Cipher System – Central Tunnel 8

Pas de commentaires      1 096
Style: death mélodiqueAnnee de sortie: 2004Label: Lifeforce

Qu’est ce que j’ai pu avoir eu du mal à me mettre à cette chronique… Des semaines que j’ai cet album et après de nombreuses écoutes, j’hésite encore à m’y coller. En effet un dilemme se pose à moi, je suis convaincu de la qualité intrinsèque de ce Central Tunnel 8 mais impossible je n’accroche pas, pourtant j’ai essayé à plusieurs reprises et dans des états d’esprits différents mais rien n’y fait le résultat est le même.

Je vais donc essayer d’être le plus objectif possible en faisant abstraction de mes a priori…

Le groupe d’origine suédoise s’est formé en 1996 et n’a que 2 demos ainsi qu’un split cd avec By Night (bientôt la chronique) à son actif.
Pour leur premier véritable album, ils ne font pas les choses à moitié et décident d’enregistrer celui-ci aux Studio Fredman.

Lorsque j’écoute cet album je ne peux m’empêcher de penser à des groupes comme In Flames ainsi que Dark Tranquillity donc un death melodique à la suédoise (raison pour laquelle peut être je n’accroche pas des masses), mais contrairement à ces groupes qui sont de plus en plus accessibles au fil de leurs nouvelles offrandes, Cipher System lui injecte une bonne dose de progressif à sa musique « in perfection », ce qui la rend assez riche (comment ça contrairement aux 2 autres ?).

Attendez vous donc à de belles parties instrumentales plus atmosphériques où les claviers (avec des sonorités modernes) feront quelques apparitions discrètes mais toujours bien senties. Le dernier titre « Slow Chemical » est d’ailleurs un instrumental de pure ambiant qui permettra à certains d’entre vous qui comme moi écoute de la musique le soir dans son lit, de partir lentement mais sûrement au fur et à mesure que les paupières deviennent lourdes dans un monde imaginaire où les femmes sont faciles…

Les musiciens ont un niveau technique assez impressionnant et sont étonnemment bien en place pour un premier véritable album, c’est à signaler je crois.

Pour ce qui est du chant, la voix du chanteur Daniel Schöldström me fait penser à celle de Thomas Lindberg de feu At The Gates (NdKrakou : et accessoirement de The Great Deceiver maintenant) donc ça hurle pratiquement tout le temps mis à part quelques petits passages à voix claire pour les chœurs notamment.

La production est excellente et très moderne et à n’en pas douter fait honneur aux 11 titres qui composent cet album, mais enregistré au Studio Fredman le contraire m’aurait étonné.

Voila j’ai essayé d’être le plus objectif possible, la côte que j’attribuerai ne sera donc pas une côte qui reflète mon opinion sur cet album (elle serait de 10/20), mais bien une note qui illustre les propos de ma chronique, à vous donc de vous faire votre propre opinion en somme.

  1. in perfection
  2. 24 hours left
  3. what if
  4. state unknown
  5. central tunnel eight
  6. life surrounds
  7. c.s.i.
  8. sufferstream
  9. recive, retrive & escalate
  10. complete
  11. slow chemical – controle h (outro)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *