Job For A Cowboy – Moon Healer

Pas de commentaires      154
Style: death metal technico-progressifAnnee de sortie: 2024Label: Metal Blade Records

Dix ans de silence radio enfin brisés, les quatre gaillards de Job For A Cowboy reviennent surtout pour célébrer leurs vingt ans d’existence ! Ce nouvel album à la cover « métaphysique » très chargée, totalement dans les tons de leur précédent (Sun Eater – 2014) nous propose ni plus ni moins qu’une suite logique de leur death progressif teinté de quelques légères incursions en -core (mais le temps du culte Doom, leur premier EP époque Myspace sorti en 2005, est très très loin !).

Nous accueillant avec le morceau-titre, ce nouvel album poursuit donc dans cette alliance de technique, de brutalité et mine de rien de finesse. Ainsi Alan Glassman et Tony Sannicandro (guitares) et le bassiste Nick Schendzielos (Cephalic Carnage, Havok) montrent d’emblée qu’ils ne sont pas là pour faire de la figuration, les premiers nous gratifiant de plans tantôt complexes, tantôt mélodiques avec des soli aventureux (à côté de cette ambiance « orientalisante » qui leur plait toujours tant, comme l’attestent les deux premiers titres), tandis que le préposé à la quatre(ou plus ?)-cordes se montrera très audible tout au long de l’album. Le batteur Navene Koperweis s’illustrera lui aussi, offrant un jeu très varié entre deux sessions de blastbeats. Quant au chanteur Jonny Davy, il possède toujours son impressionnant charisme bien que son timbre pourra un peu paraître monocorde à la longue (alors qu’il est pourtant très varié entre vociférations acérées et growls plus profonds, mais zéro « breebree » à l’horizon !).

S’orientant une fois de plus du côté de Revocation, Beyond Creation ou Obscura, ce nouvel album propose une imposante variété de riffs, très étendue titre après titre. Chaque musicien touchant vraiment sa bille, on ne peut qu’être admiratif devant leur talent, parvenant à enchaîner du riff ultra complexe avec des zones plus accrocheuses (sur « Into The Crystalline Crypts » ou le mid-tempo « A Sorrow-Filled Moon »).

D’énormes qualités mais qui peuvent malheureusement desservir l’album sur sa globalité, pouvant sembler sans queue ni tête, voire trop démonstratif pour l’auditeur de base (pour qui le Guronsan sera de rigueur après écoute). Mais comme son prédécesseur, Beyond The Chemical Doorway se destine surtout aux amateurs de brutalité alambiquée, n’ayant pas peur de se faire martyriser les sens dans des progressions techniques semblant aller partout et nulle part à la fois. Ces derniers seront aux anges devant le pouvoir de dévastation de Job For A Cowboy, la puissance du groupe étant là à son paroxysme.

  1. Beyond The Chemical Doorway
  2. Etched In Oblivion
  3. Grinding Wheels Of Ophanim
  4. The Sun Gave Me Ashes So I Sought Out The Moon
  5. Into The Crystalline Crypts
  6. A Sorrow-Filled Moon
  7. The Agony Seeping Storm
  8. The Forever Rot

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *