Psyopus – Ideas of Reference

14 Commentaires      1 493
Style: chaotic & schyzophrenic jazzcoreAnnee de sortie: 2004Label: Black Market Activities

J’ai découvert Psyopus sur le net, et quelle découverte! Si vous aimez la scène chaotique et hardcore, vous allez adorer ce groupe. Si vous voyez en The Dillinger Escape Plan une des merveille du monde, je peux vous dire que Psyopus va venir faire vaciller votre équilibre musical.

Psyopus c’est moche comme nom, mais bon c’est pas grave on va pas s’arrêter à ça. En plus leur musique est super opaque, pas du tout facile d’accès…
Tout ça fait que la route pour aller vers Psyopus n’est pas très engageante, enfin bon faut peut-être se lancer à un moment. Parce que si la route laisse timide, le quartet, lui, n’y va pas par quatre chemins et nous ratisse les oreilles à coups de descentes de manches ultra-technique, de batterie métronomique, d’un chant écorché le tout pour un rendu plus que chaotique; un chaos dans lequel se mêle métal, hardcore, jazz… Cette recette vous rappelle DEP, et bien oui. La recette est similaire mais le gâteau n’est pas
le même. Néanmoins on pourrait croire que Psyopus est né pour contrecarrer la toute puissance et l’hégémonie de DEP dans ce créneau musical. Mais attention, je vous parle du DEP de Calculating Infinity, pas celui de Miss Machine non pas que ce dernier soit mauvais, loin s’en faut, mais ce Ideas of Reference est évidemment à mettre en relation directe avec le
premier album des 5 du New Jersey. Une furie schyzophrène qui fait peur à entendre, aucun compromis, aucune facilité, quasiment aucun temps de respiration (l’intro de « Imogen’s Puzzle »). Des rythmiques et des plans tarabiscotés au possible, une brutalité dissonante et jouissive… Un véritable tricot dans des structures complètement free.

Les 9 titres de cet album sont déjà à classer dans l’histoire du chaotic hardcore tant, comme l’indique le titre de l’album, ils sont déjà des idées de référence. Certes on a l’impression d’avoir du déjà entendu… Mais ne vous y fiez pas. Certains vont considérer Psyopus comme un clone de DEP, de la même manière que l’on considère tous les clones de Hatebreed… Certains vont donc cracher sur Psyopus. Peu importe, pourquoi le chaotic hardcore n’aurait pas aussi ses clones? Surtout que celui-ci, comparé à certains autres, est franchement bien réussi. En plus je préfère de loin un clone de
cette trempe plutôt qu’un pantin qui repique un plan de metal/hardcore tout basique et pourri. Loin de faire une musique facile tant à l’écoute que par la technicité, on peut reprocher au groupe d’avoir voulu nous faire plus une démonstration qu’autre chose tout au long de ces trois petits quarts d’heures. Reproche justifié mais comprenez ce groupe qui a devant lui des pères irréprochables. Je considère donc ces surenchères techniques comme des nécessités et non comme une volonté de faire de l’esbrouffe ou les hardcore heroes.

L’opacité musicale (même pour les fans du genre) et le statut de sous-dillinger, qui va leur coller à la peau, font qu’ils ne vont pas plaire au plus grand nombre… Dommage pour eux parce que moi je suis déjà complètement séduit. Bien plus qu’un sous-Dillinger ou qu’un engin prêt à affronter les maîtres sur leur propre terrain, psyopus se pose comme un des gros groupe a placé dans la constellation de la musique schyzophrène.

  1. mork and mindy (daydream lover)
  2. the white light
  3. death, i…
  4. the longroad to the 4th dimension
  5. mannequin
  6. mirrorrim
  7. imogen’s puzzle
  8. anomaly
  9. bones to dust
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

14 Commentaires

  1. Crusto says:

    J’etais tombé sur ce groupe y’a quelques temps, c’est spécial, mais vraiment bon!

  2. jonben jonben says:

    Un peu excessif à mon goût, une surrenchère de bourrinage chaotique mais très bien fait… enfin j’ai du mal à écouter l’album entier.

  3. fewz says:

    C’est clair que se tapper l’album dans son intégralité c’est un exercice peu digeste. Il n’en reste que c’est fichetrement bien lancé.

  4. kollapse says:

    bien fait mais il est clair que j’arrive pas à me faire l’album en entier…ds le « genre » jpréfère me passer un bon Ion Dissonance , DEP , The End ou Uphill Battle.

  5. Crusto says:

    Ion Dissonance c’est le meilleur groupe de ce genre de zic pour moi avec DEP.

  6. meshujira says:

    pour moi aussi ;), et le + taré fo dire!

  7. fewz says:

    je connaissais pas Ion Dissonance…je suis allé me le procurer, et c’est clair que ça arrache SEVEREMENT!! énorme Ion Dissonance, énorme!

  8. Crusto says:

    Tous anciens membres d’un groupe de jazz les Ion Dissonance!!

  9. kollapse says:

    techniquement ça se sent! d’ailleurs à qd une chro sur eklektik? en tt k j’ai entendu que le nouvel album de Ion allait sortir beintot , mars 2005 je crois me souvenir.

  10. Crusto says:

    Je veux bien chroniquer Breathing Is Irrevalent si vous le voulez.

  11. jonben jonben says:

    Mais nous voulons!

  12. kollapse says:

    et comment k’on veut! et plus vite que ça!;)

  13. kollapse says:

    A « force » d’écoutes succèssives jdois dire que je me suis fait à tout ce petit bordel concocté par les fins techniciens de psyopus. Alors certes ya un enorme déballage, de la branlette, mais cela ne nuit pas à l’énergie dégagée et le coté délirant du groupe est attachant au bout d’un moment…du moins ça a été le cas pour moi!En tout cas si qqun trouve que DEP c’est déja le gros bordel et qu’il y pige que dalle, qu’il ne se mesure pas à ce « ideas of reference »…15.5/20 pr ma part.

  14. raikoh says:

    Les guitares de Psyopus me font vraiment penser aux défunt Human Remains, et je m’attendais à voir ce groupe mentionné dans la chronique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *