Rival Sons – Ligthbringer

Pas de commentaires      138
Style: Hard Rock / Blues RockAnnee de sortie: 2023Label: Atlantic Records

Ce nouvel album de Rival Sons faisant suite au pourtant excellent Darkfighter paru moins de 5 moins avant, m’agace à plus d’un titre, évacuons donc vite ces griefs pour passer au plus important à savoir le contenu de ce Lightbringer.

D’abord il y a sa pochette dégueulasse (même si celle de Darkfighter était loin d’être éblouissante), mais c’est surtout le trop peu qui s’en dégage et la façon dont l’album est « marketé » : A 33 minutes, il dure quasiment 7 minutes de moins que son grand-frère, ce qui n’empêche pas le groupe d’essayer de nous vendre ces 40+33 minutes en deux albums, et donc de passer à la caisse deux fois, alors que l’occasion était parfaite de sortir un double album (compte tenu des titres des deux disques), vendu en une seule fois. J’ai déjà eu l’occasion de pousser un coup de gueule concernant le Tenace de Mass Hysteria également vendu en deux parties, je regrette que cette logique mercantile prédomine ici également sans raison valable (de mon point de vue en tout cas).

Si l’on parle musique maintenant, après une petite déception j’ai finalement réussi à adopter ce disque qui ne me satisfait pas autant que son prédécesseur, mais qui contient encore son lot d’excellents morceaux dans la droite ligne de ceux de Darkfighter. Cela étant dit, je ne suis pas un grand fan de la chanson titre qui ouvre l’album, un peu trop diluée à mon sens (du haut de ses quasi 9 minutes) et qui contient un passage de jam un peu trop long qui vient quelque peu casser la dymanique du morceau. C’est d’autant plus regrettable que les parties principales du morceau sont très bonnes. La suite heureusement est de (très) bonne facture, d’abord avec un « Mercy » au demeurant très classique pour du Rival Sons, mais parfaitement efficace et punchy, fort d’un refrain qui s’imprègne dès la première écoute et qui voit le timbre de Jay Buchanan faire une fois de plus merveille, complété par un riff de guitare simple mais efficace.

« Redemption » est plus mélancolique, présentant la facette la plus bluesy du groupe après deux premiers morceaux faisant davantage la part belle au hard-rock. Il m’a fallu quelques écoutes pour l’apprécier ce qui est aujourd’hui le cas, même s’il n’est pas mon morceau favori du groupe et que la suite sera à mon sens meilleure, en particulier avec ce « Sweet Life » à nouveau classique et très direct, mais également assez imparable (quelle puissance dans le refrain!), et qui correspond parfaitement à ce que j’attends du groupe à titre personnel. « Before the Fire » est plus contrasté, plus long également et permet au groupe de varier les tempos tout en faisant parler sa puissance et son dynamisme. Les riffs sont efficaces, Buchanan est encore impérial, encore un bon morceau à ajouter à leur crédit.

L’album se cloture sur la balade « Mosaic », certes jolie mais un peu trop tire-larmes à mon goût.

Le bilan en faisant abstraction de la partie extra-musicale qui continue à m’énerver et m’empêche pour le moment de faire l’acquisition de la version physique de ce nouvel album, reste plutôt positif (et la note ne se basera que sur la partie musicale, je suis gentil), même si je préfère assez nettement le précédent album des américains. Rival Sons reste évidemment un groupe solide et les amateurs ne seront probablement pas déçus par cette deuxième partie, même si je ne rejoindrai pas les plus enthousiastes qui qualifient pour certains ce deuxième volet de chef d’oeuvre.

Quel dommage donc que les deux disques ne soient pas regroupés sur un double album qui aurait au global été extrêmement satisfaisant!

https://www.youtube.com/watch?v=qyVJMZPbPJk

Tracklist :
01 – Darkfighter
02 – Mercy
03 – Redemption
04 – Sweet Life
05 – Before the Fire
06 – Mosaic

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1177 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *