Black Label Society – Mafia

5 Commentaires      1 298
Style: heavy metal/heavy rockAnnee de sortie: 2005Label: Artemis Records

Black Label Society, ou plutôt le groupe de Zakk Wylde, qui s’est fait connaitre en jouant sur plusieurs albums solos d’Ozzy Osbourne dès 1987 alors qu’il n’avait même pas 20 ans.

Mafia est le 6ème album du groupe en 6 ans, Black Label Society ayant été créé en 1998, l’homme ne chôme donc pas, surtout qu’il a entièrement produit l’album lui-même, avec succès d’ailleurs.
On pourrait penser que trop d’empressement à sortir des albums pourrait nuire à leur contenu mais la première écoute met déjà en confiance. Zakk Wylde reste un très bon compositeur de rock/métal bien lourd baigné dans l’alcool même si sa créativité se limite à un style archi-visité, mid-tempo heavy metal/rock, qui n’a pas varié d’une once depuis 20 ans.

Guitariste métal de légende, son jeu heavy très bluesy rappelant les plus grands, les solos sur la pentatonique à 100 notes à la seconde sont toujours bien exécutés, il fait hurler les guitares et pond de gros riffs heavy sous stéroïde inspirés quoique maintes fois déjà entendus. Le groupe, gang de gros dûrs, style biker machos barbus à cuir clouté, seconde bien le bonhomme, mais sans exploit, Wylde restant l’attraction principale.

C’est étonnant comme sa voix rapelle son ancien patron Ozzy, ou un Axl Rose quand il évitait de chanter gonflé à l’hélium, d’ailleurs la musique elle-même remémore les Guns avec un son plus métal, les solos en particuliers sont assez stylés Slash.
Après Velvet Revolver, qui ont cartonné avec leur revival Gn’R, dans un registre plus heavy Black Label Society pourrait remmettre au goût du jour le heavy, le cours de l’histoire du rock semble être destiné à perpétuer les cycles de « revival ».

Une ballade au piano, forcément, c’est « In This River », eh oh même les rockers ont du coeur, mais en l’occurence un coeur un peu en guimauve, même si le propos est touchant, le titre étant dédicacé à un autre guitariste de renom officiant dans un style comparable, Dimebag Darrel.

Malgré un fond métal un peu dépassé et peut-être aussi has been (le dernier clip du groupe fait plus que sourire), ça fait plaisir de réécouter du bon vieux métal de derrière les fagots, et ce groupe prouve qu’on peut toujours sortir des albums de qualité sans que sa musique change.

Il ne faut pas attendre de Mafia une évolution mais bien un ancrage dans un style que le groupe maitrise, des titres sans surprise question construction mais bien foutus, l’album plaira donc évidemment surtout aux fans du groupe et aux nostalgiques du bon vieux rock/métal des 80s et début 90s, mais risque d’ennuyer un peu les autres, en particulier les plus jeunes.

  1. fire it up
  2. what’s in you
  3. suicide messiah
  4. forever down
  5. in this river
  6. you must be blind
  7. death march
  8. dr. octavia
  9. say what you will
  10. too tough to die
  11. electric hellfire
  12. spread your wings
  13. been a long time
  14. dirt on the grave
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Monster says:

    J’ai jamais put accrocher à Black Label Society, je ne sais pas pourquoi…

  2. Ocean? says:

    Il faut savoir qu’en général, ils arrivent en studio sans rien de composé et qu’ils écrivent tout en très peu de temps.
    Mais comme tu le dis Jonben, rien de bien neuf là-dessous. Par contre, quel guitariste ce Zakk Wylde !

  3. Pepper says:

    c’est Dimebag Darrell et non Barrell, merci de corriger! ;o)

  4. jonben jonben says:

    Corrigé, respect à un mort tout de même.

  5. Thybault says:

    ben moi, j’adore vraiment beaucoup cet album et j’applaudis le talent de monsieur Zakk Wylde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *