Latest Content

Carpenter Brut – Leather Terror

Franck Hueso est de retour avec son implacable machine synthwave et alter égo Carpenter Brut. Leather Terror s’inscrit dans le contexte de la trilogie initiée par le très bon Leather Teeth,  pour nous conter la suite des mésaventures de Bret Halford, éconduit par la pom-pom girl de son cœur et qui devient un psychopathe tueur en série bien décidé à se venger de ceux qui l’ont humilié au lycée. Derrière le prétexte pitch toujours très série Z, hommage assumé aux productions américaines des années 80s, on retrouve un Carpenter Brut en grande forme qui nous propose la sortie la [...]

Kai Reznik – While The Town’s Sleeping

Il y a quelques mois, nous découvrions le premier EP de Fragile Figures (Silent Scars), oeuvre singulière à la fois cinématographique et surplombée d’une aura mystérieuse. Kai Reznik, l’une des deux têtes du projet se la joue ici solo, mais pas tout à fait puisqu’une voix, en l’occurrence celle de Sasha Andrès (Heliogabale, A Shape) participe à ce premier EP trois titres While The Town’s Sleeping, présenté telle la bande originale d’un film imaginé…

Midnight Street Of Rage – Modern Desert

Midnight Street Of Rage, un tel nom ne peut que raviver de bons souvenirs de soirées jeux vidéo (pour peu que vous ayez une MegaDrive !). Streets Of Rage (le jeu) qui narre les aventures d’Adam Hunter, Alex Stone et Blaze Fielding, bien décidés à remettre de l’ordre dans la ville, semble en effet avoir inspiré le groupe parisien, délivrant une synthwave qui aurait bien pu servir de bande-son au jeu, mais pas uniquement celui-ci car outre des sessions de beat them up, cela pourrait aussi s’apparenter à la bande-son d’un road-trip.

Mur – Truth

Actif depuis 2014, c’est surtout ces deux dernières années que Mur s’est affirmé, notamment en signant chez les productifs Acteurs de l’Ombre, sortant coup sur coup un premier album (Brutalism – 2019), un single (Black Core – 2020) et maintenant cet EP. Truth marque une nouvelle étape dans la carrière du groupe parisien à l’univers entre post-black metal et hardcore très personnel ici intensifié par de franches touches synthwave.

Future Faces – Euphoria

Quasiment quatre ans après s’être Revolté de fort belle manière (quoiqu’un peu brièvement), Future Faces sombre dans l’euphorie. Toujours chez Throatruiner (qui semble délaisser les groupes énervés ces derniers temps – en ayant sorti le premier Palecoal en début d’année), le trio suisse livre avec Euphoria un premier long-format assez différent de l’EP le précédent.
Malgré son titre, la mélancolie apparaît toujours comme fil rouge chez Future Faces mais elle va être ici exprimée avec un son beaucoup plus dense et riche. Les textures et effets n’hésitent plus à s’étendre avec un surplus de force et une atmosphère nostalgico-80’s [...]

Pharaoh Overlord – 6

Pharaoh Overlord est un groupe finlandais débuté il y a vingt ans sous la forme d’un groupe de stoner rock dans la veine d’un Hawkwind avant de connaître des bouleversements de line-up sur son album précédent (5 – 2019). Autrefois quintet, les finlandais ne sont désormais plus que deux, Tomi « Florian » Leppänen et Jussi « Ralf » Lehtisalo, tous deux officiant aussi dans Circle. Le duo en a donc profité pour faire une totale refonte de leur son, le stoner psyché s’est alors transformé en electro/kraut dansante et planante avec un son disco (si si !) typique des années 70 (!).

Drab Majesty – Modern Mirror

Oui je sais ce que vous vous dites : c’est quoi cette pochette ?? C’est vrai qu’elle est bien moche cette pochette. De même on peut avoir du mal à adhérer à l’imagerie très queer que se plaît à cultiver Deb Demure, leader androgyne de Drab Majesty.
Mais tout cela n’a absolument aucune importance face à la qualité de la musique de ce gaillard qui signe un excellent troisième album aux mélodies synthwave/pop complètement irrésistibles et réminiscentes des années 80. Il ne faut pas longtemps pour reconnaître les gimmicks et sonorités caractéristiques du genre, et les quelques influences new-wave [...]

Chroniques Express de Noël 2018

C’est toujours le même bordel en fin d’année. L’heure du bilan approche, et c’est là qu’on s’aperçoit qu’on n’a pas écrit toutes les chroniques qu’on pensait avoir écrites, ou qu’on a complètement oublié d’écrire quelques mots sur tel ou tel album qui le méritait pourtant. Sans compter les albums parus en toute fin d’année comme des petits sournois…

The Algorithm – Compiler Optimization Techniques

Faisant marcher metal et electro main dans la main depuis déjà quelques paires d’années, The Algorithm fait son retour avec un quatrième album (autoproduit ici), deux ans après le très bon Brute Force et seulement un an après son premier effort sous le nom Boucle Infinie. Rémi Gallego a pour ce dernier davantage creusé vers le rétro grâce à des synthés typés 80’s. Un côté synthwave qui déborde aujourd’hui un peu dans ce Compiler Optimization Techniques.

Carpenter Brut – Leather Teeth

La surprise qui fait plaisir en ce début d’année, c’est la sortie de ce nouvel album de Carpenter Brut dont le succès ne se dément pas, et qui commence à faire son trou parmi le grand public. Depuis le temps qu’on en parle sur Eklektik et qu’on s’évertue à louer les qualités du Monsieur, on ne peut que se féliciter de cette percée largement méritée.