hip hop

Doomtree – All Hands

Ahhh les all-star bands… Se réunir entre illustres membres de groupes reconnus rime souvent avec « quitte ou double ». Dans le milieu hip-hop, il y en a un qui, album après album, demeure à un niveau de constance vraiment impressionnant, ce groupe c’est Doomtree.

Until the Ribbon Breaks – A Lesson Unlearnt

Derrière ce patronyme se cache le projet musical d’un jeune gallois, Pete Lawrie Winfield, qui a d’abord livré en 2013 un premier EP intitulé A Taste of Silver et s’est aussi illustré en reprenant ou remixant des titres de Blondie, London Grammar ou même Robert Palmer (excellente reprise de « Addicted to Love » que j’aurais vraiment aimé voir figurer sur l’album d’ailleurs). Quoi qu’il en soit, et vu le style pratiqué, j’avais en théorie toutes les chances de passer à côté de l’album, A Lesson Unlearnt, comme j’étais passé à côté de l’EP.
Mais les hasards de la vie et des rencontres [...]

SBTRKT – Wonder Where We Land

Comme je l’avais pressenti lors de ma chronique de Transitions, cet EP ne marquait là qu’un exercice de style pour SBTRKT. Wonder Where We Land marque en effet le retour des featurings, invités à poser leurs voix sur les pistes sonores composées par Aaron Jerome. De ce fait, ce nouvel opus se dévoile quelque part entre les deux visages du personnage…

Bones – Garbage

Représentant du courant « sesh », sorte de hip hop nouvelle génération qui doit sa popularité à youtube, Bones est un jeune white trash qui sort les mixtapes plus vite que son ombre ces dernières années (Garbage est sa huitième sortie depuis 2012, et lorsque vous lirez ces lignes, il y a de fortes chances qu’il ait déjà sorti un nouvel album !).

The Underachievers – Cellar Door: Terminus Ut Exordium

Troisième album pour The Underachievers (ou premier album après deux mixtapes pour les tatillons), duo de hip hop enfumé de Brooklyn composé de AK et Issa Gold. Avec sa pochette de (très) mauvais goût (psyché hipster), Cellar Door: Terminus Ut Exordium apparait d’emblée comme un objet étrange et décalé à côté de ce que sortent actuellement les cadors du style. Cela va se vérifier au travers de douze nouvelles compos globalement planantes.

Cities Aviv – Come To Life

Cities Aviv est le projet de Gavin Mays, rappeur originaire de Memphis qui a vraiment à cœur de se distinguer de la scène hip hop actuelle. Pour son troisième album, notre gaillard poursuit donc dans l’expérimentation avec un goût immodéré pour les bidouillages sonores les plus perchés, histoire de donner un rendu unique à son hip hop.

Black Knights – Medieval Chamber

On connaissait John Frusciante en tant que guitariste. Chez les Red Hot Chili Peppers certes, mais aussi en solo avec de nombreux albums sortis. Et encore à côté de ça, le bonhomme se montre aujourd’hui aussi amateur de hip-hop, enfilant le tablier de producteur pour Medieval Chamber, troisième album du duo californien Black Knights.

Danny Brown – Old

Explosant actuellement auprès du grand public au milieu des sales gosses que sont Earl Sweatshirt, Tyler The Creator, Joey Badass ou encore ASAP Rocky, Danny Brown n’est pourtant pas vraiment de la même génération que ces derniers. Après XXX, excellente mixtape sortie en 2011 et laissée en libre-téléchargement, revoilà le gaillard de Detroit qui, du haut de ses 32 ans, offre un nouvel album aux instrus variées, marqué par ses histoires pas banales, majoritairement sur fond de dope.

Tyler, The Creator – Wolf

Avril 2013, Tyler a vieilli. A 22 ans, il n’a plus envie de parler de viols et de mutilation. Ce qui le fait kiffer, c’est de parler de sa nouvelle situation, le pognon, la réussite, les relations amoureuses, des trucs de grand quoi. C’est qu’il s’en est passé des choses en quatre ans. Depuis 2009 et Bastard, le fondateur du désormais très rentable collectif/label Odd Future est passé du statut d’OVNI un peu taré du hip hop californien à celui de star internationale qui brasse les biftons. Alors forcément, il ne peut plus vraiment parler des mêmes choses qu’avant.

M.I.A. – Matangi

Dans le monde de la pop et des popstars féminines, certaines essayent de choquer et de faire parler d’elles en montrant leur cul (la surenchère Rihanna, Lady gaga, Miley Cyrus par exemple) tandis que d’autres choisissent de rester fidèles à leur conviction. Meilleur exemple en date l’anglaise d’origine tamoule (du Sri Lanka) Mathangi « Maya » Arulpragasam plus connue sous le pseudo M.I.A., qui persiste, même à 38 ans et garde son côté « sale môme » qui n’aime décidément pas faire comme tout le monde et surtout pas ce que l’on attend d’elle. Elle a ainsi récemment « choqué » l’Amérique en faisant un doigt [...]