MUHD – Dilogia

Pas de commentaires      77
Style: ambient/electroAnnee de sortie: 2021Label: Cyclic Law

Sorti initialement en 2014, Dilogia est le premier album de MUHD, projet de Samuel Vaney (Cortez, Fargue…) accompagné (des artworks) de Dehn Sora (Treha Sektori, Throane). Un peu comme sur Fargue, la parole est essentiellement laissée aux synthés modulant des ondes sonores entre ambient et drone créant une sorte de souffle nostalgique.

Ces six titres proposent autant de paysages éthérés qui oscillent entre vagues vaporeuses et quelques pulsations plus marquées bien que fondues dans le décor (notamment sur « Side Effect » ou la conclusion « Kychtym »). Le pouvoir cinématographique enveloppant de ces six compos est bien présent, ramenant l’auditeur à un repli sur soi, dans ses souvenirs ou ses rêves, qu’ils soient sereins ou plus tristes (le jeu sur les textures nous proposant une alternance ombre/lumière très prenante).

Et si le minimalisme global et la répétitivité de certaines séquences peuvent apparaitre comme un frein à l’appréciation de cet album (c’est sûr qu’il faut apprécier l’ambient et se mettre dans des dispositions méditatives), ce premier album nous pousse finalement à lâcher prise, se laisser embarquer dans cette espèce de brise quasi constante, finissant par nous installer dans une atmosphère cotonneuse très confortable. En fond sonore accompagnant une autre activité ou en concentration complète, Dilogia vaut vraiment le détour pour ses subtils arrangements et leurs capacités à envoûter.

  1. Severing
  2. Komorebi
  3. Orthorexia Nervosa
  4. Dalhem
  5. Side Effect
  6. Kychtym

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *