Soothsayer – To Be a Real Terrorist

330116

Le précis du parfait petit terroriste Soothsayer l’a écrit à sa manière quand il organisait de l’autre côté de l’Atlantique le soulèvement de ses armées derrière les baraques à frites de Montréal. Si un petit retour dans les années 80 vous ferait plaisir et que celui-ci ne s’encombrerait pas de sentiments superflus, d’une bienséance mal placée ou de réserves d’endimanchés qui auraient de la peine à apprécier le rock dans une de ses formes les plus dégénérée, cette compilation est faite pour vous.

Soothsayer se pose comme une valeur sûre de la scène canadienne, un de ces oubliés qui ont pourtant manié le fer avec virulence. Le coup de bélier DIY, Soothsayer l’a vu débarquer autour de l’année 1985 alors que la scène thrash métal fondait sur le monde comme le second coup de rasoir des écoles extrêmes d’alors. Le d-beat en ordre de bataille, les belligérants sur le pied de guerre, les bâtiments mobiles cloutés jusqu’aux paupières et les carabiniers agiles, Soothsayer les a vus passer durant les 10 années bien tassées qui auront fait des 80’s un laboratoire expérimental vivifiant de la cause thrash. Les dragons étaient prêts à en découdre, la poudre parlerait le langage des armes, l’urgence serait la ponctuation de ces fusillades qui auront fait sonner les blast beats comme le tonnerre dans les cieux de la planète titane, celle qui a vu ses hordes de punks vomir les bienfaits de l’ère post-industrielle dans d’étranges messes d’acides et d’alcools mêlés. La violence est une religion aliénante mais la force une clef pour atteindre l’illumination.

 

To be a real Terrorist, sorti chez Galy REC en 2007, emprunte son titre à la première démo de Soothsayer parue en 1986. On retrouve sur la compilation, outre les méfaits de ce premier exocet des titres enregistrés live à Montréal qui nous présentent le groupe sous son meilleur jour. Un live qui intègre remarquablement bien la structure du disque, la production de l’album rendant justice aux compos explosives du groupe, tout juste ce qu’il faut d’embonpoint pour revenir dans nos oreilles avec assez de matière pour paraître fringuant et non ressembler à une momie desséchée sortie de son sarcophage. Une démo qui nous rappelle qu’avec Genocide Inc ,Aggression ou Infernal Majesty la scène canadienne en a de le bide.

Juste que Soothsayer a cette puissance d’exécution qui fait honneur aux montées de rage, de ces bastonnades qui ont le parfum core épidermique, ça sue beaucoup pour que la machine garde sa vitesse de croisière supersonique. Cette démo serait un parfait mix entre le Slayer infernal de la grande époque, le Sacrifice aiguisé des débuts et le Kreator guerrier de la grande Allemagne Thrash, un monstre de nervosité toujours prêt à bondir et à attaquer à la gorge. Un disque qui a pour lui toute l’énergie de sa jeunesse et un contexte historique où tout était encore en construction. Le pied.

Véritables bombes, les compos du disque libèrent leurs bends et leurs poignées de power chords à vitesse grand V pour le bonheur des aficionados. L’intensité est maintenue tout du long, ça frappe sec et juste. Un disque puissant et sauvage d’un groupe assez méconnu et une plongée magnifique dans la scène underground québécoise, un voyage qui vaut le coup.

 

http://www.youtube.com/watch?v=khhBmVAhf04

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • 633- deadly scenes-coverdun23 | 29 mai 2015
    6:33 – Deadly Scenes
    C'est monstrueusement bon, merci pour la découverte! Et chose amusante, le précédent avec Strobl est excellent mais fait réaliser à quel point celui ci pue le chef d’œuvre.
  • fnm-sol invictusdun23 | 29 mai 2015
    Faith No More – Sol Invictus
    Yep, j'aime beaucoup Mouth to Mouth aussi. Je rejoins Martial pour les titres qu'il cite, de plus en plus, Rise of the fall est bien énorme aussi. Mais finalement, j’apprécie la dernière ligne chantée du disque et son "Welcome home, my friend". Yep, il n'est pas mineur celui là, d'album, juste trop court!
  • fnm-sol invictuskrakoukass | 28 mai 2015
    Faith No More – Sol Invictus
    Désolé si je te donne l'impression de ne pas l'avoir écouté mais je connais bien FNM je te rassure... Et pour moi on n'est pas au niveau des précédents. Quant à "Mouth to Mouth", c'est un classique pour moi. Ça me suffit. ;)
  • fnm-sol invictusMartial | 28 mai 2015
    Faith No More – Sol Invictus
    Album certainement pas assez écouté par le chroniqueur. Des classiques à la hauteur de ceux cités dans la chro (depuis quand "Mouth To Mouth est-il un classique de FNM d'ailleurs ?), j'en vois au moins six ici : Cone of Shame, Superhero, Separation Anxiety, Matador, Sunny Side Up et Motherfucker. Pas mal sur dix morceaux. Br...
  • klone - here comes the sundun23 | 27 mai 2015
    Klone – Here Comes the Sun
    Merci pour la découverte!
  • fnm-sol invictusdun23 | 27 mai 2015
    Faith No More – Sol Invictus
    On semble oublier de nos jours qu'aucun album de Faith No More de l'ère Patton (excepté peut être the real thing) n'a provoqué lors de sa sortie de véritable raz de marée de superlatifs en tous genres, a plus forte raison sur Album of the year. Tout ça parce qu'un Faith No More, ça se savoure sur la longueur. Parce que l...
  • fnm-sol invictusKane | 26 mai 2015
    Faith No More – Sol Invictus
    Tu t'es attaqué à une chronique difficile. Quand je la lis, j'ai l'impression de retrouver les sensations que j'avais quand j'ai eu entre les mains "Album of the year" pour la première fois. Il se trouve qu'aujourd'hui, "AOTY" fait partie de mes albums préférés de FNM. "Sol Invictus" semble prendre le même chemin. Une...
  • leviathan - scar sighteddarkantisthene | 14 mai 2015
    Leviathan – Scar Sighted
    5 écoutes au compteur et je suis bien obligé d'admettre que je ne partage pas votre avis, camarades. Les 3 premiers titres (j'exclus l'instrumental introductif) sont trop brouillons et dissonants à mon got, Wrest n'excelle jamais dans ce genre. Par contre, lorsqu'il reste dans des cadres plus "classiques" comme "wicked filed"...