#2020

DSGNS – Ceremony

Nouvel EP pour les texans que DSGNS, découverts en 2016 avec leur excellent début Hexes. Le groupe d’Austin continue ici de s’aventurer sur des terres hostiles et tourmentées d’un hardcore brutal teinté de chaos et de noise.

Loathe – I Let it In and it Took Everything

Bon… Les pochettes d’albums de Loathe ne sont décidément pas ce qu’ils font de mieux, voilà sans doute l’enseignement à retenir du premier contact avec ce nouvel album du groupe de Liverpool. Heureusement, un autre enseignement prend bien vite le dessus : la musique des anglais est toujours aussi bestiale et jouissive à la fois.
Le groupe poursuit sur la lancée de son excellent premier album et accentue encore les traits de son style, se faisant encore plus agressif et implacable quand il l’est mais en plus efficace (« Broven Vision Rhythm » –> la torgnole en 2min35 ou « New Faces [...]

Napalm Death – Logic Ravaged by Brute Force (EP)

Les patrons merde! A chaque fois que je chronique un disque de Napalm Death j’ai envie de faire court car il n’y a rien d’autre à dire en fait : ces mecs déchirent tout à chaque fois. Ici encore, comment dirait-on le moindre mal de cet EP de deux titres sauf pour dire qu’il est vraiment trop court et nous laisse méchamment sur notre faim ?
Car le nouveau morceau à l’honneur, « Logic Ravaged by Brute Force » en plus d’avoir un titre monstrueusement classe, est aussi un morceau monstrueusement génial et réussi. Dans le registre le moins grind des [...]

Twin Atlantic – Power

J’avais bien apprécié le cru 2016 (GLA) de Twin Atlantic, ce trio écossais qui proposait à l’époque un rock très orienté guitares, avec des refrains imparables, un peu à la Royal Blood. Le virage pris par le groupe de Glasgow pour son retour en 2020 interpelle donc d’abord, dès l’entrée en matière « Oh! Euphoria! » car on sent une volonté assez claire du groupe de remiser les guitares, et de se concentrer sur sa facette la plus pop et probablement la plus « bankable » également.
Un choix commercial donc peut-être, qui n’empêche pas ce Power d’être finalement bien agréable. La capacité [...]

Fliege – The Invisible Seam

On le sait, la scène black de New-York fait montre depuis plusieurs années d’une grande créativité, entre des groupes comme Woe, Negative Plane, Yellow Eyes, ou encore Imperial Triumphant. Il va falloir aujourd’hui ajouter Fliege à la liste, car voilà un groupe qui ne laissera, c’est certain, personne indifférent.
Inspiré du Septième Sceau de Bergman ce qui se devine jusque dans la peinture de l’emblématique personnage de la mort sur la pochette, cet album est en effet d’une originalité troublante qui risque de rebuter les plus hermétiques à la fusion des genres. Car sur une base black metal évidente, [...]

Poppy – I Disagree

Riffs néo metal, solos qu’on croirait parfois sortis de la guitare de Brian May (« I Disagree »), imagerie faussement provoc’ avec cette pochette où elle apparaît retouchée en photoshop pour un effet très corpse paint black metal… Moriah Rose Pereira (c’est son vrai nom), américaine de 25 ans qui semble comme Grimes attirée par l’univers manga japonais (cf ses clips), aime apparemment aussi jouer avec l’imagerie metal pour proposer, non pas une véritable fusion pop/metal mais 10 morceaux et 35 minutes d’une électro pop habillée de quelques éléments metal ou rock.
En toute logique ça aurait du être putassier et [...]

Deathmaze – Eau Rouge

Deathmaze est un duo belge (Gregory Mertz et Julien Diels) qui a bourlingué au travers de nombreux groupes très intéressants (Daggers, Cocaine Piss, Necrodancer, Vuyvr ou encore Elizabeth) et qui a ici décidé de s’attaquer au post punk/coldwave avec un feeling davantage metal. La fiche promo parlant d’ailleurs d’un mélange de The Cure et de Darkthrone, ça a de quoi titiller l’intérêt, non ?

Frogg – A Reptilian Dystopia

Frogg est un projet débuté en mode one-man band par un certain Sky Moon Clark, jeune gars du Connecticut fan de death metal progressif et technique. Ayant l’ambition de renouveler le genre, le gaillard (au chant et à la guitare) s’est finalement entouré de trois compagnons, en l’occurrence Siebe Sol Sijpkens (basse), Anthony Barrone (batterie) et Liam Zintz-Kunkel (guitare rythmique) pour livrer A Reptilian Dystopia.

Ryte – S/T

On peut trouver ça amusant ou désespérant mais j’aime bien décoder le style d’un groupe rien qu’à la vue d’une pochette d’album. S’il existe parfois des groupes qui sortent des sentiers battus en proposant des covers originales, la plupart respecte au détail près des codes graphiques qui font que l’on se trompe rarement quant au contenu dudit album. Et en parlant de trompe, celle du mammouth visible sur la cover du premier album de Ryte n’est pas visible, planquée sous un nuage de fumée (sur lequel pousse des champignons magiques) entourant une pyramide…

…And You Will Know Us by the Trail of Dead – X : The Godless Void and Other Stories

Jusqu’ici, the Trail of Dead et moi, ça n’avait bizarrement jamais collé. Ce n’est pas faute d’avoir essayé à plusieurs reprises de rentrer dans l’univers des américains qui avait tout pour me parler sur le papier, et avec 9 albums au compteur, autant dire qu’il y avait largement de quoi faire. Impossible pourtant pour moi d’apprécier un album en totalité, je n’étais certes pas insensible à quelques titres par-ci par-là, mais dans la globalité aucun album ne me donnait envie de rester, ou de remettre le couvert.