Pénitence Onirique – Nature Morte

Pas de commentaires      152
Style: black metal atmosphériqueAnnee de sortie: 2023Label: Les Acteurs de L'Ombre Productions

Quasiment quatre ans après le remarqué Vestige qui a vu Pénitence Onirique passer de duo à sextet, le groupe de Chartres fait son retour avec un nouvel album. Nature Morte se base sur le travail de René Girard (l’anthropologue, pas l’entraîneur de foot) à propos du désir mimétique (théorie portant essentiellement sur le fait d’imiter les autres), du bouc émissaire et du sacrifice rituel. Tout un concept intégré à un black metal moderne et très ambitieux.

L’ayant déjà prouvé par le passé, Pénitence Onirique aime densifier sa musique tout en restant compréhensible. Nature Morte ne déroge pas à la règle, proposant un black metal aux progressions majestueuses (avec un son bien impactant) sur des atmosphères travaillées dans leurs moindres détails.
Trouvant à nouveau un équilibre entre agressivité et mélodies (enrichies par des arrangements à la beauté renversante comme par exemple sur le morceau-titre), on a là une sorte de prolongement de l’effet ressenti lors de l’écoute de Vestige: un sens de la narration très personnel, des vocaux furieux et expressifs (criés, growlés et même parlés) par le charismatique Diviciacos (Le Monde Par Le Feu) ainsi qu’une variété de sensations allant de la mélancolie en retenue au déluge de rage.

Avec des atmosphères sachant rester captivantes grâce à une diversité jamais hors propos (« Je vois Satan tomber comme l’éclair », alternant force et finesse, ou encore les passages orientaux sur « Pharmakos »), Nature Morte se joue des préconçus du post black metal en évitant tout cliché inhérent au genre même si l’étiquette lui convient parfaitement (avec « Les Indifférenciés » terminant notamment du côté du doom/post-metal en sachant rester aussi captivant que ce qui le précède) ainsi que l’aspect grandiloquent « dans le vide » qu’on était en droit de redouter (ici chaque détail contribue à .

Bref, c’est une jolie confirmation que cette Nature Morte, titre annonciateur de mélancolie confirmée par l’avalanche d’émotions que renferme ce très solide troisième album. Belle confirmation que voilà.

  1. Désir
  2. Les Mammonites
  3. Nature Morte
  4. Lama Sabachthani
  5. Je vois Satan tomber comme l’éclair
  6. Pharmakos
  7. Les Indifférenciés

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *