Horskh – Body

Pas de commentaires      190
Style: electro/indus metalAnnee de sortie: 2024Label: Wire Control

Vous êtes devant votre ordinateur ou sur votre portable, vous attendez impatiemment la réponse à votre dernier mail, post instagram ou autre application à laquelle vous êtes accro. Oui, normalement vous devriez vous reconnaître un tant soit peu. Et si toutes ces technologies prenaient vie et s’adressaient directement à vous ? On tiendrait là un bon pitch de film de SF, non ?

C’est entre autre sur cette base que tient le concept de Body, nouvel album de Horskh. Le trio bisontin explore ici les liens (ou connexions) de l’humain et des machines faisant aujourd’hui partie intégrante de sa vie (sur « Interface »), tout en dessinant aussi des titres aux lyrics comme inspirés de rêveries surréalistes.

Et pour mieux accompagner ces paroles futuristo-dystopiques, Horskh nous plonge dans un univers musical allant de pair. Industrielle mais sachant rester mélodique et accrocheuse en même temps, la musique du trio fait se rencontrer rythmiques synthético-métronomiques, voix trafiquées (parfois robotiques) et gros riffs qui tâchent comme sur le gros « Tension » qui ouvre l’album (le groupe assume d’ailleurs complètement son amour pour Nirvana). Armé d’une belle variété et parfois dans un seul et même morceau (par exemple le surprenant « XlungX » où l’on passe d’une atmosphère quasi-religieuse à une tornade de beats très agressifs), ce nouvel album se veut très varié.

L’indus de Horskh s’agrémente en effet de grunge, de metal et d’influences allant de Skinny Puppy à Ministry (ces derniers pour qui le groupe a d’ailleurs pu ouvrir, flagrantes sur « Useless Animal »), donnant avec ce Body une mixture personnelle aussi virulente que prenante. En attendant que les I.A prennent le contrôle, ce nouvel album dévastateur nous donne un avant-goût de ce futur plus si éloigné.

  1. Tension
  2. Do It
  3. Interface
  4. Body Building
  5. XlungX
  6. Curse
  7. Turbine ON
  8. Useless Animal
  9. Laying Down in the Mud
  10. Distorted Again
  11. It Spreads
beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *