Misanthrope – Sadistic Sex Daemon

Pas de commentaires      831
Style: metal extrêmeAnnee de sortie: 2003Label: Holy Records

Les premières écoutes de cet album m’ont un peu déçu car j’avais encore le choc « Misanthrope Immortel » dans les oreilles. Le disque précédent, sorti en 2000, était un monument, un chef-d’œuvre et il était difficile de faire mieux. Donc, dans mes premières écoutes, j’ai trouvé ce disque bien mais sans plus, il n’avait pas le génie de « Misanthrope Immortel » ou du fantastique «Visionnaire ». Disons que ce qui m’avait un peu déçu à la première écoute c’est que l’évolution entre ce « Sadistic Sex Daemon » et son prédécesseur n’est pas aussi marquée que celle entre « Libertine Humiliations » et « Misanthrope Immortel ». On retrouve peu ou prou de nombreux éléments déjà présents sur l’opus immortel que le groupe a sorti en 2000.

Après des écoutes plus soutenues, ce disque possède cependant à l’évidence de nombreuses subtilités ; une approche plus extrême sur certains morceaux avec des guitares plus présentes (« Sans Complaisance », « Grand Démonologue ») et une utilisation des claviers (magnifiquement mis en son par Jean-Baptiste Boitel) plus importante et soutenue sur d’autres (« Conversation Métapsychique », « L’Extinction d’une Etoile »).

Autre changement d’importance qui m’a un peu fait « tilter » au début : le chant de S.A.S. ! Il est vrai que pour certaines personnes, ce chant si spécial représente un obstacle à une écoute plus approfondie des disques de la formation française. Ici, les vocaux sont plus extrêmes que sur « Misanthrope Immortel » est peut-être aussi moins originaux car S.A.S. de L’Argilière ne varie pas autant sa voix que sur le disque précédent et ses interventions vocales sont moins mélodiques. Mais finalement, ce changement dans les vocaux est sûrement voulu par notre ami S.A.S. car il entend, sur ce disque, réaffirmer que Misanthrope est bien un groupe de metal extrême et non de Heavy metal. Les vocaux plus abrupts paraissent donc justifiés par une direction musicale plus extrême, sauf peut-être sur « Conversation Métapsychique » ou le côté mélancolique et gothique aurait mérité un chant plus mélodique et moins abrupt à certains endroits (notamment le début « enlève moi le souvenir de mes parents perdus » avec une voix Death qui n’est peut-être pas le meilleur choix vocal, un chant pleuré, comme sur les anciens albums de la formation, aurait eu davantage sa place selon moi).

Justement, ce chant si caractéristique de S.A.S. représente aussi une marque de fabrique du combo francophone, un chant de metal extrême ni Death, ni Black, bref unique en son genre. Certains jugent que ces vocaux manquent de puissance, mais moi je les trouve très expressifs. L’essentiel de la musique a été pris en charge par Jean-Jacques Moreac avec l’aide des autres membres du groupe, notamment Jean-Baptiste Boitel qui, cette fois, n’est plus à la guitare mais s’occupe des claviers et des samples.

Magnifique travail de ce côté là aussi, la musique étant très technique et les subtilités rythmiques et guitaristiques fourmillent. Les claviers se montrent aussi très appropriés, jamais trop pesants ni trop discrets. Les effets sur la voix de S.A.S. sont aussi très opportuns et collent parfaitement avec des textes encore uniques, poétiques, lyriques, fantastiques et magnifiquement écrits pour un album cette fois entièrement en français (hommage aux fans français).

Bref une musique riche et possédant de nombreuses subtilités qui se révèlent au fil des écoutes : les cloches sur « Révisionniste » ; le côté «Black metal » des guitares qui « tricotent » une mélodie maléfique sur « La Marche des Cornus » accompagné de claviers fantomatiques ; les nombreux effets de voix sur « Chair Organique » accompagnant une plongée dans un univers cyber-apocalyptique ; la grandiloquence et le lyrisme romantique de « Bonaparte ».

En conclusion, un disque riche et passionnant qui ne livrera pas tous ses secrets après seulement quelques écoutes, mais qui au contraire révèlera ses qualités avec le temps.

PS : A noter que le cd est sorti avec un cd bonus de 6 titres, présentant des inédits (dont l’excellent « Chair organique »), des versions instrumentales et une version anglaise de « Sadistic Sex Daemon ».

MP3 de « Extinction »

  1. révisionniste
  2. sadistic sex daemon
  3. la marche des cornus
  4. armageddon à l’elysée
  5. conversation métaphysique
  6. grand démonologue
  7. l’extinction d’une étoile
  8. bonaparte
  9. sans complaisance
  10. le dernier répond
  11. romantisme noir
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *