Phoxjaw – Goodbye Dinosaur… (2018) et A Playground for Sad Adults (2019)

Pas de commentaires      756
Style: Rock / MetalAnnee de sortie: 2019Label: Hassle Records

Nouveaux venus sur la scène rock anglaise, Phoxjaw nous arrivent de Bristol et se sont formés autour des deux frères Gallop, Kieran qui occupe le poste de batteur (et deuxième chanteur), et Josh, guitariste complétés de Glenn Hawkins, également à la guitare, de Huw Allen pour les synthés et programmation et surtout de Danny Garland, bassiste et chanteur. Une référence saute assez immédiatement aux oreilles à l’écoute des deux EP du groupe, le premier (Goodbye Dinosaur…) datant de l’année dernière, tandis que le petit nouveau (A Playground for Sad Adults) vient de paraître il y a quelques semaines. Cette référence, qui en est une à double titre particulièrement à mes oreilles, est celle de leurs compatriotes de Black Peaks. Difficile en effet de ne pas penser aux autres anglais en écoutant les morceaux de Phoxjaw.

On se situe donc à la croisée du rock musclé et du metal, et comme il se doit Phoxjaw savent parfaitement assommer l’auditoire à grands coups de riffs rageurs et de cris de furieux (« Whale, Whale, Whale » sur lequel la fin du titre se fait sous le signe d’une lourdeur bien écrasante installant une ambiance assez sombre ou « Weapons » sur le disque de 2018). Ils sont tout autant capables d’enchaîner avec des passages beaucoup plus légers (qui peuvent rappeler les Lost Prophets de fin de carrière) comme sur « Bodiesinthewall » qui contient quand même également son lot de passages burnés/plombés sur lesquels le groupe flirterait presque dans l’idée avec le post-hardcore, comme également sur « Plastic Wedding » qui conclut Goodbye Dinosaur….

Chacun des deux EP dure autour de 20 minutes pour 6 titres, on a donc un ensemble cohérent constitué des deux disques, qu’on pourra parfaitement écouter l’un après l’autre tant ils s’inscrivent dans le même style et se complètent bien.

Je comparais en début de chronique Phoxjaw et Black Peaks, mais il faut tout de même noter quelques différences entre les deux formations. Black Peaks, plus aguerris évidemment conservent d’abord une dimension progressive que n’ont pas (encore?) leurs cadets malgré un penchant pour la mise en place d’atmosphères sombres intéressantes (« Plastic Wedding »). Les compositions sont plus variées et plus sophistiquées chez Black Peaks même si les deux cartes de visite de Phoxjaw sont de très belle facture et augurent du meilleur pour la suite sur ce plan. Enfin pour ce qui est du chant, l’extraordinaire Will Gardner (Black Peaks) et sa versatilité impressionnante sont évidemment très supérieurs à un Danny Garland (Phoxjaw) qui se révèle néanmoins un chanteur très capable et convaincant avec sa diction typiquement anglaise (particulièrement sur les passages les moins plombés de « Weapons » par exemple).

Un groupe à suivre donc, le meilleur reste peut-être à venir!

Tracklist Goodbye Dinosaur… (2018) :
1 – The Great Dying
2 – Triceratops
3 – Lottery
4 – Weapons
5 – Dinosaur Bones
6 – Plastic Wedding

Tracklist A Playground for Sad Adults (2019) :
1 – A playground for Sad Adults
2 – Melt, You’re a Face of Wax
3 – Monday Man
4 – Whale, Whale, Whale
5 – Bodiesinthewall
6 – The Curse of the Button Man

 

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *