Jazz-fusion / Jazz-funk : Zoom sur 4 albums essentiels et groovy.

4 Commentaires      5 492
Style: jazz fusion/jazz funkAnnee de sortie: 70s

Le jazz a ceci en commun avec le métal d’être en perpétuelle évolution et d’avoir connu tous les croisements possibles et imaginables. Ce style musical étant bien plus ancien que le métal, la recherche de perles méconnues s’avère donc un poil plus difficile et un tantinet chronophage.
Voici un petit focus sur 4 albums méconnus des 70’ (avec une exception), décennie phare et incontournable pour le mouvement jazz-fusion.

Donald ByrdStreet Lady (1973)

Après avoir sorti quelques albums phares du mouvement hard-bop dans les années 60, Donald Byrd opère un virage plus groovy dans les 70’(comme beaucoup de jazzmen désireux de rester en phase avec l’époque). On est pas encore tout à fait dans la fusion, mais ça sonne forcément funky, avec des touches easy-listening. La flûte y tient un rôle majeur et la voix est principalement utilisée pour les chœurs. Difficile de ne pas se sentir projeté dans un film de la blackspoitation à l’écoute de ce disque.

Extraits : Miss Kane + Witch Hunt

Alphonse MouzonMind Transplant (1975)

Attention : grosse tuerie. Le batteur Alphonse Mouzon n’a rien à envier à Billy Cobbham, et le prouve avec ce disque inouï de jazz-fusion à la frontière du funk et du hard-rock (on ne parle pas de metal dans les 70’). Eh oui, sur ce disque on retrouve le guitariste Tommy Bolin. Jeune prodige décédé en 76 à 25 ans, qui enregistra avec Deep Purple, l’album “Come and taste the band“. Résultat, un disque percutant, qui alterne grooves chaleureux et furies incendiaires. Si l’album est principalement instrumental, Alphonse Mouzon élève tout de même la voix sur un titre.

Extraits : Mind Transplant + Carbon Dioxyde

Dizzy Gillespie & Lalo SchifrinFree ride (1977)

L’association de deux monstres sacrés ne peut rien donner de mauvais ? si ? Bon, cela dit, cette collaboration a de quoi attirer l’attention. Dizzy Gillepsie, star du be-bop dans les années 40 et 50 (il a enseigné à Miles Davis !!!) et Lalo Schifrin, compositeur argentin responsable (entre autres) des musiques de Mission Impossible ou Bullit. Le résultat est une petite perle de jazz-funk très mélodique et catchy.

Extraits : Incantations + Ozone Madness

Herbie HancockMr Hands (1980)

Quoi de mieux pour clore les années 70’, qu’un disque de 1980. Et par l’ambassadeur par excellence du jazz-funk. Si Herbie est surtout connu pour son tube planétaire « Rock it » (1983) ou encore son album Headhunters (manifeste du jazz-funk) il semblait plus intéressant de mettre en avant cet album plus méconnu, avec un line-up à géométrie variable . Ainsi on y croise, Ron Carter et Tony Williams (compagnons de longue route de Herbie et Miles Davis), Jaco Pastorius (prodige de la basse et figure incontournable du jazz-fusion) ou encore Alphonse Mouzon, présenté précédemment.

Extraits : Just around the corner + Shiftless Shuffle

Les 8 extraits mixés en suite!

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Equipe Eklektik jonben says:

    Je connais surtout bien le Mind Transplant qui est excellent, bonnes découvertes que les 3 autres. Je ne sais pas si c’est Mouzon sur « Shiftless Shuffle » mais le batteur est énorme.

  2. Angrom angrom says:

    Le Mind Transplantet surtout le Free Ride on trouvé grâce à mes oreilles. Je jetterai donc une oreille sur les deux autres à l’occasion !

  3. CX12 says:

    J’en connaissais aucun, je vais jeter une oreille dessus, merci! Je rajouterai à cette liste Head Hunters (1974) de Herbie Hancock et Spectrum (1973) de Billy Cobham (avec Tommy Bolin), des enregistrements cultes en terme respectivement de Jazz Funk et Jazz Rock.

  4. joss says:

    Ouaip, ces deux disques sont souvent cités quand on parle de jazz-fusion donc c’est pour ça que je les ai écartés de la sélections. Mais ils sont tout de mêmes évoqués dans l’article ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *