Type O Negative – Dead Again

7 Commentaires      1 259
Style: metal gothiqueAnnee de sortie: 2007Label: Steamhammer

Voilà que reviennent le géant vert et sa troupe, enfin libérés de leur contrat avec l' »ennemi » Roadrunner. Dead Again est donc la première sortie du groupe pour SPV.
Sur la forme rien ne semble avoir bien changé. Pochette verte, durée du disque habituelle (74 minutes), titre ironique sur la mort, voix et son reconnaissables entre mille…
Pourtant quelque chose est indéniablement différent.
A la première écoute déçu, à la 2ème écoute déçu, à la 3ème écoute déçu… J’ai pourtant persévéré, sachant d’expérience qu’un album de Type O’ ne s’appréhende pas comme un album de Linkin Park. Il n’y a qu’à voir le très difficile d’accès World Coming Down, en réalité véritable bijou de noirceur et de désespoir et peut-être mon album favori du groupe, mais qui aura demandé pas mal d’écoutes pour être finalement apprivoisé.
Du coup méfiance, ce Dead Again d’abord si déroutant n’est-il pas un nouveau bijou bien caché derrière un mur de fiente de pigeons ? Pas vraiment j’en ai peur…

Le propos est différent je le disais, d’abord quant au ton de l’album, plus léger que par le passé. Ceci explique peut-être cela, c’en est également fini du métal gothique, ici on est tantôt plus proche d’un doom bien lent tantôt du hardcore new-yorkais qui rappelle les débuts du groupe. Il y a ainsi quelques titres bien speed qui évoquent un « Kill All The White People » sur le superbe Bloody Kisses, comme « Dead Again », « Some Stupid Tomorrow » ou dans une moindre mesure le stupide « Halloween In Heaven ».
Pour le reste, la lenteur doomesque domine, comme sur les très bons titres fleuves à tiroir que sont « Tripping A Blind Man », « The Profit Of Doom » ou « These Three Things ».
Type O’ essaie bien fugacement de préserver sa filiation avec le gothisme par le jeu d’un auto-parodique « September Sun », mais la sauce ne prend pas, on est très loin du niveau de qualité d’un October Rust qui reste surement la perle gothique du groupe. Les nostalgiques de cet album qui étaient prêts à se tailler les veines le sourire aux lèvres, seront certainement une nouvelle fois déçus par cette cuvée 2007…

Au final, après moults écoutes, Dead Again semble être un album correct, un peu trop inégal toutefois. Autant je n’avais pas été transcendé par Life Is Killing Me tout en n’ayant pourtant pas grand chose à reprocher à cet album, autant il est cette fois assez facile de pointer du doigt ce qui cloche. « September Sun » je l’ai dit, mais aussi « She Burned Me Down » ou « An Ode To Locksmiths » sont clairement des titres d’un niveau assez bas pour du Type O’. Même « Hail and Farewell to Britain » clôture l’album sans panache. De plus, je suis moins convaincu que par le passé par la prestation vocale de Steele, dont le registre est plus aigu (tout est relatif, on est loin des castras hein) qu’à l’accoutumée. Force est de constater que ce n’est pas vraiment le registre dans lequel il excelle.
En tout cas quand je lis par endroits qu’il s’agit du meilleur album du groupe depuis Bloody Kisses ou October Rust, je suis très surpris à la fois qu’on attribue de telles qualités à Dead Again mais aussi qu’on oublie aussi facilement World Coming Down.
Au contraire pour moi il s’agit certainement au global d’un des moins bon albums de Type O’. Il n’en reste pas moins que les 3 titres doomy évoqués précédemment (« Tripping A Blind Man », « The Profit Of Doom », et « These Three Things ») frôlant tous les 10 minutes, sont vraiment réussis et contiennent même des passages superbes comme seul Type O’ sait en proposer. Ils tirent à eux seuls la note vers le haut.

En résumé : pas un mauvais album mais on sait bien que Type O’ est capable de beaucoup, beaucoup mieux.

  1. dead again
  2. tripping a blind man
  3. the profit of doom
  4. september sun
  5. halloween in heaven
  6. these three things
  7. she burned me down
  8. some stupid tomorrow
  9. an ode to locksmiths
  10. hail and farewell to britain
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. jéjé says:

    et ben, deux grosses chroniques en deux jours: y a eu boulot, Krakoukass

  2. Head says:

    Pas vraiment d’accord avec la chro.
    L’album est très homogène et très addictif pour peu qu’on se penche dessus sans trop en abuser non plus.
    16/20

  3. heavydevy says:

    http://www.crossrocks.com/?p=albums&cd=1401 : euh c’est bien toi qui a fait cette chro krakoukass ? Parce qu’elle dit presque l’inverse de celle ci !
    Sinon moi mes premières écoutes,en tant qu’amateur du type o à la base,sont vmt positives.

  4. heavydevy says:

    arf non au temps pour moi, j’ai cru lire krakou mais c’est kakou,donc rien à voir,juste un hazard de part la ressemblance des pseudos…

  5. Neurotool says:

    Le groupe est en roue libre avec cet album… L’album précédent était sympathique mais vite oublier (pour dire je pensais que world coming down était le dernier…) et celui ci prend le même chemin. Faudrait voir à se botter le cul messieurs et ne pas virer dans une carrière à la Black Sabbath bis…

  6. kcuf says:

    super album donc pas du tt d’accord. C’est bel et bien pour moi le meilleur album depuis october rust malgré un tres bon world coming down. en tt cas 10 fois meilleur que life is killing me…

  7. HumanZoo says:

    Heu.. Autant je suis d’accord pour dire que WCD est un album incontournable (Creepy Green Light.. un régal notamment), autant je suis mitigé sur tes commentaires. Je trouve pour l’instant que cet album est comme un panel étendu de ce qu’a délivré Type O depuis leurs débuts : du speed, du lourd, du goth. « She Burned Me Down » est confondant de beauté (il est à mon sens très proche de October Rust, et notamment ces choeurs fantastiques à la 5eme minute.. et puis aussi, c’est le morceau où Steele chante le plus grave alors.. cherchons l’erreur). Il y a bien longtemps au contraire que je n’ai pas eu un album de cette qualité sous la main. Le précédent était sans doute un peu indigeste pour l’écouter d’une traite, celui ci me semble aussi difficile à écouter en un seul tenant, mais simplement parce qu’à la fin de chaque morceau, on a envie de le réécouter. Mais bon, il est vrai que les gouts et les couleurs (le vert surtout..) … Bref, Type O n’est pas mort, Steele non plus, loin de là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *