Gti – Utopia City

11 Commentaires      1 533
Style: brutal tuningAnnee de sortie: 2005Label: Several Bleeds Records

Avouez que celle-ci on ne vous l’avait jamais faite ! On croyait avoir tout vu en matière de classification des genres et d’étiquettages divers, du gothique-atmosphérique-symphonique à l’ultra-brutal-grind-death-industriel (comment ça vous voulez des noms ?), toutes les combinaisons semblaient avoir été faites. Mais là, les nantais de GTI frappent très fort et s’affirment comme le premier groupe (et sûrement le dernier) de « Brutal Tuning » !!! Un terme qui, il faut l’avouer, brouille les pistes plus qu’il n’éclaire sur le genre pratiqué par GTI.

Dejà, à lui seul, le nom induit en erreur, puisqu’il s’agit ni plus ni moins de la contraction de « Grotesque Through Incoherence ». Déjà, les chances d’avoir affaire à des fans de Dominique Chapatte se réduisent.

Ensuite prenons le terme « Brutal Tuning » ; Brutal, GTI l’est assurément. En combinant à peu près tout ce qui se fait actuellement en matière de musique énervée, du grind au death en passant par le hardcore, l’ambition des Nantais n’est pas de chatoyer nos pauvres tympans déjà bien mal en point. Ici on déploie la grosse artillerie, du riff pachidermique aux égossillement psychopates du principal vocaliste (limite porcins par moment mais n’y voyez pas là un jugement péjoratif), tout est fait pour donner à nos neurones l’impression d’avoir passé un séjour forcé dans le mixeur de maman. Un gros travail est fait au niveau des rythmiques, décapantes et jamais répétitive, celles ci nous secouent tout au long de ces 8 titres de malades.

Mais cette épreuve serait presque trop éprouvante si nos « brutal tuners » n’avaient justement pas « tuné » leur « brutal métal » d’éléments plus singuliers. Finalement l’étiquette déroutante que s’est donnée le groupe prend tout son sens à l’écoute d’Utopia City. A l’image de ces jeunes gens qui trouvent de bon goût d’agrémenter leur véhicules de divers accessoires et décorations en tout genre, les Nantais ont eux aussi décidé de rendre leur bolide musical unique et plus tape à l’oeil, quitte à défier par moment les lois de l’esthétique et du bon gôut.

Les améliorations apportées ici sont nombreuses et variées mais jugez plutôt :

– Un lot de samples tirés de sketchs ou films divers comme les Monty-Python, le Grand Détournement ou les Carnets de Monsieur Manatane (preuve au passage que les lascards ont bon goût humoristiquement parlant…ou du moins les même goûts que moi). Toujours habilement incorporés, jamais de façon systématique, ces courts extraits introduisent ou entrecoupent parfaitement les différentes compos du groupe.

– Plus discrets, des accompagnements originaux comme cette espèce de xylophone (il fallait déjà y penser) sur « Magic Brush » ou encore des beats hardcore sur « To be happy or not to be ». On n’en finit pas, au fil des écoutes, de découvrir ces multiples petits détails disséminés ça et là.

– Marchant sur les traces d’un Carnival in Coal ou d’un Empalot, le quatuor n’hésite pas non plus à s’aventurer dans des univers musicaux en total décalage avec cette musique qui nous est chère. Ainsi, si l’on peut être légèrement surpris par cette trompette cartoonesque sur « Skyrock », on le sera d’autant plus par ce passage dance-music sur « Utopia » qui fera grincer des dents les personnes les moins receptives au second degré… Pour les moins obtus c’est du tout bon !

Ainsi customisé, le bolide GTI ne pourra pas passer inaperçu, que ce soit sur les petites nationales, les autoroutes ou les parking de Conforama. Je vous invite donc, vous aussi, à monter à bord et à attacher vos ceintures pour une petite virée sur les chapeaux de roues dans les rue de cette ville pas si utopique ça…

  1. magic brush
  2. skyrock
  3. yesterday is today
  4. to be happy or not to be
  5. medef metal
  6. relax baby
  7. child of human sacrifice
  8. utopia
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. Keyser Söse says:

    Oh oui que cet album est bon, très original, très poilant et très brutal. Sans conteste la surprise française de l’année (même si on est qu’en mars :p)

  2. yo gti says:

    Merci beaucoup pour cette chronique, qui est très bien rédigée!
    On voit que vous avez capté le truc, et c’est plutôt cool!
    Bonne continuation et à bientôt.

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Le passage tiré de « Derrick contre Superman » est particulièrement jouissif… :)

  4. jonben jonben says:

    J’ai justement maté « Derrick contre Superman » récemment, pas encore abouti comme « La Classe Américaine » mais tout de même poilant.

  5. krakoukass Krakoukass says:

    Ouais « La Classe Américaine » c’est ENORME.

  6. Joss says:

    Ou peut-on chopper ces films d’ailleurs ?

  7. jonben jonben says:

    eMule

  8. Joss says:

    mouais…je me suis jamais servit de ça moi :-(

  9. Pierre says:

    Y’a un début à tout! Cpdt, le téléchargement excessif est nuisible…hihi (non serieusement!)

  10. jonben jonben says:

    Il est jamais sorti en DVD à ce que je sache donc il n’y pas vraiment d’autre moyen de l’avoir… ah si, tu peux passer le mater chez moi la prochaine fois que tu passes à Paris!

  11. Kelka says:

    Cet album est excellent, bien simple il boucle chez moi depuis 3 mois et je suis pas lassé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *