Foo Fighters – But Here We Are

Pas de commentaires      271
Style: RockAnnee de sortie: 2023Label: Rca Records

Rien n’a beaucoup changé dans ma relation avec les Foo Fighters depuis ma seule et unique chronique d’un album du groupe présente sur le zine, le réussi Wasting Light. Les albums insipides ou très moyens se sont succédés (3 albums exactement), et ma déception qui avait disparu avec cet album de 2011, est revenue en force. Et ce n’est pas l’actualité récente du groupe qui me donnait un quelconque espoir que cela change puisque celle-ci a été marquée par la tragédie, dans les grandes largeurs qui plus est, avec rien de moins que le décès (par overdose) en mars de l’année dernière, du batteur du groupe Taylor Hawkins. Un véritable choc pour le groupe et pour Grohl évidemment qui était très proche du batteur à l’allure très cobainienne.

Ce tout nouvel album But Here We Are est donc sans surprise marqué par le deuil (d’autant que la mère de Dave Grohl, Virginia, est également décédée la même année en août), même si sa pochette blanche n’annonce pas la couleur et joue à l’inverse sur le contraste. Et figurez-vous que si je me casse le cul à écrire quelques lignes sur ce nouvel album, c’est je vous le donne en mille, parce qu’il est à ma grande surprise… excellent. A tel point même que je me demande si on n’est pas en présence du meilleur album du groupe depuis Wasting Light, ça c’est certain, mais même peut-être depuis the Colour and the Shape, soit depuis l’album sorti par l’ami Godasse et sa troupe il y a 26 ans tout de même… Et ça je vous avoue que personnellement je ne l’avais pas vu venir.

Mais indéniablement il y a tout dans ce disque : des refrains qui tuent, des mélodies diaboliques, de la rage et de la sueur, de la mélancolie, de l’espoir, et ce gros mélange qui semble quelque part retranscrire fidèlement les différentes étapes de la réaction au deuil et au choc de la perte des êtres chers, est extrêmement harmonieux et réussi.

Grohl tient les baguettes et est toujours brillant dans ce registre (même si le son de la batterie est étonnamment brouillon) en plus de l’être aussi vocalement : il s’arrache les cordes vocales sur certains titres, sur « Nothing At All » ou le superbe morceau titre sur lequel on sent la colère teintée de désespoir suinter lorsqu’il balance son « but here we aaaaaare! ». Au-delà de sa propre performance, le groupe aligne quelques tubes bien sentis notamment sur les titres les plus nerveux, comme l’introductif « Rescued », « Under You » (qui rappelle la légèreté du premier album), ou les précités « But Here We Are » ou « Nothing At All ».

Même les moments plus calmes sont réussis : que ce soit la balade « Beyond Me » que je trouve très belle, de même que « Hearing Voices » ou le titre « Show Me How » (hommage direct à Hawkins) qui donne l’occasion à Dave de partager un très beau duo vocal avec sa fille Violet (qui a manifestement une très belle voix). Il n’y a que « The Glass » que je trouve un peu en-dessous du reste, même si cela reste un morceau très correct.

Et puis il y a la fin de l’album, avec « the Teacher » d’abord… Quel morceau! Quelle réussite insolente, sur un titre de plus de 10 minutes (qui semble n’en durer que 4), le plus long morceau de la discographie du groupe, hommage manifeste et poignant (mais pas niais) de Grohl à celle qui l’a mis au monde et lui a tant appris. Le morceau se termine de façon très noisy et débouche sur l’étonnant « Rest » qui commence comme une balade acoustique classique de fin d’album, avant de partir comme « The Teacher » dans un registre bruitiste/noisy qu’on n’aurait pas vu venir et qui permet d’éviter la sortie de route du pathos exacerbé sur un titre (à l’évidence un dernier au revoir aux disparus) qui aurait pourtant facilement pu tomber dans ce type de travers.

On ne peut donc au final que s’incliner, et dire un grand Bravo et merci à Dave Grohl et sa troupe qui ont réussi cette année un sacré coup en sortant ce But Here We Are particulièrement réussi et abouti à tel point que me concernant, je le vois bien figurer en bonne place dans le top de fin d’année! Si on m’avait dit que j’écrirais ça je peux vous dire que je ne l’aurais pas cru…

Tracklist :
01 – Rescued
02 – Under You
03 – Hearing Voices
04 – But Here We Are
05 – The Glass
06 – Nothing At All
07 – Show Me How
08 – Beyond Me
09 – The Teacher
10 – Rest

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1166 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *