal progressif qui mélange influences classiques et modernes, avec des mélodies jazz fusion. Un album ambitieux et audacieux, avec seulement 4 titres chacun de plus de 10 minutes et des structures alambiquées. Très jazz, 4 morceaux de 10 minutes.

24. Enslaved – Heimdal: 16ème album, j’ai du vérifier, et toujours pas de faux pas. Un album de black metal progressif qui surprend par ses touches mélodiques et ses interludes atmosphériques folk ou prog 70s, mais assez barré dans les idées, c’est pas de la compo évidente, ils se challengent toujours. Un album qui continue l’héritage d’Enslaved, dans la continuité tout en repoussant un peu les limites musicales de ce groupe hors norme question longévité.

25. AviationsLuminaria: Du djent sautillant fusionnant prog, math rock et shoegaze à coup de refrains accrocheurs et d’une énergie lumineuse. Je découvre cet album sur le tard dans l’année, mais je pense qu’il détrône le Periphery, dans un genre moins agressif. On sent tout de suite les musiciens virtuoses multi-genres, avec un piano très présent mais qui joue comme une guitare. Leur musique est très dynamique, ça n’arrete pas, la batterie avoine, souvent en blasts, mais les sonorités sont est assez douces au final. Le chanteur sonne prog façon The Dear Hunter ou au plus calmes de Periphery.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 528 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *