The Monolith Deathcult – Trivmvirate

6 Commentaires      1 686
Style: death technique originalAnnee de sortie: 2008Label: Twilight Vertrieb

Il ne faut pas plus de 10 secondes d’écoute pour se rendre compte que ce nouvel album de The Monolith Deathcult se démarquera de son prédécesseur White Crematorium. En effet, alors que ce dernier débutait par un déluge de blast typiquement death metal, Trivmvirate se permet lui de déstabiliser d’entrée son auditoire en proposant une rythmique purement électronique. Le groupe se serait-il enfin débarrassé de son influence plus que présente (indice : une bande d’égyptologues américains bien connus)? Certes mon ami, certes.

Sans véritablement proposer une révolution de son style, le combo néerlandais a fort manifestement trouvé avec ce Trivmvirate ce qui manquait au précédent opus : une identité bien propre et personnelle. En évoluant, Monolith a mis un peu d’eau dans son vin, ne propose plus de la castagne aussi virulente que par le passé, et s’autorise des breaks en chœurs, des parties lentes, alternant et donnant encore plus de poids aux parties de pure brutalité. Dès le premier morceau le ton est d’ailleurs donné, avec des parties électroniques sobrement placées, des tempos ralentis, des rythmiques martiales, des parties limites néo-classique, des effets sur la voix et des sections brut de fonderie. Sur plus de 9 minutes le groupe nous fait une vraie démonstration de son évolution. Et c’est encore bien peu de dire que le résultat est grandiose.

Le reste de l’album suit plus ou moins le même schéma, et même si la deuxième moitié de l’album parait plus light niveau prise de risque (si on excepte le final grandiloquent de plus de 14 minutes avec ses multiples surprises -voix claires, voix black…), le niveau reste particulièrement élevé.

Alors bien sur on pourra encore ici ou là trouver des influences de Nile mais celles-ci, moins nombreuses et mieux intégrées que par le passé, se fondent dans le disque parfaitement et ne deviennent jamais gênantes.

Le seul petit point noir que je trouverais à ce groupe sera en fait double. Primo, les solos sont parfois à la limite du branlage inutile de manche et ne s’intègrent pas toujours parfaitement à la musique. Deuxième petit bémol, la voix est assez étrange et manque parfois de profondeur. La comparaison est assez osée mais je dirais que la voix me fait penser à celle de Haggard sur laquelle j’avais déjà émis quelque réserves dans les chroniques concernées. Mais rassurons-nous, la voix de l’ami Robin est suffisamment variée pour nous faire oublier les quelques menus soucis de grunts.

Petit mot sur la prod remarquable qui fait ressortir tous les instruments de manière idéale ainsi que sur l’artwork vraiment bien choisi et on aura fait le tour.

En définitive et malgré les quelques soucis suscités qui relèvent davantage du pinaillage, on tient probablement ici un des albums de death de l’année 2008. Une grosse prise de risque pour le groupe qui mérite un réel encouragement et donc nécessairement une note en conséquence.

  1. deus ex machina
  2. wrath of the baath
  3. kindertodeslied
  4. master of the bryansk forest
  5. m.m.f.d.
  6. i spew thee out of my mouth
  7. demigod
  8. den ensomme nordens dronning
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. Inhuman says:

    Très bon album, différent du précédent, c’est à dire moin furieux, plus ordonné mais tout aussi jouissif !
    Death Metal de grande classe

  2. Natale Carne says:

    Argh! Je l’ai commandé et suis impatient de le recevoir!!

  3. Noohmsul says:

    Les extraits sur le myspace sont completement nuls…

  4. epoch says:

    J’ai trouvé cet album excellent aux premieres écoutes mais il m’a vite saoulé.

  5. nedurb says:

    rha mais je suis le seul à être franchement déçu de l’orientation prise sur ce nouvel album suite au précédent qui reste exceptionnel ?

  6. damien luce says:

    Strapping vs nile qui aurait viré death metal avec des orchestrations somptueuses, je suis tombé sous le charme.

Répondre à epoch Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *