Black Elk – Black Elk

2 Commentaires      1 134
Style: noise rock métalliqueAnnee de sortie: 2006Label: Crucial Blast

Dans le genre groupe de doux dingues je vous présente Black Elk, une des dernières signatures de l’excellent label Crucial blast records (Souvenir’s Young America, Skullflower, Totimoshi). Premier album pour ces Amércains de Portland et autant dire que celui-ci ne fait pas dans le détail point de vue virulence.
Ici ça tabasse sec et dur mais sans oublier le groove, bien sur. Le gros son est de mise pour ces 10 compositions qui ne manquent pas d’idées, de pêche et de contraste. Cet album eponyme commence en trombe avec « Toggle », lourde rhytmique, riffs incisifs, chant hurlé puis sournois, tournures noisy, oui tout ça à la fois ! Enchaînement avec « My Lil' », tout aussi efficace et furieux.

L’intensité ne descendera en fait jamais réellement, on assiste pendant plus de quarante minutes – en tant que victime consentante, vaut mieux- à ces déchaînements brutaux et vicieux, dans le même esprit que des formations telles Melvins, The Jesus Lizard, Karp ou même Oxbow. Le chanteur Tom Glose évoque par ailleurs la folie et le charisme de David Yow (Jesus Lizard) ou d’Eugene Robinson (Oxbow), mais aussi leur timbre vocal, le mimétisme étant assez flagrant.
Certains titres, sans calmer le jeu, font mousser davantage les montée en puissance, en témoigne les énormes « Eybone » et, plus ambiancé, « Elk Takes Night ». Le groupe aime jouer de ces basses ronflantes, ces dissonances impitoyables, tout en gardant l’impact du groove, présent du début à la fin. J’en veux pour exemple « When I’m a Ghost », titre bien barré qui marrie aussi bien le heavy rock, le punk que la noise la plus vicieuse. Le surprenant et dernier titre est une plage aux délicieux parfums psychédéliques, rappelant le Jane’s Addiction de la grande époque et conclut le disque sur une note des plus jubilatoires.

Je pourrais louanger du même tonneau tous les titres mais, et je vous le donne en mille, ce disque est parfait. Les enchaînements sont parfaits, les hits sont présents, la folie aussi, bref tous les ingrédients d’un disque foutrement rock et foutrement jouissif sont là. Une véritable tuerie !

  1. toggle
  2. my lil’
  3. toss you to the wolves
  4. eyebone
  5. elk takes night
  6. when i’m a ghost
  7. < *>
  8. baby liver
  9. cuddles
  10. who knew?
Up Next

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. guim says:

    Très intéressant tout ça!Merci pour la découverte Kollapsounet

  2. Zepekegno says:

    Un album du feu de dieu, à rapprocher parfois d’un Mac Lusky en plus sérieux et moins imbibé; seul problème: je le possède depuis quelques mois et une fois assimilé, on le réécoute très rarement… mais toujours avec plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *