Bleeding Corpse – Resurrection of Murder

bleeding corpse resurrection

Resurrection Of Murder est le premier album de ce groupe d’origine indonésienne, on peut psalmodier pendant des heures sur la contingence des styles et l’origine des genres toujours est il qu’en matière de metal extrême les asiatiques et les américains du sud savent y faire, et que dire des indonésiens sinon qu’ils ne prennent pas de baguettes pour jeter un œil dans la soupe de viscères.

Bleeding Corpse tape dans l’accessit brutal que tout bon mangeur de cervelle digne de ce nom appréciera pour la simple nature misanthrope que dégage le souffle de son premier témoignage. En odeur de sainteté avec les forces inquisitionnelles du blast, les étripeurs ont des abats plein les besaces. Portés par l’incandescence d’une folie toute relative développée par un cliquetis odieux et machinal, l’incendie Resurrection Of Murder dégage une chaleur qui réchaufferait votre âme s’il vous venait à l’idée d’étriper tout ce qui bouge autour de vous.

La jeunesse du groupe le mène à singer sans peine les psychopathes d’antan ou ces nouveaux tueurs en série qui ont fait couler le sang pour la juste cause cadavérique avec une fougue et une foi inébranlable, derrière l’outil de découpe on pourra bien sûr penser à Deeds of Flesh ayant fait un lavement à la poire d’Abominable Putridity, les amplitudes démoniaques du grand Corpse planent sur le disque mais il est évident que les jeunes indonésiens ont opté pour la nuance pour éviter le plagiat, la conviction d’approcher le slam par un chemin de traverse technique semble profiter au groupe qui préfère faire pétarader le moteur de sa 250 dans les virages pour attaquer les longues lignes droites sous les salves gutturales du rasé de service, Bobby, attendant le prélat pour lui tailler un costume en bois sur mesure pendant que ses potes s’amusent à creuser les fosses pour tous les exaltés fanatiques qui viendront remuer leurs os dans le cimetière algébrique de la boucherie fantôme asiatique.

Et ça taille plutôt pas mal, entre les charpentes de carcasses ciselées en pointe pour la pénétration dans l’air, les barbecues avec les restes de la veille, les épaisses éclaboussures d’humeurs brunies par le temps jonchant le parterre puant encore le fer, les 4 indonésiens savent recevoir, leur petite chapelle austère accorde
aux textes du saint flambeau une attention toute particulière, les dépouilles offertes en sacrifice à l’autel de la sincérité témoignent pour elle.

Bleeding Corpse a la jeunesse pour lui et donc des possibilités d’évolution vraiment intéressantes, avec leur premier album les indonésiens lachent une giclée purulente fort appréciable et cela sans forcer, Resurrection Of Murder se savoure dans son jus, une véritable ode à la prédation servie comme une petite grenade entre deux cocktails molotov, un album indonésien qui saura créer un enthousiasme certain cette année tout comme le dernier Funeral Inception et son H. A. T. E. Hail Indonesia!

 

Image de prévisualisation YouTube

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • plebeiangrandstand-lowgazersichimatsu | 17 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Dès les première secondes, on est dans le bain. Ambiance DsO sans la voix parce que pour ne serais-ce qu'en égaler une comme Mikko Aspa, accroche-toi Jeannot (on pourrai en écrire des pages sur sa voix à celui-ci). Une section de batteries comme je les aimes, de la gratte bien malsaine en veux-tu en voilà, ça speed bien l...
  • plebeiangrandstand-lowgazersRémi | 15 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Ok. Moi je m'en étais arrêté à la moitié de chronique, tout pareil j'ai été super enthousiaste à l'écoute de Thrvst puis déçu à l'écoute de l'album: quand ça blast pas, la batterie fait des plans bateau. Et les riffs de grattes sont minimalistes au possible. Voilà, je me suis arrêté là. Et je vois ce qu'il me r...
  • Animals-As-Leaders-The-Joy-of-MotionSpirilysis | 12 avril 2014
    Animals As Leaders – The Joy of Motion
    Chronique très juste, à laquelle j'adhère totalement. Je confirme, "the joy of motion" est de loin mon préféré des 3. A mes oreilles (et à ce qu'il y a entre) leur musique affirme lourdement sa personnalité, offrant une énergie mieux canalisée, plus vaste et virevoltante, avec un fil bien plus percutant pour chaque mor...
  • morbus-chron-sweven-608x608ichimatsu | 02 avril 2014
    Morbus Chron – Sweven
    A la première écoute je me suis précipité sur leur site pour acheter le vinyle. Il me semblait avoir déjà écouté ce groupe... et oui, leur premier LP sur leur Bandcamp mais sans avoir éprouvé quoi que ce soit... alors qu'ici ! Le mélange de la musique, qui se rapproche parfois avec Ghost surtout dans le tempo (qu'est-...
  • Bak Trak - Voltage coverBak Trak | 24 mars 2014
    Bak Trak – Voltage
    Merci beaucoup !! Pour écouter l'EP en entier: http://bak-trak.com/musique/
  • helms alee - sleepwalking sailorsMarbaf | 21 mars 2014
    Helms Alee – Sleepwalking Sailors
    C'est bon ça, merci pour la n+1ième découverte :-)
  • kampfarKane | 14 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Oui, j'approuve, cet album de Kampfar est réellement excellent. Je le rapprocherais plus des premiers Enslaved, avec évidemment un meilleur et plus gros son, mais c'est un détail sans importance. Epique, puissant, froid, mélodique juste ce qu'il faut, avec des titres atmosphériques à souhait, d'autres plus rentre dedans, u...
  • kampfarangrom | 12 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Ca donne bien envie d'essayer, ta chronique