Minushuman – Watch the World Die

minushuman--2008--watch-the-world-die--l

Minushuman est né sur les cendres du groupe Dark Poetry, un groupe dont je m’étais toujours promis d’écouter un album sans l’avoir finalement jamais fait.
Pas très grave, car Minushuman avec Watch the World Die devrait faire oublier facilement son prédécesseur, tant la qualité est au rendez-vous.

Définir la musique pratiquée par nos petits français n’est pas une tâche aisée. J’y vois pour ma part une rencontre entre un thrash résolument moderne avec des touches de death et surtout de dark. En guise de référénces qui viennent à l’esprit lors de l’écoute de cet album, je citerais Strapping Young Lad, les premiers Klone vocalement, Disbelief (« All Keeps Falling Down »), et même Red Harvest pourquoi pas sur les moments les plus lourds et pesants.

Ce qui est sûr c’est que ce pot pourri est loin de l’être (pourri). La variété est au menu, les ambiances sont sombres et plutôt mélancoliques.
La gaieté n’est pas à l’ordre du jour donc, comme en atteste cette pochette sombre et inquiétante qui toute réussie qu’elle soit, ne traduit pourtant pas à mon sens une dimension importante de la musique du groupe, sa modernité et son côté quelque peu futuriste. En tout cas, si futur il y a chez Minushuman, car l’espoir ne filtre que très peu dans cette musique, c’est certainement un futur bien noir et peu engageant.

Loin de proposer une bête musique directe et sans âme, le groupe propose au contraire quelque chose de vraiment habité, en jouant astucieusement sur les atmosphères comme sur « Empire » où il passe d’accélérations frondeuses à des passages plus aériens avec en toile de fond, une sorte de nappe de synthé inquiétante mais magnifique. Watch the World Die est au final rarement très agressif, mais plutôt sombre et froid, misant davantage sur une violence mélancolique que sur une violence axée sur la vitesse (à l’exception du titre éponyme plus classique dans son exécution, mais néanmoins tout à fait réussi). La très bonne tenue instrumentale du groupe y est pour beaucoup, le jeu de batterie est très fin (rappelant parfois celui du batteur de Meshuggah notamment sur le jeu de cymbale) comme sur « Failure » sur lequel la guitare s’illustre aussi pleinement. Le niveau de jeu du guitariste soliste, assez élevé peut d’ailleurs être apprécié à de multiples reprises, comme par exemple sur l’instrumental « The New Order ».

Les morceaux sont dans l’ensemble plutôt longs et très travaillés sans pour autant jamais lasser ou ennuyer. La meilleure preuve étant apportée par le dernier titre, « Round Circles » dont le développement emporte et transporte dans un trip futuriste sur plus de 7 minutes.

Watch the World Die très bien produit par El Mobo, est un très bon album, et c’est d’autant plus important de le souligner que le groupe n’est à ce jour pas signé. Difficile à comprendre vu les bouses qui nous arrivent par wagons entiers en provenance de labels en panne d’inspiration…

  1. liquid
  2. 6th mass extinction
  3. empire
  4. all keeps falling down
  5. failure
  6. time zero
  7. watch the world die
  8. the new order
  9. round circles

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 675 articles sur Eklektik.

1 commentaire

  1. Je n’ai pas l’album mais les quelques titres que j’ai pu écouter sur leur myspace m’ont beaucoup plu. quand je croiserai l’album dans les bacs il sera mien irk irk irk !!! C’est vrai que j’ai pensé aussi à du disbelief sur certains plans. Bon trip…

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).