Death Engine – Mud

1 Commentaire      927
Style: noise post hardcoreAnnee de sortie: 2015Label: Throatruiner Records/Apocaplexy RecordsProducteur: Amaury Sauvé

On a gardé en mémoire Amen, premier EP de Death Engine, première carte de visite prometteuse touchant autant à ce mélange de hardcore(s) si cher à l’écurie Throatruiner qu’à des ambiances noise à la limite de l’indus. Un premier essai court mais intense qui voit sa suite sortir cette année.

Mud surprend dès son entame Medusa, titre quasi screamo enveloppé d’un voile noisy faisant directement plonger l’ambiance vers le tragique. On sent que les lorientais ont souhaité faire évoluer leur son, mais pas trop… Ainsi Organs nous replonge dans le genre de titres violents et dissonants à la fois présents sur l’EP, mais le groupe y ajoute à mi-parcours un surprenant côté atmosphérique qui va peu à peu se laisser reprendre par les larsens.

Death Engine era 2015 c’est donc surtout davantage de contrastes, comme l’atteste l’impressionnant Cure et ses trois mouvements: sa furieuse entame presque black metal, sa suite noisy puis son ralentissement fatal à l’atmosphère presque céleste sur un final sale mais beau à en chialer. Sur Still et Entertain, c’est un visage majoritairement noise hardcore qui prend les devants, ça fleure bon la scène française du genre (Kill The Thrill en tête) grâce à ce grain sonore spécifique mais ça se laisse souvent emporter par une violence hardcore destructrice (surtout sur Entertain, dont la première partie est d’une saisissante rage aussi froide que désespérée).

Enfin Negative condense les multiples facettes du groupe en une conclusion fleuve de plus de neuf minutes où se côtoient les riffs abrasifs (avec des passages répétitifs carrément hypnotiques) et les bidouillages noisy donnant une ambiance fin du monde terminant dans les larsens…

Tout en conservant sa patte aperçue sur Amen, Death Engine a ouvert son champ d’action, semble avoir élargi son panel d’influences, ose ajouter des mélodies prenantes tout comme lâcher les chiens en matière de virulence extrême. Une sacrée confirmation pour un groupe qui semble avoir encore une belle marge de progression !

  1. Medusa
  2. Organs
  3. Cure
  4. Zero
  5. Still
  6. Entertain
  7. Negative

Bandcamp
Facebook

beunz

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. krakoukass krakoukass says:

    Excellent album. Je n’avais pas écouté Amen, donc je ne me prononcerai pas sur l’évolution mais cet album m’a bien conquis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *