Interpol – Antics

6 Commentaires      1 660
Style: NY post-punkAnnee de sortie: 2004Label: Labels

A quoi peut bien ressembler la musique de ce groupe qui avec cet album a mis pas mal de monde d’accord? Quelque soit le support quelque soit l’orientation musicale du média Interpol a fait conscensus. C’est donc à écouter, juste histoire de voir.

Si ça se trouve c’est juste parce qu’ils ont vu New York sur la pochette qu’ils ont flashé. Ce facteur géographique a du jouer, c’est sur étant donné l’imaginaire que tout amateur de rock peut se faire autour de la Grosse Pomme. Mais ce qui a du jouer c’est surtout la classe du groupe, sa fausse non-chalance un peu froide et hautaine.

Je ne savais pas à quoi m’attendre vu que je n’avais pas eût vent de leur premier album. J’envoie alors Antics sur la platine, et Oops, impression bizarre. Un orgue lance « Next Exit » et une voix bien spéciale vient s’y accrocher. C’est clair, c’est un argument. Faut aimer. Je reconnais que j’ai pas trop accroché au début. Plusieurs écoutes m’ont été nécessaires pour m’y accoutumer et après l’accoutumance c’est même une demande qui s’est formulée en moi. J’en redemandais constamment, à longueur de journées, psalmodiant les chansons, les refrains.

Pour ce qui du son et des intruments, c’est idéal. Une ambiance rock mais feutré. Très New York effectivement. La comparaison au niveau du son peut se faire avec leurs confrères (et mes chouchous), j’ai nommé The Strokes. Sauf qu’ici on a pas à courir après la voix pour l’entendre; le son de guitare est peut-être aussi un peu moins sec chez Interpol, sinon c’est le même terreau… à peu de choses près.
Les guitares sur « NARC » partent comme il le faut, la batterie se fait un peu disco, la basse se fait dansante. On commence à se déhancher. Même effet dehanchement sur « Slow Hands » et même d’autres.

Les permiers titres résonnent comme des titres familiers après seulement 3-4 écoutes, c’est fou! Le pouvoir addictif de la musique du combo est étonnant car mine de rien ça vous imprègne tout ça.

Le titre « Public Pervert » retient mon attention, je me le repasse. Titre symptomatique du groupe pour moi. Simplicité de l’instrumentation et donc efficacité. Une espèce de sentiment de détachement dans la voix. Basse en avant et batterie qui emballe. Pas d’esbrouffes techniques, pas de constructions alambiquées: ce qui rend le groupe accessible, pourtant une sensation de distanciantion se manifeste. « Suis moi je te fuis, fuis moi je te suis »: le groupe a tout compris à cet adage. Ils traitent l’auditeur avec dédain voire même avec antipathie et c’est surement ça qui fait qu’il leurs court après.

Je ne trouve rien de super jouissif chez ce groupe. En tout cas rien qui ne vaille la façon dont ils ont été encensés.Il n’en est pas moins que « Antics » est sympathique…mais sans plus. Je comprends pourquoi certains les aiment et leurs font les honneurs, de la même manière que je comprends ceux qui font les honneurs aux Hives.
Le genre de disque qu’on peut ne peut pas aimer mais qu’on ne peut pas détester.

Allez je leur mets quand même un 15 pour le pouvoir addictif qu’ils ont et parce que ces petits malins ont quand même réussit à bien m’accrocher! Je vais me pencher sur leur premier album…

PS: ne m’en voulez pour le « NY post-punk », mais je trouve ça trop kitsch, et donc excellent, comme appellation.

  1. mext exit
  2. evil
  3. narc
  4. take you on a cruise
  5. slow hands
  6. not even jail
  7. public pervert
  8. c’mere
  9. length of love
  10. a time to be so small
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. manu says:

    quel jolie chro, chapeau bas.

  2. fewz says:

    mille merci manu. vraiment.

  3. jonben jonben says:

    J’arrive pas à m’enlever la chanson Evil de la tête, et je vois la marionnette flippante du clip en train de chanter les paroles dans ma tête!

  4. fewz says:

    LOL, tu consultes quelqu’un jonben? ça pourrait t’aider je crois… =)

  5. karl Grosshanz says:

    Ta chronique est lamentable. A la fin tu écris « Je vais me pencher sur leur premier album… » Et bien tu aurais mieux fait d’écrire ton article après t’être penché sur l’album en bon journaliste consciencieux et honnête.
    Il ne faut pas prendre les amateurs d’une musique qu’on ne comprend pas pour des naïfs ayant flashé sur la pochette ou sur l’origine du groupe. Interpol est le groupe qui a renoué le rock avec le côté sombre, froid et sublime que peut exprimé une musique: ça change des mille groupes festifs qui sévissent aujourd’hui dans le rock.
    A ce titre (par son caractère si distinctif) Interpol peut être considéré comme le plus grand groupe que le rock n’est connu depuis une dizaine d’années!

  6. wandering star says:

    assez d’accord avec Karl, d’autant q leur premier album est meilleur à mon goût. et puis, je vois assez peu ce q les strokes viennent faire ds cette chro, à part d’un point de vue géographiq, parce q ces deux groupes st un peu comme le jour et la nuit, et la nuit d’interpol est nettement plus envoûtante. maintenant cela n’engage que moi, ainsi q ts les autres (nbreux et pas hasardeux pr un sou) fans du groupe de paul banks…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *