Monkey3 – 39 Laps

22 Commentaires      1 784
Style: post-rock psychédéliqueAnnee de sortie: 2006Label: Buzzville Records

La Suisse n’en finit décidément pas d’étaler ses joyaux à la face du monde. Comment un si petit pays est-il capable de regorger de formations d’aussi grande qualité, le secret ne sera pas encore mis à jour aujourd’hui mais Monkey3 vient encore apporter de l’eau au moulin de cette théorie.
En témoigne ce superbe 39 Laps sorti en fin d’année dernière (c’est-à-dire il n’y a pas si longtemps en réalité) et qui, découvert quelques semaines plus tôt, serait certainement venu chambouler quelques palmarès de fin d’année. C’est tout simplement pour moi le meilleur album de post-rock instrumental de l’année passée. Et ce genre est pourtant en passe de se saturer et de s’étouffer lui-même du fait d’un trop grand nombre de groupes s’embarquant sur cette voie…

Qu’est-ce qui peut bien faire de cette énième sortie du genre, un cas à part qui ne manquera pas de vous donner envie de plonger malgré une lassitude marquée ?
Au risque de vous décevoir, pas sûr de pouvoir vous expliquer le pourquoi du comment désolé, mais cet album est tout simplement envoûtant.
Les 5 compositions (+ une reprise, on va y revenir) sont parfaitement ciselées, taillées dans une pureté musicale imprenable et estomaquante. Il ne vous faudra pas plus de 5 minutes pour être convaincu. Là où nombre de formations s’engoncent dans des plans pénibles, s’étirant en longueur et assomant l’auditeur pendant de longues minutes, Monkey3 transforme les minutes en secondes, les morceaux s’enchaînent, et 50 minutes plus tard, l’auditeur a du mal à croire qu’autant de temps soit passé.
Pourtant à première vue on pourrait facilement penser que Monkey3 ne propose rien qui n’ait été fait avant par un Pelican, voire éventuellement un Red Sparowes… Ce serait une erreur car l’ajout ponctuel de sonorités stoner et de bruitages de circonstance qui plantent un décor fumeux parfaitement adapté au trip planant qu’il met en place (voir la fin de « Driver » mais surtout « Jack » et ses airs de grands espaces de l’ouest) participent quand même beaucoup à installer cette ambiance unique et planante… Et puis clairement, le groupe jouit d’un insolent talent pour mettre en place ses instrumentations et ses plans avec une maestria qui confine à la sorcellerie proposant des montées crescendo débouchant presque systématiquement sur de superbes climax à l’intensité poignante (voir le superbe « Last Moulinao » à l’ambiance tribale et sud américaine – ah cette guitare!-, dont on aurait même volontiers repris quelques minutes tant il est superbe) desquels transparaît toujours une mélodie à vous faire frissonner.

Le groupe est composé de 4 individus : guitare, basse, batterie et machines/samples, et autant dire que ces derniers jouent un rôle important dans la musique du groupe. Pourtant bel et bien présentes, les machines ne s’imposent jamais avec balourdise, les bruitages psychédéliques et autres sonorités électro ayant le bon goût de s’inviter au contraire avec grâce et discrétion pour contribuer à vous emporter dans le trip (« Jack » encore ou le psyché Pink Floydien « Je Et Bikkje ») et vous faire mieux succomber.
Et vous succomberez… Vous succomberez encore et toujours à l’écoute du morceau qui clôture le bal de cet album : une reprise fidèle mais néanmoins appropriée, habitée même, du chef d’oeuvre de Morricone, « Il Etait Une Fois dans l’Ouest » dont l’ambiance fumeuse cotoîe tout naturellement les compos écrites par le groupe. Rarement une reprise aura autant sembler s’imposer avec naturel comme si sa place avait toujours été sur cet album, en 6ème position…

« Stoned People Advisory, Explicit Music » prévient le groupe au dos de la pochette, et on ne peut décidément qu’approuver devant cette perle de post-rock inspiré sur laquelle vous auriez bien tort de ne pas vous arrêter un moment…

  1. xub
  2. last moulinao
  3. driver
  4. jack
  5. je et bikkje
  6. once upon a time in the west (e. morricone cover)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 825 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

22 Commentaires

  1. inthese says:

    le post rock stonisant a un nom tout bête moins alambiqué, le space-rock :) Monkey3 signe ici un fantastique album, plus heavy qye le précédent et s’impose comme le fer de lance européen du genre, dont les autres acteurs sont devenus muets (7zuma7, GasGiant) ou ont splitté (35007). La reprise de Morricone, totu en restant fidèle à l’original, me tire des larmes tant elle est puissante. Grandiose !

  2. pearly says:

    album magique, moi j’irai dans l’hypnostoner :D
    froid et aérien, puis fusionnel, surexcité, une maîtrise totale des sons, des notes et des intensités… Chaque titre installe un univers doux, hypnotisant, avant de partir vers des ambiances bien plus énervées, toujours envoûtantes. Effectivement, la reprise de Morricone est absolument magistrale, elle résume le reste de l’album.
    Quelques mois après la réédition du premier album, 39laps met la barre très très haut… Rhaaa ces Suisses, j’vous jure

  3. Zurb says:

    Post rock?????? Arrêtez d’appeler post-rock tout ce qui ne ressemble pas à du heavy metal!!!!
    Bon, à la limite je pourrais comprendre si l’on découvre le groupe avec cet album, mais quand-même…
    Pour ceux qui connaissent le groupe depuis ces début, le terme « hypnostoner » (merci Pearly) (ou « psycostoner » selon eux-même) serait plus approprié. Personnellement je ne suis pas encore rentré totalement dedans, je trouve que le précédent album était plus rentre-dedans et ainsi plus facilement assimilable (je le conseil vivement!!!! Il est terrible!!!). Néanmoins là avec ce « 39 laps » je suis convaincu. Et en live ça joue avec grande maitrise, et ça groooove babyyyyyyyyyy!!!!!!

  4. krakoukass Krakoukass says:

    @Zurb : Y a pas de post-rock dans la musique de Monkey3 ????????? Alors là quand même tu y vas un peu fort… Il me semble quand même assez marquant qu’il y a au contraire une grosse base post-rock sur cet album… Après je ne connais pas le précédent mais je ne parle que pour celui-là…

  5. pearly says:

    je pense que musicalement, il n’y a presque rien de post-rock, mais que dans l’esprit, l’ambiance, c’est très similaire : certainement, surtout, parce que c’est instrumental et gorgé de passages évolutifs calmes qui vous prennent aux tripes.

  6. Thomas says:

    Je découvre et ça m’a l’air très très bon…

  7. zurb says:

    il faut aussi connaître 35007 (surtout l’album « Liquid »), dont ils en sont fan. ça n’est pas post-rock à proprement parler, mais ça se rapproche dans le résultat, et je pense que les samples, qui donnent un aspect très aérien, en sont en grande partie responsable… Exactement comme Pearly l’a décrit. Mais pour moi ça reste du stoner psyché avant tout, mais c’est mon avis, et je peux comprendre que l’on ne ressente pas cette musique de la même manière suivant ce que l’on écoute habituellement, et ça c’est aussi ce qui fait le charme de ce disque: on a l’impression qu’il ne font rien de révolutionnaire, et en même temps on a du mal à définir d’où ça vient…

  8. matstriker says:

    excellent dès la première écoute. pour moi, c’est plutot stoner que post-rock (mettez ce que vous voulez devant stoner…)

  9. XXuK says:

    Je découvre enfin cet album aprés avoir lu la critique il y a quelques jours. Merci de nous faire découvrir de telles choses.
    Par contre, je suis assez d’accord avec certains autres commentaires ; cet album a peu d’empreinte du post-rock, à part ces montées mathématiques. En effet, le nom de « psycostoner est peut-être mieux adapté.
    En tous cas, c’est fabuleux!!! J’y retourne…

  10. yvemouss says:

    cet album est monstrueux, tout comme le premier d’ailleurs, j’adore, je me le passe en boucle.par contre je vois pas trop ce qui fait penser a beaucoup que ce groupe ressemble a pelican et red sparowes (deux groupes que j’adore) a part le coté instrumental…pour moi c’est surtout un mélange de kyuss, pink floyd et tool surpuissant…

  11. hipo says:

    Si vous aimez tous cet album, pourquoi ne pas poser votre oreil sur Harvester de Fluidage, Phase V de 35007, Deep Inside de 7zuma7, ou meme sur Rock Formations de Yawning man. Et puis achetez vous une lava lampe et un peu de weed histoire de profiter pleinement de ce space rock a tendance stoner…

  12. krakoukass Krakoukass says:

    Bon, au moins on est tous d’accord pour dire que ça bute !!!

  13. Ellestin says:

    on est bien d’accord, cet album bastonne quelque chose de rare. Des groupes comme ça, je ne demande qu’à en découvrir!

  14. XXuK says:

    Alors y’a le Ostinato (déjà chroniqué ici) qui est vraiment une tuerie dans le genre instrumental.
    Qui l’apprécie (à sa juste valeur)?

  15. hipo says:

    Par contre, Ostinato, c’est du post-rock hein…
    Ha ha ha, le chieur quoi.
    Bon, sa ne veut pas dire que sa ne te plaira pas.

  16. XXuK says:

    Ostinato a en effet de gros côtés Post-rock mais va tout de même bien au delà. En tous cas, comme ce Monkey3, le ostinato est une pure merveille, tout comme le Russian circles ;-)

  17. Dun23 says:

    Grosse découverte en ce qui me concerne lors du premier passage d’Honcho à Paris l’année dernière avec leur album précédent. J’ai écouté celui ci sur le net à cette adresse: http://3voor12.vpro.nl/speler/luisterpaal/31491448
    Et que dire si ce n’est qu’il est largement à la hauteur de son prédécesseur.
    Un groupe plus qu’envoutant, largement indispensable!

  18. Thomas says:

    J’ai aimé les extraits du coup je l’ai acheté (15 euros frais de port compris sur le site du label, bien emballé et livré très rapidement, au cas où des gens seraient tentés) et ouch quelle claque ! Ca faisait longtemps que je n’avais pas découvert un truc qui m’emballe autant, merci pour la découverte !

  19. quelqu'un says:

    je pense que je vais faire pareil que thomas !! monstrueux tout simplement ! combinant des sonorités à la Mogwai et des monstreuses mélodies à la Capricorn …enivrant et en meme temps terrifiant

  20. Pablo says:

    Difficile de rentrer dedans tout de même. Faut de nombreuses écoutes pour apprecier ce disque.

  21. shadow says:

    aucun soucis pour rentrer dedans…
    je dirais meme que je le trouve pas extraordinaire apres plusieurs. bon, seulement.

  22. matstriker says:

    celui-la, je m’en lasse pas…merci de nous faire découvrir ce genre de trucs inconnus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *