Nwar – EP

1 Commentaire      2 368
Style: instrumental/post-hardcore/noiseAnnee de sortie: 2020Label: Head Records

Si vous ne suivez pas trop la scène montpelliéraine, il y a des chances pour que le nom de Nwar ne vous parle pas trop. Pourtant, en se penchant sur ses membres, on se rend compte que ce duo n’est né de la dernière pluie: le batteur n’est autre que Nicolas Gromoff (issu de deux des groupes de noise parmi les plus importants du genre: Tantrum et Drive Blind) et Laurent Graziani (Lunatic Age, Franckie IV Fingers) officie à la guitare. Après un premier album autoproduit (déjà sans titre) sorti en 2018, Nwar remet le couvert avec cet EP, cette fois chez les locaux de Head Records.

On pourrait dire que la (superbe) cover et le logo sont trompeurs car nulle trace de black metal chez Nwar. Mais comme leur nom l’indique, leur musique demeure obscure, piochant dans ce son post-hardcore/noise des 90’s et y accolant une dimension narrative unique. La musique du duo est ainsi principalement froide, et parfois par-dessus elle gagne en tension, notamment lorsque retentissent les cris désespérés d’une jeune femme (poursuivie ? torturée ?) pendant « 03 », un titre au pouvoir cinématographique aussi dérangeant que fascinant.

Un pouvoir cinématographique qui se déploie bien tout au long de ce nouvel EP malgré les nombreux soubresauts qu’offre Nwar. Car le duo apprécie complexifier sa musique, brisant régulièrement ses rythmiques avec fracas (la production est bien imposante) pour ne jamais sombrer dans le cliché couplet-chorus trop attendu. Ici on navigue sur des eaux bien agitées et on virevolte sans jamais repasser deux fois au même endroit. Mais les deux gaillards, forts de leurs expériences, savent demeurer épiques (avec parfois le support d’un synthé) et bruts (comme pendant la nerveuse conclusion « 05 »), tout en démontrant une belle complémentarité. Un très solide EP.

  1. 04
  2. 03
  3. 0666
  4. ST07
  5. 01
  6. 02
  7. 05

beunz
Up Next

Commentaire

  1. RBD says:

    Excellent ! Cela fait très plaisir de voir revenir les pères fondateurs de la première génération de la scène locale, qui avaient accédé à une reconnaissance mondiale dans leur petit genre. En plus de nous servir un Noise remarquable, ils ont mis la ville sur la carte du monde du genre, et pendant des années nous avons eu tous les autres grands groupes du style qui passaient chez nous à chaque tournée européenne. C’était le bon temps… vivement que ça reparte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *