Fartbarf – Dirty Power

1 Commentaire      1 491
Style: neanderthalian synth-punk-pop/dance/experimentalAnnee de sortie: 2014Label: Space Jumbles MusicProducteur: Florian Ammon & Fartbarf

Originaire de Los Angeles, Fartbarf (quel nom, mes aïeux !) est un trio n’ayant pas vraiment la gueule de l’emploi. Officiant grimés avec des masques d’hommes préhistoriques plutôt dégueulasses ainsi que des combinaisons blanches (souvent estampillées NASA), le groupe aurait pu nous la jouer metal façon Slipknot mais non, ce serait plutôt du côté de Daft Punk qu’il faudrait aller voir (une autre comparaison de masqués).

Ces « post-neanderthal analogue synthesists » prennent en fait toute la scène electro/dance actuelle (celle de David Guetta et ses amis), pètent dessus, vomissent dessus, et en font Dirty Power, de l’EDM qui comme son titre l’indique est aussi crade que dansante (qui est au passage leur premier album, la plupart des compos mises en ligne auparavant étant des impros). Composé d’un vrai batteur (avec une vraie batterie) et de deux bidouilleurs de synthés et d’effets en tous genres, le trio produit une musique vraiment à part.

Le mélange surprend d’emblée. Homeless In Heathrow balance une rythmique synth-pop à l’ancienne sur laquelle une voix robotisée, trafiquée à l’extrême, envoie une improbable mélodie pop, le tout se suivant sans déplaisir. A ce moment-là on se demande si l’on a affaire à du génie ou au summum du ridicule tant le kitsch assumé interpelle. Panopticon prend la suite, les lyrics traitant entre autre de bière et de Gwar sur fond de 8-bit entêtant. C’est bon, c’est juste génial.

Vient ensuite l’enchainement des quatre morceaux les plus catchy de ce Dirty Power. Basé sur une mélodie qui ne quitte plus ton cervelet, Your Sky Is Falling est aussi dansant que son break est chaotique, c’est un tube ! Mission At Hand et son intro que n’aurait pas renié Horse The Band s’engage sur cette même voie avec de géniales envolées mélodiques rétro. Play The Game continue sur ces synthés hypnotiques et groovy en nous offrant une voix de robot un peu plus aigüe (féminine ?), en tous cas il y a un peu de Com Truise chez ces trois loustics, et c’est loin d’être déplaisant ! All Systems Go! se veut un peu plus sautillant sur les couplets, précédant un refrain imparable, une fois de plus. Une quadruplette gagnante.

Un peu en dessous du reste, Service Merchandiser déçoit un peu après les précédents titres. La recette est pourtant équivalente mais l’effet micro est surexploité tandis que la mélodie marque moins l’esprit… Hero Of Time arrive ensuite telle une interlude instrumentale permettant de se reposer un peu de cette voix d’extraterrestre. Barré et épique, ce titre collerait parfaitement comme bande originale d’un film de science-fiction burlesque. Fidèles à l’esprit installé en première partie d’album, Warp Whistle et Electric Groove (et son break au saxo du futur) terminent ce Dirty Power de la meilleure des manières, avec à nouveau d’excellentes mélodies et un groove irrésistible.

Accouché difficilement (certains titres datent d’il y a 4 ans), Dirty Power est donc un condensé de hits radio mais sans le sou. Fartbarf renouvelle l’electro avec des sons rétros (8-bit certes, mais aussi quelques réminiscences de Devo et Kraftwerk), une prod crasseuse qui fait là leur personnalité (tout comme leurs masques) et une succession de mélodies toutes plus prenantes les unes que les autres. Ne supportant pas la dance habituellement, voilà qu’un album du style va rejoindre mon top 2014. A découvrir absolument !

  1. Homeless In Heathrow
  2. Panopticon
  3. Your Sky Is Falling
  4. Mission At Hand
  5. Play The Game
  6. All Systems Go!
  7. Service Merchandiser
  8. Hero Of Time
  9. Warp Whistle
  10. Electric Groove

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. Rémi says:

    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *