In Solastalgia, Either Way – Morii

Pas de commentaires      113
Style: post rock/expérimentalAnnee de sortie: 2021Label: Autoproduction

In Solastalgia, Either Way est le projet d’un canadien, Jean-Philippe Hébert, dont le fruit du boulot de longues années est enfin dévoilé avec ce Morii. Il faut dire que cet album n’est pas un simple album de post-rock comme un autre puisqu’il traite des idées du philosophe australien Glenn Albrecht, spécialiste de l’environnement et créateur du terme « solastalgie », soit l’état de souffrance et de détresse psychique créée par les changements environnementaux.

Un état de langueur et de repli sur soi qui s’exprime donc sur six nouveaux titres au fort pouvoir cinématographique. Le pouvoir des images en plus du son, Hébert l’a bien compris en ayant travaillé ses clips autant que sa musique. Les paysages sonores se font et se défont par vagues, parfois introduites par des samples vocaux (de discours politiques par exemple sur « Good People, Bad Medicine »), évoluant autour de nappes tantôt vaporeuses, tantôt plus éthérées (l’introduction de « Opia » qui s’intensifiera peu à peu) mais avec une recherche expérimentale rendant le voyage plus mouvementé qu’il n’apparaît (le morceau-titre à l’étrange break central ambient).

Entre délicatesse apaisée (« The Warlike Fox », joli morceau acoustique) et voile de mystère (les deux derniers titres étant accompagnés d’une aura plus sombre, même si « La Solastalgie » viendra finalement s’illuminer par ses jolis arrangements), Morii est une expérience introspective unique, pouvant évoquer des groupes comme Mogwai ou Godspeed You! Black Emperor, soient des groupes remettant souvent en question leur musique et se renouvelant continuellement. In Solastalgia, Either Way semble exprimer sur Morii un sentiment dans cet esprit, sa musique prenant certainement une toute autre dimension en live avec projections vidéo. En espérant qu’une tournée européenne ne tardera pas.

  1. Good People, Bad Medicine
  2. Opia
  3. Morii
  4. The Warlike Fox
  5. Zenozyne
  6. La Solastalgie

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *