Saul Williams – The Inevitable Rise & Liberation of Niggy Tardust

6 Commentaires      1 245
Style: slam rap indusAnnee de sortie: 2007Label: Autoproduction

NIN serait mort, d’après ce qu’on dit… Disons en tout cas que Trent Reznor fait un break avec son groupe phare, mais après tout NIN c’est Trent, non ? Et comme Trent n’arrête pas pour autant la musique, tout va pour le mieux.
La preuve ? Cette collaboration incongrue avec le génial artiste poète rappeur Saul Williams, sous le nom (non moins incongru) complet de The Inevitable Rise and Liberation of Niggy Tardust !.
Le résultat : une petite perle de rap indus. On retrouve les rythmiques et beats typiquement reznoriens (exemples sur « Convict Colony », « Break », « WTF », « Banged and Blown Through » ou le superbe « Raised to be Lowered »), sur lesquels l’ami Saul pose soit son flow, soit plus simplement sa (belle) voix.
Reznor lui prête même main forte vocalement sur quelques titres comme « Break » ou « WTF ». L’emprise reznorienne est même tellement forte sur cet album que Saul Williams semble parfois chanter comme s’il imitait Trent. Le mimétisme est particulièrement frappant sur la reprise magistrale du « Sunday Bloody Sunday » de U2 à la sauce indus groovy.
C’est un véritable travail de caméléon vocal qu’effectue Saul Williams sur cet album, puisqu’en plus de son flow et de son timbre habituel, on l’entend même chanter comme Lenny Kravitz, sur le refrain de « Skin of a Drum » tandis qu’il se fait presque chanteur de soul sur « No One Ever Does ».

Si la patte de Reznor est omniprésente puisque c’est lui qui a écrit 90% de la musique de l’album, il ne faut tout de même pas omettre de signaler un titre qui fait figure d’exception puisque c’est le seul dont la musique est signée Williams, il s’agit de « Scared Money », tribal et jazzy, et sur lequel le flow parlé à grande vitesse de Saul s’exprime à plein.

La grande force de ce disque n’est pas seulement sa qualité (et pourtant croyez-moi c’est vraiment un excellent album), mais aussi son mode de distribution. Inutile en effet de vous ruer chez votre disquaire habituel, vous ne risquez pas de trouver cet album puisque sa sortie en bacs n’est pas prévue. Là vous vous dites : « Quoi!!? Il nous fait quoi cet enfoiré de Krakou là, à nous mettre l’eau à la bouche pour nous dire qu’on ne peut pas l’écouter son Niggy Tardust à la noix!!? ». Ce à quoi je répondrai : d’une que je ne vous permets pas de me traiter d’enfoiré, et de deux que calmez-vous, si si vous allez l’écouter cet album.
Mais au lieu de vous emmerder à le trouver chez votre disquaire, non, laissez-plutôt cet album venir à vous et téléchargez-le en toute légalité sur le site de Saul Williams.
Il est en effet offert (comme l’a proposé Radiohead avec son dernier album mais en qualité dégradée), en MP3 192 kb, soit pour le coup une bonne qualité sonore.
Si vous souhaitez obtenir une version à la qualité parfaite, il vous suffira de faire une petite donation de 5 malheureux $, pour être en mesure de télécharger aussitôt l’album au choix en qualité FLAC (sans perte de qualité par rapport au cd) ou en MP3 320 kb. Et croyez-moi, la production signée Alan Moulder (acolyte habituel de Reznor) est dantesque et mérite une telle qualité de son.
A noter que vous aurez également pour le prix (et même avec la version gratuite) et au format PDF, le « livret » ou ce qui aurait pu en être un, avec les paroles, de superbes illustrations, et les crédits, le tout en haute résolution.

Tout cela se passe sur le site de Saul Williams, soit par ici.

Si les fans de Reznor ne l’ont pas encore compris, Niggy Tardust est pour eux une formidable aubaine, car sa qualité est à la hauteur de ce qu’ils attendraient normalement de la part de leur héros. Quant aux autres, aucun risque à tenter l’aventure… Pas de déception à l’horizon, un superbe album pour rien ou quasiment rien…

Merci Saul, merci Trent, et chapeau bas, vous êtes tous deux de grands monsieurs en plus d’être des artistes accomplis…

  1. black history month
  2. convict colony
  3. tr(n)igger
  4. sunday bloody sunday (u2 cover)
  5. break
  6. niggy tardust
  7. dna
  8. wtf!
  9. scared money
  10. raw
  11. skin of a drum
  12. no one ever does
  13. banged and blown through
  14. raised to be lowered
  15. the ritual
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. kollapse says:

    Semble interessant, jvais me pencher sur l’affaire.

  2. shadow says:

    J’ai pas écouté mais… Ca ne doit pas etre une coincidence si le titre fait penser (sans trop de probleme) au Ziggy Stardust de David Bowie, nan? Et pourquoi? Quelqu’un a des infos…?

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Effectivement la référence est plus qu’évidente! Je n’ai pas trouvé d’infos particulières. M’est avis que ce n’est qu’un hommage un peu ironique…

  4. Lébo says:

    Note pour l’avenir: jeter une oreille à cet album!

  5. Pier-Philippe says:

    NIN est mort ? Pas du tout, fausses rumeurs. Ce que Trent a dit, c’est qu’il « congédiait » les membres actuels de la formation live de NIN. Trent travail actuellement sur le prochain album! La prochain incarnation de scène du groupe sera tout simplement avec de nouveaux membres.
    Et oui, Niggy Tardust est un album époustouflant!

  6. krakoukass Krakoukass says:

    Ah ben merci pour la correction sur NIN Pier-Philippe. Mais on est bien d’accord sur Niggy Tardust en tout cas! C’est bien une véritable tuerie. Me demande même s’il n’est pas meilleur que les derniers albums de NIN en fait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *