SBTRKT – Wonder Where We Land

Pas de commentaires      1 086
Style: electro/pop/future garageAnnee de sortie: 2014Label: Young TurksProducteur: Aaron Jerome

Comme je l’avais pressenti lors de ma chronique de Transitions, cet EP ne marquait là qu’un exercice de style pour SBTRKT. Wonder Where We Land marque en effet le retour des featurings, invités à poser leurs voix sur les pistes sonores composées par Aaron Jerome. De ce fait, ce nouvel opus se dévoile quelque part entre les deux visages du personnage…

Le morceau éponyme marque le retour de Sampha, à la voix charismatique qui éblouissait déjà le premier album de SBTRKT. Une fois encore, son chant habité et poignant se marie parfaitement avec les sonorités electro, malgré une seconde partie de morceau assez étrange, donnant l’impression que les machines se dérèglent. On retrouve ensuite le chanteur britannique pendant le tubesque Temporary View, le superbe piano-voix If It Happens introduisant Gon Stay, titre plus funky grâce à une basse bien sautillante mais toujours émouvant grâce à son chant (appuyé par quelques chœurs pendant le refrain). Bref, quel que soit le projet de SBTRKT, Sampha y apporte à chaque fois une mélancolie, une sensibilité toujours intéressante.

Les autres participations sont nombreuses: tout d’abord il y a celle de Raury, jeune rappeur canadien de son état, sur Higher pour un titre de cloud-rap envoutant à l’ambiance nébuleuse. Caroline Polachek (du groupe electro-pop newyorkais Chairlift) vient ensuite poser sa voix sur Look Away, titre marqué par son piano (un poil trafiqué), ses discrets beats et les envolées vocales de la demoiselle sur le refrain, joli titre sans être ultime. Koreless, jeune valeur montante de l’ambient UK vient ensuite apposer sa signature le temps d’un Osea plutôt reposant.

Arrive ensuite le premier single choisi pour cet album (dont vous pouvez voir le clip à la fin de cette chronique), New Dorp, New York voit la participation d’Ezra Koenig (chanteur de Vampire Weekend) pour un titre étrange et à mille lieues de son groupe d’origine: entre percussions tribales, voix distordues et basses groovy, sympa mais manquant quand même de surprises. Au tour de Jessie Ware, chanteuse anglaise qui était déjà intervenue sur le premier album de SBTRKT. Problem (Solved) se trouve aussi être un titre un poil décevant, du R&B sophistiqué peu intéressant, dommage. La participation de Denai Moore pendant The Light, bien que sur la même longueur d’onde que le morceau précédent, il se passe beaucoup plus de choses dans la voix soul de la chanteuse anglo-jamaïcaine.

Un ultime invité sur Voices In My Head et non des moindres ! A$AP Ferg, valeur montante du hip hop US vient nous surprendre avec un flow plus langoureux que ce qu’on lui connaissait auparavant. Il faut dire que l’instru planante y est pour quelque chose avec ses passages inattendus de trompette puis de piano jazzy, le rappeur faisant penser à Kid Cudi sur ses titres les plus sombres. Une excellente conclusion.

Voilà ce qu’il en est au niveau des invités (ça en fait beaucoup ! ). Le DJ s’est tout de même mis de côté quatre pistes (dont deux « interludes » dispensables) afin de se faire plaisir seul, à la manière de ce qu’il a fait sur Transitions. Lantern et ses bidouillages variés nous y renvoient directement tandis que le posé Everybody Knows ramène quelques samples de voix féminine mal réveillée.

Wonder Where We Land est un album beaucoup plus exigeant que ce que ne pouvait l’être SBTRKT. Bien que le DJ soit toujours aussi doué et que le choix des invités soit très intéressant, l’effet est pourtant beaucoup moins immédiat qu’auparavant, peut-être à cause de sa longueur (15 titres, voire 21 si vous avez l’édition avec les 6 titres bonus sur lesquels Raury et Sampha reviennent, et où l’on découvre les participations de Boogie et Warpaint), du changement de direction(s) musicale(s), d’avoir voulu en faire trop à la fois ? Ce qui est sûr c’est que cet album est d’une telle richesse que son apprivoisement ne se fait pas en une seule écoute. Peut-être a-t-il besoin d’un temps de maturité pour dévoiler pleinement tous ses atouts et se transformer de très bon album en chef-d’œuvre ? L’avenir nous le dira…

  1. Day 1
  2. Wonder Where We Land
  3. Lantern
  4. Higher
  5. Day 5
  6. Look Away
  7. Osea
  8. Temporary View
  9. New Dorp, New York
  10. Everybody Knows
  11. Problem (Solved)
  12. If It Happens
  13. Gon Stay
  14. The Light
  15. Voices In My Head

Soundcloud
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *