Death Goals – The Horrible And The Miserable

Pas de commentaires      235
Style: screamo/hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2021Label: Autoproduction

Originaire d’Angleterre, Death Goals est un jeune groupe qui a débuté ses activités par un split en 2017 avec les excellents Pupil Slicer. Comme chez ces derniers, le duo Harry Bailey/George Milner apprécie mettre des nerfs, de la violence et de la complexité dans sa musique. A mi-chemin entre screamo et hardcore métallisé à tendances chaotiques, The Horrible And The Miserable déverse en quelques vingt-trois minutes, un premier album particulièrement secoué.

Au vu de son titre, les lyrics sont ici plutôt pessimistes concernant l’existence en général, le duo traite aussi, non sans ironie de son appartenance à la communauté LGBTQ+ sur des morceaux comme « Helen Keller Is Teaching Me How To Talk To Boys » ou « Gender Traitor ». Bref, de quoi interpeler en plus de leurs assauts soniques allant parfois taper bien fort (« Car Crash Romance » ou « Shrike », parmi les titres les plus virulents), tandis qu’à d’autres moments, c’est leur fibre plus émotionnelle qui vient prendre les devants (la partie chantée de « Nothing Left To Give »).

N’hésitant pas à aller puiser des influences dans la scène metalcore/post-hardcore du début des années 2000 (le morceau-titre rappelant un Beecher qui aurait décidé de caler quelques breakdowns en final) voire post-punk (l’enchaînement « Exit Wounds »/ »A Different Type Of Headache »), Death Goals va où bon lui semble et retombe toujours sur ses pattes quel que soit son angle d’attaque. Bref, le genre d’album frais et bien garni qui fait que de multiples écoutes ne lasseront pas. Recommandé aux amateurs d’expériences chaotico-cathartiques, par exemple les amateurs de For Your Health et de The Chariot qui devraient ici facilement succomber.

  1. Defenstration
  2. Misery
  3. Helen Keller Is Teaching Me How To Talk To Boys
  4. Car Crash Romance
  5. Shrike
  6. Exit Wounds
  7. A Different Type Of Headache
  8. The Horrible And The Miserable
  9. OK/SAD
  10. Gender Traitor
  11. Nothing Left To Give

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *