Kriegsmaschine – Enemy of Man

Pas de commentaires      634
Style: Black Metal OrthodoxeAnnee de sortie: 2014Label: No Solace

Oui parce qu’avant Exercises in Futility le fabuleux, il y avait Enemy of Man… le fabuleux. Et que ce dernier mérite tout autant que le premier, de porter les louanges qui lui vont si bien, et de se voir enfin incarné par quelques mots dans ces colonnes, tant il prouve tous les jours sa longévité et son inusabilité.

Pour comprendre cette entrée en matière, mieux vaut savoir que Kriegsmaschine est un groupe polonais, composé pour les 2/3 de… MGLA. On retrouve en effet le duo M (guitare, basse, chant) et Darkside (batterie), complétés de Destroyer (2ème chant également, qui fait partie d’un autre groupe polonais, Hate). Et évidemment, c’est M le cerveau de l’affaire, le génie derrière ces 2 entités monstrueuses. D’où la parenté et la connexion évidentes entre le dernier MGLA et ce dernier album de Kriegsmaschine. Dans le chant d’abord, (il est assez difficile de distinguer le chant de Destroyer de celui de M tant les deux s’inscrivent dans un registre similaire) mais aussi dans le jeu de batterie, prodigieux, aérien, sautillant, tribal aussi parfois, de Darkside. Un jeu de batterie proche du registre qu’il utilisera dans le dernier album en date de MGLA.

Pour le reste, et peut-être encore plus que ce que propose MGLA, Enemy of Man pue la noirceur, le désespoir, la mort. Pour ce qui est de l’accroche marketing, on est sûr de ne pas toucher un public non averti . Kriegsmaschine est aussi plus proche du courant orthodoxe avec son ambiance religieuse sombre à en crever et ses incantations répétitives (« Asceticism and Passion », magnifique, terrifiant et presque dansant!) qui invitent à la transe, au long de ces 6 titres prodigieux, à la fois longs mais ô combien intéressants et prenants. 6 titres à prendre comme un tout, à digérer ensemble durant près de 46 minutes inoubliables. Là où MGLA met les riffs et les mélodies (irrésistibles) en avant pour séduire, la Machine de Guerre se veut plus aride, misant davantage sur ses dissonances et son ambiance de messe noire impressionnante.

C’est pourquoi certains analyseront un peu hâtivement cet Enemy of Man comme une oeuvre finalement monotone et répétitive, mais ils sont clairement dans le faux et passent fondamentalement à côté de l’essence de l’oeuvre. C’est compréhensible, car il faut un peu de temps pour comprendre et adhérer au « délire » de Kriegsmaschine, là où MGLA est beaucoup plus direct et immédiat dans sa capacité d’emportement. Il faudra donc se montrer patient, laisser reposer puis revenir, pour mieux prendre sa claque et comprendre à quel point cette musique est fantastique.

Enemy of Man est clairement un grand disque. Un grand disque qu’il vous faudra mériter pour peut-être le comprendre.

Tracklist :
1 – None Shall See Redemption 8:34
2 – Lies Of The Fathers 6:31
3 – Farewell To Grace 7:43
4 – Asceticism And Passion 8:45
5 – To Ashen Havens 7:24
6 – Enemy Of Man 7:35

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 789 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *