Sutekh Hexen/BLSPHM – Split

Pas de commentaires      527
Style: black metal/noiseAnnee de sortie: 2017Label: Sentient Ruin Laboratories

Pour l’amateur de black metal à tendance noisy expérimentale, Sutekh Hexen doit forcément dire quelque chose. Le groupe californien signé chez Magic Bullet (5ive, Integrity, Mammoth Grinder) multiplie les sorties depuis sa création en 2009 avec pas moins de 18 (!) albums/démos/EPs/compilations, parmi celles-ci un split (un seul !) avec BLSPHM, obscur one-mand band de Seattle. Originalement sorti en 2014 sur K7 par le label perso du solitaire (Dead Accents) en 50 exemplaires, Sentient Ruin Laboratories nous le réédite, au son arrangé par James Plotkin (Khanate) et au nouvel artwork signé Steven Wilson (pas le chanteur mais l’artiste homonyme derrière des artworks pour False, Aevangelist ou encore Atrament).

« Azure Graal » démarre de manière assez minimaliste par quelques notes, sans transition un voile sonore cauchemardesque s’empare de l’espace. Tout s’y retrouve imprégné, des râles saturés aux guitares se lançant dans un tremolo hypnotique, on a beau vérifier le bouton « treble » de la chaîne hi-fi, non tout est normal. Même si à certains moments, le côté noisy bruitiste disparaît un peu, ce titre est vraiment difficile à encaisser, les grésillements ainsi que les superpositions de textures nous plongeant dans une onde drone opaque et inconfortable (au final étonnamment très abrupt).

Pour BLSPHM, c’est « Abyss 3 » qui se trouve sur ce split. Jouant dans la même cour que Sutekh Hexen, on jugerait aux premières notes avoir affaire au même groupe, or les choses contrastent peu à peu. En effet, le gaillard donne soudain une dimension plus lumineuse à son onde bruitiste, la guitare délivrant quelques arpèges plus oniriques (quasi post-rock) en seconde partie de morceau, peu éloignés de certains titres de Nadja voire de Jesu, quand la noise prend des allures de dreampop en somme.

La « cacophonie ritualistique » décrite par le label a donc bien eu lieu. Simplement chaque groupe en livre une version diamétralement opposée: abyssale et urticante pour Sutekh Hexen, tandis que BLSPHM aère son nuage noise de nuances mélodiques, voire mélancoliques. Deux visions apparaissant comme complémentaires ici pour deux expériences soniques singulières.

  1. Azure Graal
  2. Abyss 3

Bandcamp

beunz

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *