hubris. – Metempsychosis

Pas de commentaires      2 549
Style: post-rockAnnee de sortie: 2020Label: Art As Catharsis

En ces temps difficiles où l’actualité est source d’inquiétude extrême, la musique sert souvent d’exutoire. Qu’elle soit violente pour extérioriser les tensions ou plus douce pour apaiser, son pouvoir est infini. Bref, vous prendrez ça peut-être pour des banalités mais voilà, cet album d’hubris. fait vraiment partie des albums issus de cette seconde catégorie, invitant au voyage sensoriel pour se déconnecter du monde réel, et cela fait un bien fou !

Originaire de Fribourg (en Suisse), hubris. est une formation née en 2014 et auteur de deux albums avant celui-ci. Repéré par l’excellent label australien Art As Catharsis, le quartet peut enfin exprimer au plus grand nombre son post-rock narratif ayant pour thématique centrale la mythologie grecque.

« Hepius » débute le voyage de manière très planante et minimaliste (avec seulement des percussions à l’ouverture), l’ambiance est aérienne, un soupçon mélancolique avant que tous les instruments ne se ramènent, épaississant les textures. Les guitares sont cristallines tandis que les synthés complètent l’onirique décor installé par les suisses. Onze premières minutes où les dynamiques vont du modéré à du plus explosif avec une constante dans la délicatesse.

Et il va en être ainsi sur la totalité de ce Metempsychosis, aux morceaux très longs mais aux trouvailles mélodiques envoûtantes, aux rythmiques parfois plus enjouées (la première partie de « Dionysus », plutôt dansante, sonnant dans le sillage d’un Maybeshewill) et n’hésitant pas à rompre ses propres codes comme sur « Icarus » où surgit du spoken-word racontant le mythe du même nom. Le voyage, mouvementé et blindé d’émotions jusqu’alors se conclut avec « Heracles », somptueux final aux mélodies sensibles (dignes d’un God Is An Astronaut) au pouvoir d’accroche encore plus fort que le reste de l’album.

Metempsychosis est simplement une merveille d’album faisant s’élever l’âme dans un confortable cocon de nuages. Tu as beau être confiné chez toi dans tes pantoufles, ton esprit est au grand air, loin, très loin de toute turpitude. On a tout simplement là un prétendant au meilleur album de post-rock de l’année.

  1. Hepius
  2. Dionysus
  3. Adonis
  4. Icarus
  5. Dedalus
  6. Heracles

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *