Vukovi – Fall Better

Pas de commentaires      1 176
Style: Rock burné et mélodiqueAnnee de sortie: 2020Label: VKVI

Après l’album bien fun de Poppy, nouveau coup de projecteur sur un disque frais et sympathique, ce Fall Better, nouvel album des écossais de Vukovi qu’ils sortent sur leur propre label. Il s’agit là encore d’une petite pépite d’album fun et sans prise de tête comme le laisse imaginer cette pochette fluo en diable.

Vukovi, en dehors de son nom à coucher dehors est un duo (homme/femme) qui se définit un peu abusivement comme donnant dans un mélange de pop et de punk. En réalité la musique de Vukovi n’a pas grand chose de punk si ce n’est peut-être l’attitude et l’image un peu excentriques (mais pas bien méchante non plus par les temps qui courent). Quoi qu’il en soit, punk ou pas punk, le mélange proposé par Vukovi pourra simplement se définir comme du bon rock à chanteuse avec renfort d’artifices électroniques et surtout des refrains proprement irrésistibles, d’où la référence à la pop, compréhensible celle-là.

Après une intro dispensable mais plutôt « fun », débouche « Violent Minds » et avec lui le premier refrain infectieux de l’album. Et la suite ne démentira en rien cette tendance, les 10 vrais titres de l’album (« Verify Your Worth » étant un interlude dans la droite ligne de l’intro mettant en avant ce personnage à la voix japonisante qu’on retrouve d’ailleurs sur l’excellent final « Run/Hide ») contenant tous une accroche qui ne laisserait pas de glace même le plus froid des esquimaux. Pour chipoter, j’irai mettre un léger bémol sur le titre « C.L.A.U.D.I.A » dont le démarrage et le refrain ne me plaisent pas autant que le reste mais le groupe ne semble pas partager mon avis puisque ce titre a été choisi comme single pour mettre en avant l’album (aux côtés de l’excellent « All that Candy »).

Il y a donc à mon sens un petit moment faible sur ce titre et le suivant « Behave », qui reste très correct mais est peut-être quand même un poil moins réussi que le début de l’album… mais aussi que la suite, assez impeccable, avec « All that Candy » qui mêle le muscle des riffs de guitare et la mélodie implacable du refrain.

Les arrangements électroniques discrets (par exemple sur « I’m Sorry ») sont parfaitement bien placés et ne sont pas pour rien dans la réussite de cet album, mais on n’oubliera pas d’évoquer la très bonne chanteuse du groupe. Vocalement, Janine Shilstone fait en effet un boulot assez remarquable, et n’est pas pour rien dans l’efficacité des titres. Son timbre féminin mais néanmoins assez grave et puissant m’a parfois fait penser à celui de la chanteuse de Marmozets. Elle est à l’honneur sur la doublette « Where Are You » / « White Lies », quasi ballades pas niaises et réussies qui nous préparent au final de « Run/Hide » qui est clairement le titre le plus énervé de l’album et qui clôture magistralement ce très bon album.

Fun, mélodique et efficace en 3 mots.

Tracklist :
1 – 17359
2 – Violent Minds
3 – Aura
4 – C.L.A.U.D.I.A.
5 – Behave
6 – Play with Me Cos I Can Take It
7 – Verify your Worth
8 – All That Candy
9 – I’m Sorry
10 – Where Are You
11 – White Lies
12 – Run/Hide

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 921 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *