Styles

Wolf People – Fain

Attention, (gros) coup de cœur avec cette toute récente découverte. Un groupe totalement inconnu pour moi avant que je ne pose mes oreilles sur ce 3e Opus des Anglais de Wolf People.
En premier lieu, comment ne pas être attiré par cette très belle et intriguante pochette, qui ne laisse pas filtrer le contenu du disque. Mais ce que nous découvrons une fois le disque posé sur la platine ne manque pas de charme et intrigue dès la première rotation de la galette.

400 The Cat – Stf Helix Nebula

Composé de gens de Morgue et Superstatic Revolution, les alésiens de 400 The Cat ne sont pas des nouveaux venus dans le microcosme noise hardcore sudiste. Formé en 2009, le groupe a notamment sorti un split en compagnie d’une autre valeur sûre du noise hexagonal, The Royal McBee Corporation, et passe aujourd’hui au long format avec ce Stf Helix Nebula.

Old Wounds – From Where We Came is Where We’ll Rest

Après avoir sorti de nombreux EP et splits, Old Wounds passe au long format. Enfin long, ça dure moins de 30 minutes quand même, assez de temps pour balancer 12 titres in your face d’un hardcore fortement marqué par la scène des 90’s.

Spiritual Beggars – Earth Blues

Afin de remplacer l’icône « chef d’œuvre » souvent utilisé à tort et à travers, notre bien aimé chroniqueur en chef Krakoukass m’a demandé de créer un nouvel icône « coup de cœur ». De ce fait, je suis bien décidé à l’exploiter un maximum, ce que je vais faire de ce pas avec le tout dernier album des Spiritual Beggars.

Rorcal – Vilagvege

S’il reste des survivants à l’abyssal Heliogabalus, la précédente offrande du groupe qui n’est constituée que d’une unique piste de 70 minutes de doom suffocant, ceux-ci peuvent se réjouir du retour du Rorcal. Les suisses sont en effet sortis de leur gouffre pour mieux y retourner, cette fois avec un peu de feu directement importé des enfers…

Leprous – Coal

Bilateral était clairement à mon sens, un des temps forts de l’année 2011, il était donc normal d’attendre impatiemment ce nouvel album des norvégiens, à l’étrange pochette…
Il a pourtant fallu plusieurs écoutes pour commencer à rentrer dans cette rondelle de charbon et même à succomber après 6 ou 7 écoutes, car les premières m’avaient plutôt laissé perplexe, voir même quelque peu déçu.

Benea Reach – Possession

Mais c’est qu’ils prennent leur temps les norvégiens de Benea Reach ! Déjà cinq ans que leur dernier album est sorti, c’est dire si l’attente pour ce Possession a été longue ! Monument Binothean et Alleviat ayant été de belles claques pour ma part, c’est donc plein de confiance que je me suis lancé dans l’écoute de ce troisième album.

Hexvessel – Iron Marsh EP

A peine quelques mois après la sortie de leur deuxième excellent album No Holier Temple, les Hexvessel, toujours emmenés par Khvost, nous convient à leur nouvelle réunion, sous la forme d’un EP plutôt consistant, dépassant les 30 minutes.
Au menu, 5 titres aux durées très variées.

Intronaut – Habitual Levitations

L’approche de Intronaut est paradoxale, venus du metal extrême, ils ont évolué de plus en plus, album après album vers un métal progressif – et appaisé – bien à eux. Formé de musiciens ayant fait parti de groupes de death et grind bien connus et dont le premier EP était un manifeste de rudesse sludge – certes déjà trop complexe pour le style -, on arrive aujourd’hui à un groupe formé des 4 mêmes musiciens mais transformé musicalement. Intronaut semble avoir trouvé une certaine sérénité, plaçant la mélodie au premier plan. Les arpèges sont certes gorgés de saturations, mais [...]

Suicidal Tendencies – 13

Treize années d’absence discographique et pourtant, aucune excitation particulière au moment d’écouter ce nouvel album de Suicidal Tendencies. En tant qu’amateur de longue date, j’aurais pourtant du me réjouir. Sachant le groupe toujours vivant et très performant en live malgré des setlist  inégales, aucune raison de ne pas sentir poindre l’impatience. Mais ce serait oublier que les derniers albums en date baissaient inévitablement en qualité au fur et à mesure des départs succesifs. Mike Muir ne sachant plus différencier ses projets et multipliant les sorties dispensables,  ST nous avait donc planté avec un Free your Soul and save my [...]