Griffon – ὸ θεός ὸ βασιλεύς (O Theos O Basileus)

Pas de commentaires      240
Style: black metalAnnee de sortie: 2020Label: Les Acteurs de l'Ombre Productions

Avec en son sein des membres officiant dans Moonreich, Neptrecus, Grind-O-Matic ou encore de Pensées Nocturnes, Griffon n’est pas un groupe de jeunes premiers. Pourtant ce O Theos O Basileus est ma première rencontre avec ce groupe parisien fondé en 2012. Déjà auteur de plusieurs albums (Har Hakarmel – 2016, un split avec Darkenhöld l’an dernier et un titre collaboratif avec Wyrms sorti il y a quelques mois), le quintet explore un black metal aux thématiques empreintes de spiritualité sur fond de temps anciens (focalisés notamment sur la Grèce antique et autres inspirations médiévales).

Les parisiens savent y faire lorsqu’il s’agit de mélanger virulence et atmosphères immersives. Le black metal de Griffon est très riche, mené par une voix arrachée très charismatique, et doté d’une qualité de composition blindée de contrastes. Ainsi l’on passe par bien des états, entre accélérations blastées sur fond de trémolos épiques et infernaux (« Les Plaies Du Trône » dans sa seconde partie), accalmies sereines débarquant soudainement (« L’Ost Capétien ») parfois sur fond de spoken words (« Régicide »), progressions pleines de groove et de mélodies percutantes (« Abomination » particulièrement entraînant malgré sa longueur), bref Griffon montre un champ d’action particulièrement ouvert, parvenant à éviter d’être pompeux (ce qui n’est souvent pas évident dans un style plutôt orchestral). Se concluant par un surprenant « Apotheosis », plus lent dans ses progressions, plus émotionnel avec ses transitions entre voix de gorge incantatoires, guitare acoustique et piano, ce nouvel album parvient à surprendre de A à Z.

Alors certes on pourra reprocher à Griffon d’un peu trop se disperser pour demeurer totalement lisible durant ces quarante minutes, mais ce léger souci d’accessibilité n’en font pas pour autant une œuvre rédhibitoire. Au contraire même, le groupe parisien démontre de très belles qualités d’écriture et d’interprétation, un peu alambiquées d’accord, mais dont la puissance (mélodique comme agressive) mérite qu’on s’y attarde pour mieux s’en imprégner. Très belle découverte !

  1. Damaskos
  2. L’Ost Capétien
  3. Régicide
  4. Les Plaies Du Trône
  5. Abomination
  6. My Soul Is Among The Lions
  7. …Et Praetera Nihil
  8. Apotheosis

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *