hardcore/punk

Frameworks – Loom

Déjà marquant sur EP, Frameworks passe au long-format. Le groupe de Gainesville a pour l’occasion confié la production de ce Loom à un certain Jack Shirley, responsable entre autres des derniers Deafheaven et Comadre. Entre ses mains, le hardcore fortement agrémenté de screamo (et d’un peu de post-rock) du groupe, connait un traitement particulier, aussi poignant que virulent.

Feed The Rhino – The Sorrow And The Sound

Assez confidentiel par chez nous, Feed The Rhino secoue pourtant gentiment la scène anglaise depuis quelques paires d’années. Auteur des très bons Mr Red Eye (2010) et The Burning Sons (2012), le quintet mené par le barbu Lee Tobin n’a pas su résister à l’appel de la major, Century Media en l’occurrence.

Dope Body – Lifer

Mazette, la belle torgnole… Combo noisy originaire de Baltimore et formé en 2008, le groupe a déjà sorti 4 albums avant de nous livrer cette année ce Lifer à la pochette plutôt sobre et directe, qui ne donne aucun indice sur son contenu. Les américains avaient déjà séduit en 2012 avec leur Natural History et remettent donc le couvert en modifiant quelque peu la recette qui a fait leur succès tout en se fondant toujours sur les même bases : noise, punk, avec des grosses déflagrations de guitares.

A Ghost Orchestra – Vile Hymns

En voilà un groupe qui a mal choisi son nom ! A Ghost Orchestra mériterait en effet de sortir de leur transparence tant leur musique fait mouche. Vraisemblablement grands amateurs de Norma Jean et d’Every Time I Die devant l’éternel, les australiens ont donc compilé le côté nerveux et catchy des premiers avec la fureur abrasive des seconds, ça ne réinvente pas la poudre certes, mais pour ce qui est de savoir la faire parler, les gaillards d’Adelaïde sont là !

Anopheli – A Hunger Rarely Sated

Tout jeune groupe partagé entre Grande-Bretagne et États-Unis (entre Londres et Oakland plus précisément), Anopheli comprend en son sein la crème du crust/doom (& more) de ces dernières années, à savoir des (ex et actuels) membres de Fall Of Efrafa, Light Bearer, Momentum, Carnist et Monuments Collapse.

Up River – Undertow

Amateurs de Tool alléchés par le titre de cet album, vous pouvez passer votre chemin ! Rien à voir en effet entre la bande à Maynard et ce jeune groupe originaire de Brighton. Up River correspond en réalité à la réponse anglaise à Touché Amoré, Have Heart et autres Defeater, soit du hardcore mélodique à forte teneur émotionnelle.

Punch – They Don’t Have To Believe

Groupe unanimement respecté par toute la sphère hardcore, Punch se trouve au cœur de cette scène depuis ses débuts en 2007, se servant de la musique comme exutoire autant que de porte-voix afin de dénoncer injustices et sexisme. Les californiens ont déjà une discographie conséquente, ralliant à leur cause autant les amateurs de hardcore « trad » que ceux de mouvances plus extrêmes.

Cruel Hand – The Negatives

Après quatre ans de silence, Cruel Hand est de retour avec un album au titre semblant prévenir de son contenu. The Negatives est en effet un nouveau départ pour le groupe de Portland, parti de Bridge Nine pour Hopeless Records et révolutionnant son hardcore métallique d’antan en y incorporant plein de mélodies punk voire grunge. Bref, de quoi choquer sa fanbase et même risquer de la perdre ?

Graf Orlock – Trailer

Bonne nouvelle, les dingos Graf Orlock et leur « cinema grind » sont de retour ! Mauvaise nouvelle, il ne s’agit que d’un Trailer ! En effet, seulement trois titres à se mettre sous la dent aujourd’hui, mais bon comme tout Trailer qui se respecte, un film entier devrait suivre, non ? (C’est bien ça et ça s’appellera Crime Traveller).

Gnarwolves – S/T

Après avoir compilé ses trois EPs sur The Chronicles Of Gnarnia, Gnarwolves débute un nouveau cycle en livrant un premier long format éponyme. 10 nouveaux titres poursuivant la perpétuelle quête de fun du trio keupon de Brighton.