The Haunted – rEVOLVEr

1 Commentaire      1 138
Style: thrash / metal moderneAnnee de sortie: 2004Label: Century Media

Dire que j’attendais impatiemment ce nouvel album des suédois de The Haunted est un euphémisme. Grand fan de Peter Dolving (le 1er album de Mary Beats Jane avec Peter au chant, injustement méconnu, reste pour moi un grand moment de métal), j’avais été absolument conquis par la 1ère galette de The Haunted, sortie en 1998 et qui m’avait mis une claque monumentale (un des albums de l’année 98 selon moi).
Rappelons que le groupe, en plus de Peter Dolving revenu au poste de chanteur, après 2 albums avec Marco Aro au chant (moins bons selon moi), est composé d’une bonne partie des anciens At The Gates. Le style pratiqué par le groupe est donc un thrash flirtant avec le death, sans concession.

Les hostilités sur « rEVOLVEr » débutent avec le furieux « No Compromise » qui donne le ton et s’inscrit bien dans la continuité des précédents travaux du groupe. Encore plus que sur le 1er album, force est de constater que la voix moins death et plus rocailleuse de Peter Dolving donne parfois une teinte hardcore assez prononcée à la musique du groupe. Ce ne sont pas les couplets annonciateurs du refrain de « No Compromise » scandés façon hardcore ou l’excellent « Who Will Decide » en duo avec Lou Koller (de Sick of it All) qui me contrediront sur ce point.

L’album possède son lot de bonnes compos, « 99 » est un bon exemple : ce morceau dont on a déjà pu constater l’efficacité en live (notamment au Fury Fest) est véritablement excellent. « Sabotage » également, un morceau joué à 100 à l’heure vraiment dans l’esprit du meilleur de The Haunted.

Malheureusement, là où le 1er album de The Haunted était une boucherie sans aucun temps mort, « rEVOLVEr » alterne les morceaux speed typés The Haunted avec des morceaux plus lents, qui, disons le franchement, ne sont pas toujours réussis. « Abysmal », sur lequel Dolving chante au début en voix claire, évoque un peu le Metallica du black album (en plus violent lorsque Dolving se remet à crier), ainsi que « Burnt to a Shell » qui sent à plein nez le métal américain et est vraiment très éloigné de ce qu’on connaissait de The Haunted. Même le final « My Shadow », qu’on sent bien dans l’esprit du « Forensick » du 1er album éponyme du groupe, n’est pas une franche réussite, même si on notera quand même les passages en voix claire de Dolving particulièrement impressionnants de puissance et de limpidité sur ce titre.

Notons que le tempo est parfois moins lent sans pour autant être très enlevé comme sur « All Against All », 1er single de l’album et loin d’être un formidable titre à mon avis. « Nothing Right », dans la même veine que ce titre, est bien plus réussi avec de solides riffs et un refrain accrocheur.

Cet album est loin d’être mauvais, le seul problème est que certains morceaux sont pénibles, et parmi ceux qui ne le sont pas, peu (aucun?) possèdent la faculté d’accroche des hymnes du groupe (« Hate Song » ça vous rappelle quelque chose ?) à l’image de ce « Sweet Relief » pourtant joué avec conviction et puissance, mais qui ne marquera pas les esprits, ou de « Liquid Burns » dont la frénésie et la puissance sont complètement gâchées par un refrain aussi plat qu’il en paraît inexistant.

Qui blâmer ? Les musiciens du groupe jouent toujours très bien, et on ne peut pas prendre en défaut le chant de Dolving toujours aussi arraché et excellent (sur scène le bougre a quand même un peu plus de mal).
La production est elle aussi toujours excellente et fidèle à ce qu’on connaît avec The Haunted et est toujours assurée par l’indéboulonnable Tue Madsen.

On dira donc que le groupe avait peut-être besoin de se remettre dans le bain avec le retour de Dolving, et on attendra patiemment le prochain album du groupe, en espérant que nos gars retrouvent la niaque et leur émulation de groupe qui leur donne la faculté d’écrire des hymnes métal comme personne.

A noter que l’édition limitée contiendra 2 bonus tracks : « Fire Alive » et « Smut King ».

  1. no compromise
  2. 99
  3. abysmal
  4. sabotage
  5. all against all
  6. sweet relief
  7. burnt to a shell
  8. who will decide
  9. nothing right
  10. liquid burns
  11. my shadow
  12. fire alive (bonus track)
  13. smut king (bonus track)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. kollapse says:

    cet album déchire , comme d’hab je serais tenté de dire avec the haunted…indispensable cette année pr tout fan de métal.17/20 pr ma part

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *