House Of Harm – Playground

Pas de commentaires      155
Style: post-punk/synthpopAnnee de sortie: 2023Label: Avant! Records

Révélé en 2020 avec le très bon Vicious Pastimes, House Of Harm fait son retour en cette fin 2023 déjà trustée par de nombreux tops alors qu’un maximum d’albums n’ont même pas encore eu le temps d’atterrir dans mes oreilles. Et ce serait bien dommage de passer à côté de ce Playground car le trio de Boston y mélange à sa manière post-punk et goth des 80’s avec forte présence de synthés et de guitares au delay immersif, mais aux vocaux sonnant comme un Robert Smith « midwest emo ».

Michael Rocheford, le chanteur, cale donc ici beaucoup d’émotions à ces compos touchant forcément à la nostalgie empreinte de rêverie. Le trio possède plein de réminiscences des années 80, The Cure en tête mais aussi Echo And The Bunnymen ou Depeche Mode pour cette alliance aussi dansante que tristoune, mais on peut aussi leur trouver une certaine continuité avec Drab Majesty, Traitrs ou Body Of Light dans leur faculté à créer des hymnes synthpop au pouvoir d’accroche instantané (notamment la doublette d’entrée « Before The Line »/ »To Last » étant particulièrement réjouissante).

Les dix titres aux humeurs changeantes des bostoniens possèdent des arrangements jamais hors de propos, qu’ils soient dans le lent et ténébreux (« The Face Of Grace ») comme dans le hit en puissance tel une fausse reprise de The Cure (« Two Kinds »). On a là au final un vrai bon au goût d’autrefois, sortez vos chemises à jabot, vos rimmels et autres vêtements noirs avant d’aller à la batcave !

  1. Before The Line
  2. To Last
  3. Roseglass
  4. The Face Of Grace
  5. Soaked In Pastel
  6. Two Kinds
  7. Endlessly
  8. Ignore The Taste
  9. Moving On
  10. Place It Back

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *