Adrenaline Mob – Covertá

Pas de commentaires      1 188
Style: Heavy MetalAnnee de sortie: 2013Label: Elm City

Mike Portnoy ne tenant plus en place depuis son départ de Dream Theater, il monte et participe à tout-va à différents projets, pour satisfaire ses envies de prog’ (par exemple avec Flying Colors ou Neal Morse),de hard rock avec The Winery Dogs ou dans le cas présent de heavy-metal avec Adrenaline Mob, « super groupe » composé notamment du chanteur Russell Allen (Symphony X) , du bassiste de Disturbed John Moyer et du guitariste Mike Orlando. Après un premier album fort réussi , Omerta, paru en 2012, le groupe publie cette année un EP de reprises, fort judicieusement intitulé Coverta (vous apprécierez sans doute le subtil jeu de mots). Huit titres piochant dans le heavy metal, mais aussi dans le classic rock. Allons-y pour un petit track-by-track :

High Wire (Badlands)
Reprise d’un des groupes les plus méconnus de cette sélection, le Badlands de l’ex-guitariste d’Ozzy, Jack E. Lee et du batteur de Kiss Eric Singer. Un titre énergique pour commencer, avec un riff qui met tout de suite dans le bain, et un superbe solo de Mike Orlando pour finir le titre.

Stand Up and Shout (Dio)
Un des buts de l’EP semble de rendre hommage à Ronnie James Dio, et Russell Allen se sort avec les honneurs de cet exercice périlleux. C’est donc par un titre de la carrière solo du regretté chanteur que commence cet hommage. Une version pêchue et moderne de ce classique du hard rock, dont la fin fera à coup sur un malheur en concert !

Break on Through (The Doors)
Un choix plus original avec ce classique des Doors qui est introduit par une basse ronflante (!) et boosté de belle manière par le gang. On a même droit à un peu de shred lors du solo de guitare. Les puristes hurleront sans doute au crime de lèse-majesté mais la reprise aura au moins le mérite de ne pas laisser indifférent.

Romeo’s Delight (Van Halen)
Un autre choix original avec un titre de Van Halen ne figurant pas parmi les hits incontournables du groupe. (extrait de leur troisième disque, Women and Children First). Le plus dur quand on se frotte à Van Halen est d’assurer à la guitare et là encore Mike Orlando s’en sort avec les honneurs, tant sur la rythmique que sur la partie solo (qui intègre une courte citation de Led Zeppelin). Mike Portnoy se fait également bien plaisir derrière ses fûts, tandis que l’interprétation vocale de Russell Allen est sans faille.

Barracuda (Heart)
Le petit « guilty pleasure » de ce disque, la reprise du méga tube de Heart, « Barracuda », qui rappellera sans doute des souvenirs aux joueurs du jeu Guitar Hero. La version d’Adrenaline Mob remet au goût du jour ce classique, dans une version vitaminée.

Kill the King (Rainbow)
Hommage à Dio, deuxième :Issu de Long Live Rock’n’Roll du groupe de Dio et Richie Blackmore, ce classique maintes fois repris est servi ici dans une superbe version, sur laquelle Russell Allen s’en donne à cœur joie. Ça n’a rien de révolutionnaire, sans doute un peu moins de feeling que la version originale, mais ça défouraille !

The Lemon Song (Led Zeppelin)
Cette reprise d’un titre du Led Zeppelin II est à coup sur un des choix de Mike Portnoy, gros fan de John Bonham, qui se fait bien plaisir derrière ses fûts à rendre hommage à l’une de ses idoles. On peut aussi y apprécier la versatilité de Mike Orlando et de Russell Allen, qui sont tout autant à l’aise sur ce titre à la couleur hard blues que sur les brûlots hard rock.

The Mob Rules (Black Sabbath)
Enfin c’est par un enregistrement de l’acte fondateur d’Adrenaline Mob, le classique du Black Sabbath période Dio, « The Mob Rules » que s’achève ce disque. Encore une fois, une version bien excitée, où Mike Orlando fait étalage de son talent. Le dessert parfait !

Au final, on a affaire à un EP assez court, mêlant allègrement titres connus et choix plus osés, dans une interprétation sans faille. Bien sur ce EP ne révolutionnera pas l’histoire de la musique ni même celle des albums de reprises, mais sa qualité et son efficacité le destinent à revenir assez souvent sur les platines ou les lecteurs MP3, comme une sorte de « best of » de titres choisis et interprétés avec soin.

Ci dessous une petite vidéo de l’enregistrement d’un des titres « Barracuda »
http://www.youtube.com/watch?v=emPyDSIQjDY

P.S. : Mike Portnoy a récemment annoncé qu’il quittait le groupe à la fin de la tournée en cours, on ne sait en conséquence donc pas trop de quoi l’avenir d’Adrenaline Mob sera fait.

Tracklist :
1. HIGH WIRE – Badlands
2. STAND UP – Dio
3. BREAK ON THROUGH – The Doors
4. ROMEO DELIGHT – Van Halen
5. BARRACUDA – Heart
6. KILL THE KING – Rainbow
7. THE LEMON SONG – Led Zeppelin
8. THE MOB RULES – Black Sabbath

Angrom

Chroniqueur

Angrom

Comme pas mal de gens, c'est par mon paternel que me sont venues bon nombre de mes émotions musicales. Éclectique en diable, mon daron, m'initia à la musique classique et rock essentiellement. Beatles, Rolling Stones et Elton John essentiellement furent parmi les premiers artistes à retenir mon attention. Imaginez ma stupeur quand un ami se présenta un jour chez moi avec des disques d'un groupe anglais, arborant une mascotte qui a l'époque m'avait paru horrible, mais me fascinait. Il s'agissait bien sûr d'Iron Maiden, dont je devins assez vite fan, intégrant ainsi un peu de métal dans mes écoutes, qui, à l'époque, suivaient plutôt la mode du moment. Metallica, Megadeth, Iggy Pop vinrent compléter ma collection d'artistes un peu plus péchus. Arrivé en école d'ingénieurs, un voisin de palier, voyant quelques disques de métal dans ma (encore petite) discothèque, essaya de m'entraîner du "côté obscur". Bien lui en prit, rétrospectivement. À l'époque, en 1998, Angra était au top, et c'est par ce moyen qu'il réussit son coup, me faisant sombrer dans une période heavy-speed, dont je ne garde plus grand chose aujourd'hui (mis à part Edguy et les trois premiers Angra). Une fois le poisson ferré, il passa à la vitesse supérieure en me passant des disques de Dream Theater. Coup de cœur direct pour Images And Words, un peu plus de mal avec Awake, mais la sortie de Scenes From A Memory en 1999 et plusieurs petits détails contribuèrent à faire de ce groupe un de mes groupes favoris, ce qu'il est encore aujourd'hui (une vingtaine de concerts au compteur). Suivant le groupe et tous ces side-projects c'est par Transatlantic que je m'intéressai aux groupes de rock progressif : Spock's Beard, Marillion, The Flower Kings, puis les grands anciens : Yes, Genesis (je considère encore aujourd'hui la période d'or de Genesis comme un des trucs les plus géniaux qu'on ait jamais écrit en musique), Rush (mon groupe n°1), plus récemment King Crimson. Sorti de l'école, je rencontrai sur Rennes la troisième personne à l'origine de mes grands tournants musicaux. Mon troisième maître m'initia aux sonorités plus saturées du death metal et du thrash qui pousse. L'éducation ne se fit pas sans mal, mais j'ai actuellement une discothèque de métal extrême bien fournie, que j'apprécie énormément. .J'en profitai pour découvrir un des groupes français les plus novateurs : SUP. Ou j'en suis aujourd'hui ? Sans doute un mix de tout cela. J'ai succombé également aux sirènes du rock alternatif (Tool, The Mars Volta, Porcupine Tree, Dredg). Je conserve quelques bases heavy que je ne renie pas (Judas Priest, Ozzy Osbourne, Alice Cooper), et j'écoute beaucoup de métal progressif, si tant est qu'il s'éloigne de la technique pour la technique (Pain Of Salvation, par exemple). La trentaine a été également l’occasion de s’intéresser au Jazz, plutôt les classiques « hard bop », mais je ne crache pas sur une petite nouveauté à l’occasion. Je voue également un culte sans limites à Peter Gabriel et à Frank Zappa, hommes à la personnalité fascinante et musiciens expérimentateurs !

Angrom a écrit 58 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *