Monkey3 vs Karma to Burn : Duel au Soleil en 2011

2 Commentaires      2 299
Style: Stoner et Space RockAnnee de sortie: 2011Label: Napalm Records / Headstrong

D’opposition il n’est pas vraiment question dans le fond, il s’agit en réalité d’une minable ruse de chroniqueur feignant, pour parler de deux albums dans un seul et même article. Coup double. Cela dit, en y réfléchissant un peu, il n’est pas idiot de comparer les suisses de Monkey3 et les américains de Karma to Burn qui sortent tous deux en 2011 leur nouvel album, puisque les deux groupes proposent une musique essentiellement instrumentale, proche des accointances stoner.

 

Karma to Burn a fait son grand retour il y a quelques années après un long hiatus, et nous livre son cinquième album sobrement intitulé V. Au menu, pas de grand changement par rapport à leur style habituel, toujours ce rock stoner frondeur, direct, construit sur la base de riffs accrocheurs. Petite nouveauté quand même, le retour d’un chant, pris en charge par Daniel Davis sur 3 titres, qui redonne des atours psyché sabbathiens, et permet de varier un peu le propos efficacement (« Cynics » est très bon). A tel point qu’on attend encore que Karma to Burn franchisse carrément le pas pour proposer un album non plus instrmental, mais 100% chanté. Car pour le reste, comprendre les habituels titres instrumentaux, c’est plutôt le service minimum que nous proposent les américains. Un album court (38 minutes), certes efficace, mais relativement similaire sur la partie instrumentale à ce qu’on a déjà connu d’eux. Du coup on s’emmerde un peu en écoutant cet album, malgré de bons riffs, mais ni plus ni moins que d’habitude… Certes KTB n’a jamais cherché à miser sur l’originalité, mais pour le coup la recette semble un peu trop rodée, et l’absence de surprise fait qu’on aura aussi vite fait de se repasser les précédents albums du groupe pour un résultat similaire, d’autant que le premier album du groupe reste à mon humble avis, leur meilleur album. Un petit 12/20 suffira s’il faut noter ce nouvel album des américains.

 

 

Les suisses de Monkey3 ne bouleversent pas non plus nos habitudes finalement, mais ces gars-là ont définitivement quelque chose en plus. Un savoir-faire et un vrai talent pour captiver les foules. Car ce nouvel album, Beyond the Black Sky, remet pour ce qui me concerne clairement les pendules à l’heure après la décevante parenthèse Undercover, Ep de reprises trop sages et faciles, qui n’apportait rien à la choucroute et faisait vraiment redescendre le gourdin après la montée de sève hallucinante que représentait le magistral 39 Laps.

Toujours pas la moindre trace de chant ici, mais on ne le regrette jamais, tant le groupe se concentre sur ce qu’il fait le mieux, ces montées en tension instrumentales sophistiquées, à grand renfort (habilement mesuré) d’électronique, portant des mélodies qui transportent et font voyager loin. Une sorte de rencontre entre stoner et post-rock, qui soit aussi jouissive que le premier, et aussi progressive dans l’évolution des morceaux que le second. Un space rock halluciné qui sait aussi durcir le propos et sortir le riff qui tue quand il le faut (dès « Camhell » l’évidence s’impose à nouveau sur ce sujet, mais aussi sur « Black Maiden » avec ce riff tonitruant qui envahit l’espace avant de se transformer). D’ailleurs Monkey3, plutôt adepte en général des longs développements sur plusieurs minutes, sait aussi sur ce nouvel album donner dans le concis, privilégiant temporairement l’efficacité (« One Zero Zero One » ou « K.I. » par exemple). Un bon 17/20 pour Beyond the Black Sky et sa pochette psyché flashy.

 

http://www.youtube.com/watch?v=5WQ18r1WLxs

 

Au final là où on apprécie ponctuellement le dépouillement instrumental (qui commence par ailleurs à devenir un problème, car lassant et répétitif) et l’efficacité de Karma to Burn, c’est pourtant la richesse de composition, la sophistication des instruments (ce clavier parfait par exemple, les quelques bidouillages électroniques), et le savoir-faire dans la peinture de tableaux évoluant vers des climax de toute beauté,  qui font la différence et emportent l’adhésion vers la nouvelle sortie de Monkey3, dont l’écoute répétée se révèle bien plus satisfaisante et moins lassante que celle de V, tout juste bon pour un petit coup vite fait entre les oreilles…

Le duel tourne donc clairement à l’avantage des suisses sur ce coup-là…

 

V de Karma to Burn publié sur Napalm Records en 2011, et Beyond the Black Sky de Monkey3 publié en 2011 sur Headstrong.

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 804 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. deathlikesilence says:

    OK avec le versus, Karma To Burn est en plus très surestimé depuis sa reformation
    Monkey3 ne m’a jamais déçu, la très grande classe!!

  2. jéjé says:

    y’a pas de match; ou plutôt KTB est bien plus à l’ouest que M3, à savoir que les nuages l’atteignent plus rapidement que M3.
    De match, il n’y a plus.
    En effet, comme bon nombre d’artistes, un groupe/artiste n’a souvent que 2 ou 3 albums pour exprimer la plénitude de son talent. Après, il peut encore sortir de bons (voire très bons albums) mais sans rien révolutionner (ex typiques : Judas Priest avec Painkiller ou Angel of retribution OU Anthrax avec ses albums, n’ayant rien de révolutionnaires mais diablement agréables OU le dernier album de Mastondon, qui ne fait que du Mastodon, mais qui le fait bien). KTB a atteint son paroxysme il y a dix ans(en gros très peu de temps après leur premier album), mais là, contrairement à certains groupes, n’a plus rien, même d’agréable, à proposer.
    M3 est un groupe plus jeune, qui a quoi? 3 ou 4 albums au compteur?, en pleine force de l’âge. J’aime beaucoup.
    Dans 15 ans, en revanche, de qui se souviendra-t-on? Moins évident, par contre…
    J’attends vos réactions, pour enrichir les miennes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *