[Live-report] Bad Nerves

Pas de commentaires      58
Style: punk rock/power popAnnee de sortie: 2023

Concert à Prague le 15 octobre 2023@Underdogs

Faisant une jonction naturelle entre rock’n’roll endiablé et punk des origines, les londoniens Bad Nerves débarquaient en ce dimanche soir automnal dans l’Underdogs, antre tchèque habituellement dédiée au metal, hardcore et autres scènes expérimentales.

Mais avant de voir les britons à l’œuvre, un groupe local (ajouté seulement deux jours plus tôt sur l’affiche) assurait la première partie. themayrevolution m’a laissé une impression assez mitigée. Démarrant leur set via une atmosphère ambient glissant vers une sorte de dubstep, je m’attendais à me prendre un mur de riffs bien gras.. or pas du tout. Le groupe pragois a joué un rock qui tire vers le grunge (avec un chanteur qui imitait parfaitement Eddie Vedder) mais musclait parfois son jeu vers des contrées presque néo metal. Une impression de groupe « qui se cherche un peu » pas dérangeante pour un sou (leur son n’était pas désagréable finalement) mais leur attitude de pseudo-rockstar m’a quelque peu refroidi entre le bassiste qui arrose les premiers rangs de bière dès le second morceau (après coup, j’ai compris que c’était ses potes) ou encore un batteur qui multipliait les tricks inutiles. On mettra ça sur le compte de leur jeunesse…

Après une courte pause, Bad Nerves fend la foule pour atteindre la scène avec son chanteur affublé de ses lunettes de soleil. Un accessoire qui ne lui permet apparemment pas vraiment de distinguer la foule puisqu’il me bousculera (et s’excusera poliment, on a affaire à un gentleman) en passant à côté de moi (il ne les gardera pas bien longtemps sur scène). La foule s’agite enfin un peu, tout comme les cinq punks londoniens, apparemment ravis d’être là, les deux guitaristes haranguant notamment la foule en mimant une arme à feu avec leurs guitares. Le groupe jouera ce soir-là quinze titres tous plus énergiques les uns que les autres, oscillant entre garage/punk rock survolté (avec une influence Ramones revendiquée, preuve en est avec la reprise de « Cretin Hop » en guise de rappel) et des envies power-pop les rapprochant autant des Hives, des Strokes (un peu plus énervés) que de Wavves ou Bass Drum Of Death. Tout ça avec une patte personnelle qui fait un effet bœuf sur le public qui lui répond au quart de tour, pogotant et slamant presque sans cesse (avec forte présence de jeunes filles dans le lot). Les titres, tous aussi courts qu’efficaces (certains ayant des mélodies imparables à reprendre en chœur), défilent avec assez peu de pauses si ce n’est pour annoncer l’un des titres de manière complètement immobile avant d’exploser avec emphase une fois celui-ci lancé. A l’image de l’énergie constante du groupe, un set expéditif, mouvementé (il a fait bien chaud au milieu de cette foule très mobile) et plein de bonne humeur de la part d’un des fleurons actuels de la scène punk anglaise.

 

 

Setlist:

  1. Don’t Stop
  2. Baby Drummer
  3. Palace
  4. Terminal Boy
  5. Radio Punk
  6. Bored Of Babies
  7. USA
  8. Electric 88
  9. Alright
  10. Can’t Be Mine
  11. Last Beat
  12. Mad Mind
  13. Dreaming
  14. Cretin Hop (Ramones cover)
  15. New Shapes

Merci à Sam et Kinda Agency pour l’accred !

beunz
Up Next

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *