Man Is Not a Bird – Survived the Great Flood

2 Commentaires      1 315
Style: Post-rock matheux et shoegazantAnnee de sortie: 2015

Les parisiens de Man is Not a Bird ont manifestement plein de qualités, mais à l’évidence la gestion de la promo de leur premier album ne fait pas partie de leurs priorités! J’ai en effet eu bien du mal à obtenir de leur part une réponse à ma demande visant à chroniquer leur album dans ces pages, alléché que j’étais par un ou deux titres écoutés de ci de là. Heureusement ils ont eu la bonne idée de s’entourer d’une équipe qui s’occupe de leur promo et chez Ephelide on est heureusement bien réactif et sympa (merci à Cynthia au passage).

Pas très véloces pour la promo sur le web donc, mais beaucoup plus doués pour balancer un post-rock de premier choix, et c’est bien le plus important. Moi qui étouffe bâillements sur bâillements en écoutant du post rock habituellement je me suis retrouvé complètement captivé par cet album dès la première écoute.

Apparemment les mises en bouche distillées par les parisiens en ont convaincu d’autres car leur campagne ulule lancée pour le financement de cet album, s’est avérée une belle réussite. Et c’est ainsi que Survived the Great Flood a finalement vu le jour, attendu au moins par les 141 contributeurs. Et sûrement beaucoup d’autres qui vont je pense prendre une douce claque à l’écoute de ce superbe album, qui devrait les amener sur certaines grandes scènes prochainement.

C’est que chez Man is Not a Bird on a la bonne idée de faire du post-rock dynamique et pas chiant : aucun titre ne passe la barre des 5 minutes, et le format « chanson » domine malgré la teneur quasiment instrumentale de la musique des français (« quasiment » seulement à cause de la participation d’une demoiselle sur un titre, du fait de la présence de quelques extraits de films comme sur « Tendresse » qui commence tendrement pour s’achever beaucoup plus furieusement, et surtout du chant très shoegaze qu’on retrouve sur « D.I.P. » et « Paradisae Apoda » ou des choeurs sur « Explorer »). D’ailleurs résumer la musique de MINAB à du post-rock me paraît réducteur, car on retrouve aussi chez eux une capacité à (bien) tricoter sur ses instruments qui évoque le math rock, à l’instar de leurs compatriotes de Jean Jean ou des excellents irlandais de And So I Watch You From Afar, références à mon avis beaucoup plus pertinentes pour parler de MINAB, que celles des gros noms du post-rock (Mogwai ou GYBE au hasard).

On retrouve même fugacement le côté dansant et infectieux d’un Civil Civic sur les premiers instants de l’excellent  « Running Endlessly » avant qu’Alexandra Morte vienne poser sa belle voix cristalline donnant une couleur plus atmosphérique au titre. D’ailleurs, les parisiens sont des malins, sachant faire appel à l’électronique avec parcimonie mais intelligence, tout en proposant une musique qui reste complètement organique.

Et comme je l’évoquais précédemment, on sent aussi une certaine appétence pour le shoegaze, sans non plus tomber dans la caricature du genre (avec le son dégueulasse et la voix à 400 km), qui s’exprime bien sur la magnifique « D.I.P. » qui pourrait apparemment incarner assez bien l’orientation future du groupe.

On suivra justement de près l’évolution et le futur du groupe car si l’Homme n’est pas un oiseau, Man is Not a Bird semble avoir sorti là un album qui pourrait lui donner des ailes!

Bravo messieurs (et sachez que je ne vous en veux même pas d’être aussi peu prompts à répondre à vos mails).

Et sinon une sortie CD est prévue j’espère ??

[bandcamp album=175233367 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

Tracklist :
1.Troglodyte 04:57
2.Running Endlessly (Feat. Alexandra Morte) 04:14
3.Survived The Great Flood 03:42
4.Tendresse 04:12
5.Troy 02:38
6.Symphony 04:19
7.D.I.P 04:16
8.Yugen 02:30
9.Explorer 03:50
10.Change Of Scenery 01:42
11.Paradisae Apoda 04:01

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 940 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. Marbaf says:

    Merci pour la découverte !

  2. metacello says:

    Plutôt original et frais. Merci pour la découverte ! (surtout que cela n’a pas semblé facile)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *