Azusa – Heavy Yoke

1 Commentaire      296
Style: avant-garde/progressive/mathcoreAnnee de sortie: 2018Label: Solid State Records

En voilà du all-star band improbable ! Azusa, c’est la réunion de membres de groupes qu’on n’aurait pas vraiment imaginé se mettre ensemble. Il y a tout d’abord Liam Wilson (basse, ex-The Dillinger Escape Plan) qui est venu du côté d’Oslo rejoindre le guitariste et le batteur d’Extol. Jusqu’ici, le mélange peut paraître très alléchant, jusqu’à l’annonce de la chanteuse: une certaine Eleni Zafriadou qui officiait jusqu’alors en compagnie de son mari dans Sea + Air, groupe d’indie-pop allemand. Pas d’erreur de casting au final car son arrivée au sein d’un groupe plus « extrême » va se faire très naturellement, conférant à ce Heavy Yoke, une personnalité forte et insaisissable.

Pour schématiser, Azusa sonne comme un Atrox version mathcore. La voix de Zafriadou nous offrant une jolie dualité entre ses envolées angéliques et sa facette énervée, enragée même. Derrière elle, les musiciens, très loin d’être des manches, complètent cette impression de versatilité en faisant eux aussi dans la bipolarité harmonieuse/technique voire dissonante à bien des occasions (faisant même parfois penser à un véritable mix d’Extol et de Dillinger).

Heavy Yoke est le genre d’album demandant de multiples écoutes pour parvenir à s’en faire une idée. Si de nombreuses séquences mélodiques sont mémorables immédiatement (le très doux « Fine Lines »), les compos d’Azusa demeurent très complexes, les riffs tournoyant dans de nombreuses directions tandis que la chanteuse y ajoute très souvent des cris assez éreintants. Puis une fois apprivoisé, on se laisse entraîner dans cet amas de riffs chaotiques desquels ressortent des harmonies peu communes.

Un très surprenant premier album, mixture d’expérimentations et de tension. Une rencontre de musiciens très talentueux et d’une chanteuse à fort charisme réalisant ici une impressionnante performance. Si l’envie vous prend de découvrir cette sorte de version extrême de Rolo Tomassi, Heavy Yoke est définitivement pour vous !

  1. Interstellar Islands
  2. Heart Of Stone
  3. Heavy Yoke
  4. Fine Lines
  5. Lost In The Ether
  6. Spellbinder
  7. Programmed To Distress
  8. Eternal Echo
  9. Iniquitous Spiritual Praxis
  10. Succumb To Sorrow
  11. Distant Call

Bandcamp

beunz

Commentaire

  1. letatar says:

    Vu leurs groupes et nationalités d’origine, je ne sais pas comment ces quatre-là en sont venus à créer des morceaux ensemble mais tant mieux pour nous car le résultat est excellent ! On y entend du Extol oui, mais la basse et la très bonne chanteuse emmènent la musique dans des directions parfois étonnantes. Album très réussi avec une sacré personnalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *