Buried Inside – Chronoclast

10 Commentaires      1 250
Style: post hardcoreAnnee de sortie: 2005Label: Relapse

Ô douleur! Ô douleur! Le Temps mange la vie,
Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

Charles Baudelaire – « Les Fleurs du Mal » – L’Ennemi

Quoi de plus adéquate qu’un vers de Baudelaire s’épanchant sur la dissolution du temps pour un album nommé Chronoclast ? Rassurez-vous, je ne vous ferais pas l’affront de prétendre connaître mon petit Baudelaire illustré par cœur… Juste un vague souvenir, une impression, presque une illusion qui surnage à l’écoute de cette œuvre, la renaissance d’un sentiment enfoui qui vous frôle et vous possède à nouveau. Buried Inside s’inscrit ainsi dans cette vague de groupes où la puissance n’est que le réceptacle d’une vaine colère et finalement d’un désespoir abyssal. Simple résurgence d’un malaise empli de spleen ou expiation de maux contemporains ?… Peu importe.

Buried Inside explose en cette année 2005 avec ce troisième album qui fait suite à In and of the self (Matlock 1999) et Suspect symmetry (Cyclop media 2001). Nouvelle signature pour le label Relapse qui sait décidemment dénicher et s’entourer de perles rares, ce groupe canadien a su prendre son temps depuis 1997, date de la formation du groupe et développer son propre style entre metal, noise, et post-hardcore. Sans pour autant inscrire ses morceaux dans une longueur presque monotone aujourd’hui, la langueur se mêle à la colère pour instaurer une atmosphère poignante et passionnelle où les japonais d’Envy, les suédois de Cult of Luna, ou les français de Overmars s’abandonnent tour à tour. Entre flux et reflux, sauvagerie incontrôlable et tension pernicieuse, ces canadiens nous emmènent au grès des morceaux au cœur d’une spirale intense, entre riffs acérés, rythmique plombée, voix d’écorché vif ou plages vaguement sereines où règne le minimalisme de quelques accords et la sombre tension d’un violon, rares instants de calme apparent, imprégnés d’une détresse propre à l’univers urbain dont Red Sparowes avait déjà su s’inspirer.
De prime abord assez difficile d’accès, chaque pièce constituant une pierre angulaire de l’édifice ou tout du moins un pont vers la plage suivante, l’écoute succincte de cette œuvre pourrait induire l’auditeur dans un sentiment de monolithisme qui n’a pourtant en aucun cas lieu d’être. Cette œuvre est tout simplement d’une richesse mélodique et émotionnelle infinie. Sorti en ce début d’année, l’univers de cet opus fait les beaux jours de ma platine depuis et ceux malgré la cohorte de groupes plus ou moins hype officiant dans le même style. Buried Inside se révèle donc être un groupe charismatique, remarquable, alliage de puissance et d’intensité, et finalement un incontournable de cette année 2005 !

  1. introduction
  2. time as ideology
  3. time as methodology
  4. time as surrogate religion
  5. time as imperialism
  6. reintroduction
  7. time as automation
  8. time as abjection
  9. time as commodity
  10. time as resistance
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

10 Commentaires

  1. kollapse says:

    Cet album est une tuerie, d’une puissance et intensité inouies! En effet on peut rapprocher le groupe de Envy (le coté presque screamo et melodies) ains que de Neurosis. Cela dit Buried Inside crée néanmoins son propre unviers où le chaos et le désespoir semblent palpables…A tous les amateurs de sensations fortes, ce « chronoclast » est indispensable ! Là ou Callisto ne fait que reprendre du cult of luna (de belle manière cela dit), Buried Inside crée son identité tout en restant dans la vague post-hardcore.

  2. heddy says:

    putain je l’attendait cte kro 1 an apres la sortie de l’album c 1 peu tard comme meme bonne chronique
    moi je metrai 19/20

  3. Neurotool says:

    Il est vrai que ça fait un bail qu’elle était prévue dans mes tablettes… Mais aujourd’hui ça tombe pile poil avec leur actualité scénique!

  4. jonben jonben says:

    heddy, inscris toi sur le forum pour râler quand on fais pas les chros des albums que t’écoute! 8)

  5. Julien says:

    « Cette œuvre est tout simplement d’une richesse mélodique et émotionnelle infinie » > AMEN

    J’ai découvert le groupe tout récemment (grâce aux concerts programmés pour la semaine prochaine) et j’ai pris une bien belle claque !

    Vraiment surpuissant, que des belles mélodies, une voix superbe pour le style, tout y est !!!

    Clairement l’un des album de l’année !!

  6. serial lawyer says:

    Pas mieux que Julien. Découvert par curiosité suite à la date de Paris booké pour la semaine prochaine.

    J’en attendais rien de spécial et je tombe sur un groupe killer.

    Du bonheur sur rondelle ce CD.

  7. serial lawyer says:

    Pas mieux que Julien. Découvert par curiosité suite à la date de Paris booké pour la semaine prochaine.

    J’en attendais rien de spécial et je tombe sur un groupe killer.

    Du bonheur sur rondelle ce CD.

  8. olis says:

    merci pour la chro.
    j’aime beaucoup <3

  9. Rico says:

    Découvert aussi pour la date Parisienne.

    Et bien, je l’oublirais trés vite fait.

  10. fewz says:

    LA CLASSE cet album. Vraiment rien à redire. Entre la chro et les commentaires, tout a été dit: mélodies, intensité, puissance, émotions, urbanité… wè tout a été dit. Un bien bel album que j’ai découvert moi aussi grace à la date booké sur Paris. Il rste plus qu’une seule chose à dire: Vivement le 27/11!

Répondre à serial lawyer Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *