Final Light – S/T

Pas de commentaires      172
Style: Post Synthwave MetalAnnee de sortie: 2022Label: Red Creek

Derrière ce nom et cet artwork énigmatiques, on trouve rien de moins qu’une détonante association : celle de Johannes Persson de Cult of Luna avec James ‘Perturbator‘ Kent. Association qui devait d’abord être une collaboration unique dans le cadre du festival Roadburn 2020, et dont l’interprétation aura finalement eu lieu sur l’édition 2022 du festival. Une collaboration qui s’imposait finalement comme une évidence tant les deux protagonistes ne cachaient pas leur admiration réciproque, et l’on se souvient que James Kent avait déjà proposé un remix du « Cygnus » de COL en 2018. Il restait encore à passer de l’évidence et de l’admiration à un résultat intéressant.

Et c’est chose faite, à tel point que le duo a jugé bon (et on l’en remercie) de faire de cette collaboration un album sorti et promu comme il se doit le 24 juin 2022.

Un album qui propose finalement exactement ce que l’on attendrait d’une telle collaboration : des nappes de synthé façon synthwave à la Perturbator apportant cette ambiance futuriste sombre, complétées par les vocaux de golgoth du suédois. Son registre vocal monolithique et hurlé s’associe à merveille au travail du français. Un travail qui convainc d’ailleurs beaucoup plus que le dernier méfait solo en date de Perturbator, que j’avais pour ma part trouvé bien décevant. Ici le tandem reste dans l’efficacité, tout en pesanteur et en atmosphère,  et le résultat s’avère aussi impressionnant que saisissant.

Si l’on déplore une légère baisse régime sur « The Fall of a Giant », peut-être le titre le moins prenant de l’album, le reste est absolument parfait : que le rythme soit rapide (sans jamais être très rapide) comme sur le morceau titre, ou plus lent sur « It Came with the Water » et ses riffs menaçants, on est complètement emporté par ce voyage encore plus sombre que le travail de Cult of Luna sur son (splendide) dernier album en date sur lequel les titres semblent s’enchaîner naturellement pour n’en former qu’un de 48 minutes. Et moi qui ne suis pourtant pas très client de post machin, me voilà une nouvelle fois sous le charme d’une plaque de ce genre pour la deuxième fois la même année et encore une fois grâce (notamment) à Persson.

Il ne reste plus maintenant qu’à espérer que ce projet se poursuive avec pourquoi pas un deuxième album de la même trempe!

Tracklist :
01 – Nothing Will Bear Your Name
02 – In the Void
03 – It Came with the Water
04 – Final Light
05 – The Fall of a Giant
06 – Ruin to Decay

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1065 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.