Earth – Hex Or Printing in the Infernal Method

1 Commentaire      1 018
Style: stonerAnnee de sortie: 2005Label: Southern Lord

Après avoir touché le fond, on ne peut que remonter ou se laisser crever. Dylan Carlson, grand gourou du drone et pape de la lenteur, après absorption massives de divers produits plus ou moins chimiques et hallucinogènes, a choisi la première solution. Remonter doucement vers une lueur de vie, d’espoir. Et HEX : or printing in the infernal method est un magnifique témoignage d’un retour à la vie pour ce grand compositeur.
Porté aux nues ultra underground notamment suite à l’album Earth 2, l’un des inventeurs du drone a lentement coulé. Grâce au (relatif) succès de la pseudo hype drone, on a de nouveau entendu parler de Earth, et s’il est bien un album qui était attendu, c’était celui-là. Sauf que Mr Carslon fait son petit bonhomme de chemin et nous offre un album d’un grand calme, loin de la violence sonore des hydres qu’il a engendrées avec son groupe et loin, très loin d’un Earth 2 bis.

Globalement très proche d’un son cristallin, à peine salie par un très léger crunch et un écho persistant, la guitare de Dylan Carlson égrène de petits arpèges, des mélodies, dans une perpétuelle évolution. L’évolution dans la durée. Point ici de structure simple, mais une évolution constante que l’apport de mélodies par le lap steel et le pedal steel ainsi que l’utilisation de gammes propres à la country (la bonne hein, pas les sucrettes écoeurantes) inscrivent ce disque dans l’imaginaire américain. Quelques samples de chevaux ou de vent finissent de nous emmener à travers les grandes plaines. Pas besoin de voix, il vaut mieux suggérer qu’asséner. Le jeu très subtil de la batterie d’Adrienne Davies souligne plus qu’il ne renforce les lignes de guitare. L’éloge de la lenteur selon Saint Earth est tout bonnement imparable : on respire, on rêve, on se repose. Et seules quelques notes retenues, calmes, suffisent à nous faire ressentir ces émotions. Ca confine au génie, définitivement. Quelques éclats toutefois, juste ce qu’il faut pour donner plus de corps à l’œuvre, mais vite le calme revient flotter. Calme parfois un poil inquiétant, il y a quelque chose d’angoissant qui sourd de ces notes, aussi. Faussement naïve, profondément intelligente, la musique de Earth s’insinue chez l’auditeur et le captive du début à la fin du disque.

HEX : or printing in the infernal method est un disque contemplatif, comme l’est, pour faire un parallèle étrange, « The Thin Red line » (La Ligne Rouge pour les non anglophones) pour un film de guerre. La comparaison avec un film n’est pas fortuite car cet album fait implicitement référence à une BO célèbre, celle de Neil Young sur «Dead Man » de Jim Jarmusch : une improvisation lente, géniale, en parfaite osmose avec les images, hallucinée ou apaisante, jamais hystérique. Un grand huit sauvage et intimiste. Neil Young et Dylan Carlson ont un vécu commun et sont 2 vieux combattants de la cause musicale. Et ce dernier nous offre à son tour un disque reposant, très imagé et correspondant parfaitement à l’artwork (superbe) réalisé par Stephen O’Malley. Une bande-son du grand ouest sauvage américain, majestueux et intimiste, grandiloquent et timide, un vrai voyage à travers les nimbes américaines, juste teintées deci-delà de quelques instruments traditionnels comme le lap steel ou le trombone, pour une touche de couleur dans cette évocation noir & blanc du mythe américain.

Un disque à la fois majestueux et onirique, intemporel… Superbe !

  1. mirage
  2. land of some other order
  3. the dire and ever circling wolves
  4. left in the desert
  5. lens of unrectified night
  6. an inquest concerning teeth
  7. raiford (the felon wind)
  8. the dry lake
  9. tethered to the polestar
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. kollapse says:

    Superbe album, majestueux et onirique, intemporel…Rien à ajouter à ta très convaincante chronique tu as tout dit je pense filou ! Un disque à écouter, réecouter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *