Latest Content

Minipony – Ajna

Mon petit poney est tout mignon mais saviez-vous qu’il avait des tendances carnivores et schizophrènes ? Car derrière le nom incongru de ce groupe équatorien, se cache un trio mené par la charismatique chanteuse Emilia Moncayo (qu’on avait déjà croisé dans le projet dub/doom Blackwood, chroniqué ici il y a quelques années), accompagnée par le guitariste Amadeus Galiano et par le batteur Filippo Brandimarte. Auteur du surprenant « Imago » (2017), le trio vient lui donner une suite, enregistré pas par n’importe qui puisque c’est au Silver Cord Studio sous la houlette de son illustre propriétaire Joe Duplantier (Gojira).

Thin / The Wind In The Trees – Split

Jeunes valeurs montantes de la scène mathcore US, Thin et The Wind In The Trees ont une affection particulière au chaos et à l’imprévisibilité. Leur petite réunion prédestinée prend donc vie chez un expert en la matière, l’excellent Twelve Gauge Records à qui l’on doit des sorties de Heavy Heavy Low Low, Sabertooth Zombie ou encore plus récemment le premier opus de For Your Health.

Mothman – Cancer Withdrawal

Comme toute sortie provenant de Dark Trail Records (Black Matter Device, The God Awful Truth…), on a de quoi se préparer à une grosse déflagration avec cet album. Mothman est un trio originaire d’Austin (Texas) qui joue pourtant une musique encore plus brutale que ce qui sort habituellement chez le label du créateur de Mathcore Index. Du mathcore, certes il y en a pas mal, mais celui-ci est ici accompagné par une extrême brutalité provenant du grindcore et d’une lourdeur hardcore/metal pour un Cancer Withdrawal qui se présente comme une impressionnante déferlante de violence.

Black Matter Device – Autonomous Weapons

Après les secoués Moderns Frenetics puis Hostile Architecture, il était écrit que Black Matter Device finirait chez Dark Trail Records. Le label du fondateur de Mathcore Index apparait comme la plus logique des destinations pour le combo de Richmond (Virginie) tant leurs affinités pour le bordel (maîtrisé) sont communes. Autonomous Weapons ne déroge pas à la règle…

Anna Sage – S/T

Après deux EP remarqués dans le microcosme du hardcore pour fans d’équations et autres parallélépipèdes rectangles (The Fourth Wall en 2014 et Downward Motion en 2018), les frenchies Anna Sage respectent à nouveau leurs quatre années entre deux livraisons mais passent cette fois à la vitesse supérieure. Signature sur un label conséquent (Klonosphere via Season Of Mist, mais aussi d’autres plus modestes structures pas piquées des hannetons comme Zegema Beach, Dingleberry ou Itawak Records), retour de Francis Caste (Kickback, Hangman’s Chair…) derrière la console et format plus étendu pour célébrer leur véritable premier album.

Depleted Uranium – Origins

Originaire du Canada (de Toronto plus précisément), Depleted Uranium est un quartet énervé respectant le port du masque (à gaz). Origins est leur second album (leur premier éponyme étant sorti en 2018) mais correspond en réalité à leur premier. Et c’est là que vous vous dites « hein quoi ?! ». Explication: l’enregistrement (en live) de ce dernier a eu lieu en 2010, le groupe a conservé tout ça et le sort cette année tel un prequel afin de montrer d’où il vient.

thoughtcrimes – Tap Night (Deluxe)

Sorti dans un premier temps en 2019, Pure Noise Records nous remet une louche en version « deluxe » de Tap Night, premier EP de thoughtcrimes. Si vous êtes passé à côté à l’époque, ce groupe a été fondé par un certain Billy Rymer, impressionnant batteur passé chez The Dillinger Escape Plan, End ou encore Glassjaw. Chez thoughtcrimes, il nous démontre à nouveau ses belles aptitudes en parcourant son kit de long en large. Mais ses comparses ne sont pas en reste !

Parlor – Comments

Habitué à une sortie tous les deux ans (Zamizdat, premier EP en 2017, Softly, premier album en 2019), Parlor est un groupe parisien semblant aimer organiser son temps, comme sa musique ? Tout le contraire en réalité puisque le groupe déverse un hardcore chaotique partant dans de très nombreuses directions.